Visite dans les entrailles du Palais de Justice du Puy

mar 30/06/2015 - 17:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:35

« Oh non ! Ils ont enlevé les graffitis ! » Monique Tempère est ancienne greffière du juge pour enfants au tribunal de grande instance (TGI) du Puy-en-Velay, partie à la retraite en décembre 2011. Elle assiste à la visite commentée du Palais de justice, ce lundi 29 juin 2015, suite à la rénovation qui a débuté en décembre 2012 et s'est achevée en mars 2015. Une rénovation qui répond à deux impératifs : la sécurité incendie et l'accessibilité. Quand on arpente les escaliers étroits qui mènent d'une porte dérobée à l'arrière du bâtiment, côté place Michelet, directement au box des accusés en salle d'audience de Cour d'Assises, elle se souvient des « petits mots » laissés par les détenus en attente de leur jugement. Des détenus qui pourront désormais attendre dans une petite pièce équipée d'un sanitaire, au lieu de patienter sur une chaise dans le couloir.

Un « magistrat errant »
On poursuit la visite. On remarque que ça sent le neuf, la peinture notamment à certains endroits, ceux réalisés en dernier. Car les travaux de rénovation se sont échelonnés sur 18 mois, en six tranches. Pendant ce temps, les différents services ont dû migrer de pièce en pièce. Seuls trois services ont été externalisés : les magistrats du civil, le vice-président du TGI, André-Frédéric Delay, surnommé le « magistrat errant », dont le bureau a été déplacé pendant 18 mois au tribunal d'instance, place du Clauzel (inauguré en 2011), les trois délégués du procureur à tour de rôle et les avocats (même s'ils conservaient un petit bureau surnommé « la parlotte »). Les avocats qui ont désormais intégré un bureau situé immédiatement à l'entrée du Palais de justice pour accueillir leurs clients sans que ceux-ci aient à traverser tout le bâtiment. A noter que l'accueil fait également partie des nouveautés.

----Faute de cité judiciaire, la Justice est éclatée en quatre sites au Puy :
Le tribunal de grande instance, pl. du Breuil
Le tribunal d'instance, pl. du Clauzel
Le tribunal de commerce, av. de la dentelle
Le tribunal des Prud'hommes, rue Richond des Brus
La création d'un parking dédié pour le TGI est inenvisageable. En revanche, le TGI espère obtenir des réductions pour ses fonctionnaires dans les parkings de la Ville.-----Des bonbons pour les enfants
Nous poursuivons la visite. Au rez-de-chaussée, Monique Tempère approuve : « C'est beaucoup mieux ! Avant, le cabinet du juge des enfants était juste à côté du bureau du juge d'instruction, alors nos gamins côtoyaient des délinquants de la justice pénale, parfois dans la même salle d'attente ! » Et la juge des enfants, Anne-Cécile Guignard, est d'autant plus satisfaite que son bureau flambant neuf bénéficie désormais d'une isolation sonore « car les audiences ici ne sont pas publiques ». Un bureau par ailleurs spacieux qui « peut accueillir jusqu'à une dizaine de personnes » à raison de huit à dix audiences par jour. On remarque sur le bureau le paquet de bonbons ouvert pour les enfants reçus.

Désormais un bureau d'aide aux victimes
Au détour d'une porte, Jean-Louis Morales, chef de projet pour la maîtrise d'ouvrage du Ministère de la Justice, nous présente la kitchenette à usage des visiteurs : « avant, c'était dans un couloir ».  Toutes les portes des bureaux se verrouillent désormais avec un badge et se déverrouillent automatiquement en cas d'incendie. Grande nouveauté, la création d'un bureau d'aide aux victimes où celles-ci peuvent rencontrer les associations compétentes.
On notera au passage que toute l'électricité et l'informatique ont été refaits, tout comme le désamiantage. Sans oublier, l'installation d'armoires de rangement sur presque tous les murs car « même si les dossiers sont numérisés, les versions papier restent indispensables », confie le secrétariat du parquet.
Pour Chantal Ferreira, la présidente du TGI du Puy, toutes ces nouveautés étaient indispensables et sont un véritable plus pour tout citoyen qui a affaire à la Justice.

Tous ces travaux ont coûté 1,8M€ au Ministère de la Justice (le même coût que pour la création du tribunal d'instance, place du Clauzel). Pourtant, tout n'a pas pu être refait, comme l'explique Chantal Ferreira, présidente du TGI du Puy.

----Repères
Le Tribunal de grande instance a été inauguré en 1843. Il a été construit par le Conseil général, sur un terrain offert par la Ville.
Le chantier de rénovation a été initié en 2007 avec des propositions du cabinet Artépolis de Paris.
Architecte : Assima Coupoulos pour la maîtrise d’œuvre, avec la DDT pour l'assistance à la maîtrise d'ouvrage.
En 2010, le tribunal d'instance quitte le Palais de Justice pour la place du Clauzel. C'est ce qui a déclenché les travaux au Palais.-----Une salle d'audience suffocante
Restent donc à rénover la bibliothèque (où les jurés d'Assises délibèrent), les combles, la chaudière (réfection en cours) et les deux salles d'audiences (civile et pénale) qui n'ont pas vu un coup de peinture depuis 1989, comme en attestent les fissures au plafond et les papiers peints noircis. D'autant qu'on y étouffe l'été, malgré les rideaux tirés. « La chaleur multiplie les risques d'incidents en audience, souligne d'ailleurs Chantal Ferreira, comme les énervements ou les malaises ». Mais pour l'heure, on continuera d'avoir chaud en salle d'audience l'été, et froid l'hiver.

Annabel Walker

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire