Tous

Yssingeaux

Yssingeaux : ambiance bienveillante lors des délibérations

jeu 20/10/2016 - 12:36 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

L’installation de l’ADMR à la future maison de santé contestée
C’est au cours du conseil municipal du mardi 18 octobre, que Claude François, chef de file de Yssingeaux Autrement, a réitéré ses réserves quant au projet de l’implantation de la future maison de santé à Chaussand. Cette fois-ci, il est revenu sur l’installation de l’ADMR dans les locaux de la maison médicale.
Il a déploré la présence de l’association qu’il ne considère pas comme professionnelle de la santé, « contrairement à tous ceux qui occuperont les lieux en 2018/2019, c’est-à-dire les médecins, infirmiers, kinésithérapeutes ». Marie-France Bazelli, titulaire de la commission quotidien et cadre de vie, mais également Présidente de l’antenne ADMR d’Yssingeaux, a contesté sa remarque en affirmant : « Nous travaillons justement en partenariat avec tous ces professionnels et les auxiliaires de vie sociale. On a 38 salariés. On était à la recherche de locaux, ça nous a paru intéressant de pouvoir être sur place ». Devant le scepticisme des élus de la minorité, Bernard Gallot, maire de la commune, a reprécisé : « Ne travailleront dans ces locaux que les gens qui sont reconnus professionnels de santé au niveau national. Concernant l’ADMR, c’est une partie importante du maintien à domicile, je verrais mal qu’on puisse l’exclure de ce projet. Tout retard qui sera pris hypothèquera lourdement l’arrivée de tous ces professionnels de santé. »
Un point de vue qui n’a pas été partagé par tous. A l’issue du vote de cession du bail emphytéotique à la société SEMCODA, autre point de discorde, trois élus de l’opposition se sont prononcés contre.

L’adressage bientôt terminé
En explorant les dossiers des différentes commissions, le maire a évoqué l’avancement du plan d’adressage des voies de la commune, indispensable pour permettre les raccordements au réseau de la fibre optique à Yssingeaux. Ce travail a conduit à recenser plus de 3 700 points d’adresses supplémentaires, à nommer environ 370 voies nouvelles, surtout dans les villages. « Il s’agit d’un travail titanesque, qui arrive à sa phase terminale. Reste la partie administrative à réaliser. Il faudra également prévoir le coût des plaques des rues au prochain budget » a-t-il ajouté.

Les nouveaux dossiers à l’ordre du jour
A l’ordre du jour également ce soir-là, ont été évoqués, le projet de ré-industrialisation du site précédemment occupé par l’entreprise OXXA, dans la zone de Lavée.
C’est Leygatech qui va installer une production de films techniques de polymères à destination alimentaire, ceci après l’aménagement du site.
Dans les nouveaux dossiers, 14 logements, locatifs et en accession à la propriété, vont être construits en bordure de la colline St Roch et proposés par les bailleurs Foyer Vellave et Logivelay. Le premier coup de pelle devrait avoir lieu au 1er mars 2017. Le bien-être animal et l’abattoir municipal étaient aussi au programme avec la pose d’un portail automatisé et l’amélioration des couloirs de circulation, des travaux à prévoir pour répondre aux exigences des nouvelles normes européennes.

« Vous êtes associés aux réflexions »

 Au terme de la présentation des dossiers, Claude François a de nouveau interpellé le maire en revenant sur la question de la représentation des élus de l’opposition lors des instances communales.
« Je fais partie de plusieurs commissions et je suis rarement invité à rencontrer les usagers lors de ces réunions. » a-t-il déploré. Bernard Gallot en a profité pour repréciser son rôle, ses responsabilités et le fonctionnement de la démocratie dans les équipes municipales. « Vous êtes associés aux réflexions. S’il y a pu avoir des couacs, c’est involontaire. Je veillerai à ce que l’équipe municipale, y compris la minorité, soit pleinement représentée à l’avenir dans ces instances » s’est-il engagé.

 

Une note plus douce avant de partir
Enfin, le premier magistrat a ouvert une ultime parenthèse en partageant une expérience toute personnelle. Touché par un documentaire qu’il a vu récemment, il a invité les membres du conseil à aller voir « Les pépites », qui sera justement à l’affiche du cinéma la Grenette le samedi 12 Novembre en présence de la fille des protagonistes. L’histoire touchante de deux Français, Marie-France et Christian des Pallières, installés au Cambodge depuis 20 ans, et qui ont sorti 10 000 enfants de la misère des décharges à ciel ouvert, en créant des écoles pour les faire accéder à l’éducation et à un meilleur avenir.
« C’est remarquable, l’action humaniste de ce couple » a-t-il souligné solennellement. Une manière de sortir des débats par une note plus douce, plus culturelle, note d’autant plus bienvenue que la commission culture n’est pas intervenue ce mardi soir.
 
M-A. B.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire