Tous

Yssingeaux

Yssingeaux, la rentabilité du réseau de chaleur fait débat

ven 20/07/2018 - 12:58 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:53

Mercredi 18 juillet, lors du conseil municipal, les élus de l'opposition se sont prononcés contre le projet d'extension. Une réflexion engagée avec le concours du cabinet Kayros pour signer un 7ème avenant au contrat de gestion et d'exploitation entre Engie et la commune concernant le réseau de chaleur a été présentée.
Une valeur résiduelle en fin de contrat
Le réseau de chaleur, géré et exploité par Engie via une DSP (délégation de service public) est déficitaire depuis cinq ans. Une solution est en cours d'étude qui consisterait à amortir sur une durée plus importante les investissements d'origine et ceux prévus avec une possible extension, ce qui entraînerait une valeur résiduelle au terme du contrat en 2035, et impacterait donc les tarifs aux abonnés du réseau. Même si une remise de 5 euros par kilowatt leur serait accordée au départ pour compenser l'allongement de la durée d'amortissement.
Et une extension à l'étude
Une étude est donc en cours pour étendre le réseau de chaleur à d'autres bâtiments. Le nouveau site des Ateliers du Meygal, l'abattoir, Intermarché, l'Opac 43 mais aussi la maison des séniors, la future maison de santé, la friche des AMV (Ateliers Mécaniques du Velay) pourraient bénéficier de cette extension. Le coût de cette extension du réseau s'éleverait à 1 412 806 euros, supportés par le concesssionnaire dont une part de 45% pourrait être subventionnée par l'Ademe Aura.
"On dit stop"
Claude François, chef de file d'Yssingeaux Autrement, a argumenté : "Le réseau de chaleur, c'est quelque chose qui nous tient à coeur. Mais il reste déficitaire. Kayros fait porter l'entière responsabilité de ces coûts élevés à Engie. Est-ce que on n'est pas en train de créer une dette d'ici 2035 ? Les Yssingelais vont devoir mettre la main à la poche. On n'est pas à l'aise avec tout ça. On ne le sent pas. On dit stop, laissons Engie se débrouiller jusqu'en 2035."
Un réseau de chaleur pour pallier une flambée des prix du gaz
Le maire Bernard Gallot a voulu lui corriger des inexactitudes, notamment en termes de coûts supportés par les bâtiments et administrations qui en bénéficient de la chaufferie.  "Qu'on ne dise pas que cela coûte cher aux lycées ou à l'hôpital. Cela a un coût forcément. Et cela fait partie de leur budget de fonctionnement."  Le premier magistrat a rappelé : " si le réseau de chaleur était géré au niveau communal, on augmenterait les coûts, et ça ne poserait pas de problème. On dirait, c'est la faute de la conjoncture. Ce réseau de chaleur a été conçu et imaginé  à l'heure où l'on prévoyait une flambée du prix du gaz, mais ça n'a pas été le cas. En 2020, ce sera d'autant plus vrai que les énergies fossiles vont coûter très cher et les taxes vont exploser. Priver Yssingeaux de cette énergie, c'est se mettre une épine dans le pied pour demain."
L'opposition se prononce contre
Didier Berod, élu de l'opposition, a lui soutenu : "Il y a eu beaucoup d'efforts pour accommoder ce réseau de chaleur. Mais avec Engie, on va de déconvenue en déconvenue. C'est un réel manque de sérieux. Tant mieux si je me trompe, ce n'est pas une condamnation mais je lance un signal de prudence. Je voterai contre ce projet." Il a fait en autre allusion à l'article 9 de l'avenant au contrat stipulant la reprise des biens à l'issue de la concession. Au moment du vote, les élus de l'opposition Claude François, Didier Berod et Norbert Richaud se sont prononcés contre ce projet, même si l'avenant a été signé.
M-A.B.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire