Tous

Yssingeaux

Yssingeaux : des salariés embauchent leur ancien patron

mar 23/08/2016 - 12:50 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Cette petite aventure a fait valser les médias nationaux ces derniers jours. TV, radio et presse écrite se sont bousculées au portillon pour relayer le récit du destin peu banal d'une petite entreprise altiligérienne. C'est l'histoire d'une imprimerie à Yssingeaux.
En liquidation judiciaire suite à un investissement trop ambitieux, les salariés ont investi leurs primes de licenciement afin de sauver leur entreprise, vouée à la fermeture. Ces indemnités représentent aujourd'hui le capital de l'entreprise, qui s'élève alors à 300 000 €. Suite à cette démarche, les 16 salariés, qui se retrouvent désormais “associés”, ont décidé d'embaucher, dans le rôle de responsable commercial… leur ancien patron !

Première imprimerie coopérative en Auvergne
Suite à un investissement malheureux de Remy Philippe, patron de Phil'Print à l'époque, l'imprimerie s'est retrouvée dans une situation bien délicate. Du fait de la difficulté à amortir cet investissement, l'entreprise s'est vue dans l'obligation de baisser ses marges. Résultats : l'imprimerie s'est retrouvée en liquidation judiciaire.
C'est pourquoi, 16 des 28 salariés ont décidé de s'associer afin de transformer l'imprimerie en société coopérative et ainsi de la renommer en tant qu'Imprimerie Coopérative des Sucs (ICS). Cette initiative, validée par le tribunal de commerce, a donné naissance à la première imprimerie coopérative de la région.

Embaucher son ancien patron ? C'est possible !
Pour fonctionner, une entreprise a besoin de clients. Pour trouver les clients, l'entreprise a besoin d'un commercial. C'est justement une des tâches qu'effectuait Remy Philippe en tant qu'ancien patron de Phil'Print. Les salariés-associés de l'Imprimerie Coopérative des Sucs ont donc tout bonnement embauché leur ancien patron pour remplir la fonction commerciale.
Il n'y a pas de rancoeur” assure Jean-Marc Marzona, co-gérant de ICS. “Le problème ne vient pas de l'homme. Une entreprise est obligée d'investir. Et bien souvent, on ne sait qu'à la fin si l'investissement est bon ou pas” explique Jean-Marc Marzona, aujourd'hui co-gérant d'ICS avec Franck Deplancke.

Un cadeau pour les médias
“Un soir, le téléphone n'a pas arrêté de sonner” raconte Remy Philippe. TF1, France 2, M6, RTL, Europe 1, Le Figaro et d'autres, ne sont pas passés à côté de ce dénouement inhabituel “Ce qui a attiré les médias, c'est surtout le fait que des salariés aient embauché leur ancien patron” assure le nouveau responsable commercial. Ce dernier devra désormais s'habituer à ne plus être aux commandes de l'entreprise qu'il avait rachetée avec son frère Patrick en 2004.
Depuis quelques mois, le rôle de Remy Philippe est de conserver les 20 % de clientèle qui font 80 % du chiffre d'affaires de l'imprimerie. “Je leur explique la situation et ils sont très compréhensifs”. Ce dernier se réjouit même du rayonnement national de cette affaire : “les médias ont parlé de nous à la France entière, ça n'a pas manqué d'attirer quelques curieux !”.  

La SCOP pour plus de transparence
Fort d'une expérience de 15 années dans la gestion d'entreprise, Jean-Marc Marzona s'est logiquement vu décerner le rôle de co-gérant avec Franck Deplancke, quant à lui, novice dans cet exercice. L'Imprimerie Coopérative des Sucs, qui a officiellement débuté son activité le 16 août dernier, est désormais détenue par 16 salariés-associés. Jean-Marc Marzona ne cesse de faire l'éloge du nouveau fonctionnement coopératif de l'entreprise.
En SCOP, pour chaque décision, tous les associés sont consultés. De plus, ils sont tenus informés de chaque aspect de l'entreprise, comme les finances par exemple” explique le nouveau co-gérant. “La SCOP permet une totale transparence et une rémunération égalitaire”. D'ailleurs, les débuts de l'Imprimerie Coopérative des Sucs sont encourageants : le carnet de commandes est plein et l'entreprise est sur une démarche de recrutement de quatre nouvelles personnes : un conducteur offset, un conducteur typo, un conducteur pliage et une personne chargée de la presse informatique.

V.B.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire