Villes & villages où il fait bon vivre : Le Puy et Brives au top

dim 06/02/2022 - 07:30 , Mise à jour le 06/02/2022 à 07:30

Comme chaque année depuis cinq ans, l’association « Villes & villages où il fait bon vivre » a publié son palmarès 2022. Le Puy est en tête en Haute-Loire. Brives-Charensac est 2e.

Comme chaque année depuis 2017, l’association Villes & villages où il fait bon vivre a publié son guide 2022. Au plan national, Le Puy-en-Velay se classe 98e ville sur 34 827 en gagnant deux places par rapport au dernier classement. C’est la ville numéro un dans sa catégorie des communes entre 10 000 et 20 000 habitants (il y en a 504 en tout). Au plan départemental, c’est la première.

Brives-Charensac est 2e du département, 23e de France dans sa catégorie.

Le palmarès est publié en exclusivité dans Le Journal du Dimanche. Mais le guide, indépendant du palmarès, est consultable en-ligne librement. Le guide des villes et villages est une opportunité de donner un coup de projecteur sur les territoires qui offrent à la fois la qualité de vie et la proximité des services selon l'association. « C'est un outil de fierté pour les habitants et de promotion extérieure pour la commune », estime-t-elle. On y retrouve Le Puy et Blanzac.
30 communes de Haute-Loire seraient aussi labellisables (voir ci-dessous), sachant que le label coûte entre 500 et 3 800 euros par an pendant trois ans selon la taille de la commune.

Photo par Villes et villages où il fait bon vivre

> Voir la fiche du Puy sur le guide :

Photo par Villes et villages où il fait bon vivre

Blanzac est aussi labellisé et figurera prochainement dans le guide. Le village de l’ancien sénateur centriste Jean Boyer et depuis 2001 son fils Jean-Marc Boyer (UDI), perd 186 places au classement national, pour se situer en 5 295e position. Il gagne cependant 7 places dans sa catégorie des communes de 0 à 500 habitants (il y en a 18 368). 
Située entre 570 et 915 mètres d’altitude, la commune, située à proximité de Saint-Paulien (à 9 km du Puy-en-Velay), compte environ 400 habitants sur un territoire de 8,5 km2, soit 47 habitants au km². 

> Voir la fiche de Blanzac sur le site de l’association

Ce label, continuité logique du palmarès, atteste des réelles qualités de chaque commune distinguée, de la qualité de vie, aux transports, en passant par les commerces et services ou la sécurité. Il est le symbole du rayonnement positif du bon vivre au sein du territoire. Il permet de capitaliser sur une image valorisante auprès des habitants et séduisante pour les nouveaux arrivants avec un panneau d’entrée de ville du label « Villes et villages où il fait bon vivre ».

Le processus de distinction s’effectue en deux étapes. Premièrement, une phase de présélection. Puis, une phase d’affinement distinctif. Tout d’abord, sont présélectionnées :
Les 500 premières villes de France
Les 500 premiers villages de France
Les 30 premières communes de chaque département
Les 3 premières communes de chaque département pour chaque strate de population. Exemple : les 3 meilleures villes entre 20 000 et 50 000 habitants du département 43.
Puis, l’association applique une nouvelle règle pour afficher la liste de lauréats. Sont conservées parmi les présélectionnées les communes qui possèdent une position nationale parmi les 20% des territoires les mieux classés dans tout le pays.

À ne pas confondre

Le palmarès, lui, se fonde sur 187 critères rassemblés en 9 catégories (qualité de vie, sécurité, santé, commerces et services, transports, éducation, sports et loisirs, solidarité, attractivité immobilière). L’ensemble des données rassemblées sont issues des dernières valeurs officielles disponibles, fournies par l’Insee, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Transition écologique, l’Arcep, ou des organismes étatiques équivalents. De la « Qualité de vie » à la « Santé », en passant par les « Commerces et services », l’ordre de priorité des catégories a été déterminé par un sondage exclusif, réalisé chaque année auprès d’un panel représentatif constitué de plus de 1 000 personnes.

Nouveauté majeure dans la méthodologie 2022, la distance en kilomètres a été remplacée par le temps de trajet, élément clé qui a bouleversé le classement de certaines communes et favorisé les « villes du quart d’heure », qui bénéficient d’un accès rapide aux services. Après l’ajout de la couverture numérique haut débit en 2021, trois nouveaux critères sur l’attractivité immobilière sont intégrés : évolution du prix moyen au m² pour les maisons sur 3 ans, évolution du prix moyen au m² pour les appartements sur 3 ans et le taux de logements vacants depuis plus de 2 ans. La présence d’une police municipale est également un critère ajouté à la thématique « Sécurité », deuxième priorité établie par les Français. 

> Découvrez le classement de votre commune

 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

4 commentaires

an

lun 07/02/2022 - 11:28

Ce classement n'est pas très pertinent! Il aurait fallu catégoriser les villes en fonction de leur population. On ne peut pas comparer des grandes villes comme Nice ou Strasbourg avec des villes bien plus petites comme Annecy ou La Rochelle. Je m'interroge de voir des villes industrielles comme Le Havre, Metz ou Saint Etienne dans les trente premières. Je reste dubitatif.

lo

lun 07/02/2022 - 07:03

Certains doivent avoir les chevilles qui gonflent après cette fausse info car celles et ceux qui ont attribué ce palmarès, devaient avoir des oeillères ou ont fait leur enquête de nuit sans éclairage. ......COMIQUE  !!

ra

dim 06/02/2022 - 23:52

Se serait aux habitants eux mèmes de dire si dans  leurs villes ou villages il fait bon vivre... Pour ce qui est du Puy en Velay, posez la question aux habitants de certains quartiers la réponse devrait être tout autre...Par contre pour la fiscalité (taxe d'habitation et foncière) elle n'est pas certainement la dernière...

du

dim 06/02/2022 - 11:27

Ce label est une supercherie, une médaille factice que les "villes et villages de Droite réactionnaire" s'auto-attribuent. Qui définit ainsi le "bon vivre", qui peut ainsi s'arroger le pouvoir de désigner les villes et villages où il fait par comparaison "mal vivre" ? Rien de surprenant que la Ville du Puy soit en tête de ce "classement" taillé sur mesure pour satisfaire le délire identitaire de sa municipalité. Les habitants de St Haon seront charmés d'apprendre qu'ils sont "classés" 30184 ème quand ceux de Cayres, à 5 kms de là, sont classés 10597 éme. Sans doute ne se sont-ils pas acquittés de la redevance demandée pour être "labellisés" et ainsi enrichir M.Thierry Saussez, ex grand communicant d'un certain Nicolas Sarkozy labellisé "premier délinquant de France".