Week-end radieux mais confiné : '''Ne relâchez pas maintenant'''

sam 21/03/2020 - 14:52 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:04

« Ne baissez pas la garde », exhorte le directeur de la sécurité publique de la Haute-Loire, le commissaire Eric Cluzeau, ce samedi 21 mars sous le panneau lumineux de la place Michelet qui affiche un nouveau message à l’initiative de la mairie du Puy-en-Velay. « Je protège les soignants, je respecte le confinement », est-il écrit. Car jusqu’à présent, les Altiligériens se montrent, dans l’ensemble, responsables. « Il n’y a pas eu un seul problème avec des rassemblements de gens désœuvrés, hormis quelques marginaux qui seraient tentés de braver les interdits », constate le commissaire qui craint cependant un relâchement avec l’arrivée d’un week-end radieux : « C’est pas parce qu’il fait beau qu’il faut faire comme d’habitude ». 

Ne pas venir se mettre au vert
Avec onze personnes infectées désormais, principalement sur l’Est du département, la Haute-Loire peut sembler relativement épargnée, mais « nous n’en sommes qu’au début », insiste le commissaire : « Il ne faudrait pas que certaines personnes prennent les choses à la légère ou encore que des Stéphanois ou Lyonnais viennent au Puy. Je pense notamment aux étudiants originaires de la Haute-Loire qui seraient tentés de revenir. Il y a des propriétaires de maisons secondaires qui sont venus se mettre au vert. Avec le confinement, ça n’a pas lieu d’être ».

Pas de rassemblements
Certaines villes ont pris des arrêtés d’interdiction sur les lieux de rassemblement, comme les plages de la Côte d’Azur. Mais ce n’est pas le cas sur le bassin du Puy, mis à part le jardin Henri Vinay qui est fermé depuis le début du confinement. En revanche, « n’allez pas faire un pique-nique en famille au lac du Bouchet, ne convergez pas tous sur la voie verte ou le long de la Borne ou de la Loire », prévient Eric Cluzeau car ce sont des lieux habituels de rassemblements. D’autant que les sorties pour exercice physique doivent se faire à pied, à moins d’une demi heure du domicile. 

Que les contrôles ne monopolisent pas les policiers et gendarmes
Les forces de l’ordre comptent sur le civisme de la population pour ne pas devoir gaspiller toutes leurs ressources sur ces contrôles. « Notre priorité c’est de faire respecter les mesures de confinement mais on ne fait pas que ça, rappelle Eric Cluzeau, la vie continue, par exemple il y a eu une présentation d’un gardé à vue ce matin pour tout autre chose ».
En zone police (Le Puy et sa petite couronne), 45 contraventions ont été dressées depuis le début du confinement. Sachant qu’un jogging sans attestation peut être verbalisé. A 135 euros le PV, ça fait chère le jogging. En zone gendarmerie, le nombre de contraventions n’est pas communiqué.

Des sorties à 500 mètres autour du domicile
« C’est simple, confinez-vous ça veut dire ne sortez pas », renchérit le maire du Puy. Michel Chapuis montre le panneau lumineux : « Moi-même, en tant que maire, je reste chez moi, sauf pour les besoins des mesures de confinement ». Et d’insister que les sorties doivent se cantonner à un périmètre de 500 mètres autour du domicile, y compris pour les habitants du centre-ville. Hors de question pour lui de prendre sa voiture pour balader en forêt. « Et je rappelle que les déplacements en voiture doivent se faire avec une seule personne à bord », et d’évoquer ce cas à Brioude où une personne a été arrêtée avec un enfant porteur du Covid-19. « Si demain l’hôpital est dépassé par les événements ! s’exclame le maire, ils ont aussi tout le reste à gérer : les gens continuent de faire des AVC, des arrêts respiratoires... »
Annabel Walker

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire