Voitures électriques les ventes en 2019 dans le département

ven 14/08/2020 - 19:47 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:07

Cela fait désormais plusieurs années que le nombre de véhicules 100% électrique ne cesse d'augmenter mais progressivement.
En 2019 le marché s'est accéléré en progressant de 36,8% par rapport à 2018. Cela représente 11. 572 véhicules électriques en plus immatriculés sur le territoire passant de 31 000 à 42 500. Il faut dire que l'offre des constructeurs est passée de quelques modèles, à plusieurs dizaines. Parallélement l'autonomie a été doublée en quelques années comme sur la Renault Zoé entre la version 1 et la version 3 commercialisée aujoiurd'hui.
L’époque du marché de niche s’éloigne petit à petit, même si en 2019 la part du 100% électrique n'a représenté que 2% des ventes globales, auquelle il faut ajouter les hybrides (18 500 véhicules en 2019)
En 2019 la Haute-Loire dans la moyenne
Le taux de pénétration est variable d’un département à l’autre. Paris avec les problèmes de pollution a un taux de pénétration de 4,60%, les Bouches-du-Rhône ont doublé les ventes en 2019 avec 2313 véhicules (3,75 %). Pour ces deux départements il est indéniable que les aides ont été incitatives, le Grand Paris avait relevé le montant des aides en 2019 et Aix-Marseille apportait dans la balance 5000 €. 
En Haute-Loire il s'est acheté 281 voitures tout électrique soit un taux de pénétration par rapport au nombre d'habitant proche de la moyenne (1,63%). Pas de surprise dans les départements voisins ou le Cantal est un peu en retratit tandis que le Puy de Dôme se situe dans la moyenne nationale. Le Rhône, les Savoies et l'Isère sont logiquement au dessus de la moyenne. 

2020 change la donne
Sur les cinq premiers mois de l’année 2020, 46 536 véhicules électrifiés ont été immatriculés soit plus 76% par rapport à la même période en 2019 d’après Avere France, des chiffres qui devraient croitre encore d'ici la fin de l'année.
Pour expliquer cette tendance plusieurs phénomènes se conjuguent.
Primo la législation européenne qui pour lutter contre le réchauffement climatique demandent à tous les constructeurs de baisser les émissions de CO2, des règles ou ceux ci devront respecter un taux de moins de 95 g/km de CO2 en 2021, sous peine de lourdes amendes pour tout dépassement. Les constructeurs sont contraints d'accélérer verdir leur parc, l'association européenne avait en 2019 mis en lumière le retard conséquent de l’industrie automobile sur la future réglementation de 2021 sur le CO2.
Secundo les aides de l’Etat et des collectivités territoriales influencent les ventes de véhicules électriques (bonus écologique, prime à la conversion….).
Tertio l'offre des constructeurs s'est élargie, plusieurs dizaines de modèles arrivent sur le marché enfin les automobilistes qui ont franchi le pas sont plus enclins à convaincre les autres des avantages de l'électrique.

L’ambition de la filière automobile atteindre les 1 millions de véhicules électriques en 2022
Le marché des véhicules électriques a l’air de bien se porter mais il est encore dépendant des aides. Inscrit dans le contrat stratégique de filière, l’objectif du million de véhicules électriques d’ici à 2022 en France semble encore loin à atteindre.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire