Tous

Vorey

Vorey : aux racines de la langue française avec le Salon des auteurs

dim 16/11/2014 - 20:03 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:31

C'est par un concours d'orthographe qu'a débuté le sixième Salon des auteurs de Vorey samedi. Ce dimanche 16 novembre, les écrivains et les contes pour enfants étaient à l'honneur.

Une dictée sans faute
« C’est l’arche de Noé en plein vent, déballée sur un lit de fumier, de paille et de feuillage. » C'est par ces quelques mots que Jules Vallès décrit le marché de la place du Plot au Puy dans l'Enfant. Une quarantaine de personnes, de 14 à 80 ans ont fait glisser leur plume dans celle du célèbre auteur Ponot pour une dictée. La correction fut longue pour Céline Chambon, responsable de la médiathèque de Vorey et organisatrice du Salon, mais elle affirme que c'est « du bon niveau ». « Sur un texte de 500 mots, c'est 25 fautes maximum qu'ont commis les participants. » La remise de prix qui a lieu aujourd'hui ne récompensera donc pas quatre personnes comme prévu, mais cinq. Cette dictée, première du genre lors du Salon, a été un succès et devrait donc être reconduite dans les prochaines éditions.

Des auteurs et des contes
Le salon accueillait aujourd'hui une quarantaine d'auteurs. Ces écrivains pour la plupart altiligériens, ou séduits à l'idée de verser l'encre sur notre région, étaient présents pour partager leur amour de la langue de Molière avec les visiteurs. C'est le cas par exemple de Jean Claude Lamy, journaliste et écrivain, préfacier des mémoires posthumes de Robert Sabatier, lui rendant par une lettre un hommage émouvant. C'est donc des rencontres littéraires qu'ont pu apprécier les visiteurs ayant soif de lettres. Et parce que l'initiation à la belle langue se fait au plus jeune âge, une lecture de contes « d'ici et d'ailleurs » a eu lieu pour les petits (et les plus grands). Le thème était celui du Loup, ce qui fait sans doute écho à l'actualité du département, mais "de manière involontaire" nous assure Céline Chambon.

Place à l'Occitan
La sixième édition du Salon des auteurs a laissé place à la langue Occitane. Cette langue régionale largement en déclin, bousculée après la Première guerre mondiale par l'école républicaine dans un souci de compréhension commune (notamment entre soldats), a été l'objet d'une conférence. « La lutte pour sa sauvegarde », c'est le défi évoqué par les participants. Sur le Salon on pouvait d'ailleurs trouver trois ouvrages en Occitan.

Au total c'est 500 personnes qui étaient attendues ce week-end par la dizaine de bénévoles organisateurs du projet.

L.P.G.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire