Tous

Loudes

VIDÉO. Les nuées d'ULM dans le ciel de Haute-Loire

ven 29/07/2016 - 12:15 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Le spectacle aérien est terminé au-dessus de la Haute-Loire. Le tour de France ULM 2016 se termine ce vendredi. Jeudi 28 juillet, plus de 130 machines ont investi l’aérodrome de Loudes avant de redécoller ce vendredi au matin. Les curieux ont pu observer les manoeuvres et assister aux animations.
Parking géant à organiser
« Ils arrivent par groupes », explique un membre de l’organisation. En effet des nuées d’une dizaine d’ULM arrivent avec quelques poignées de minutes d’écart. Un rythme relativement intense pour les bénévoles qui guident les pilotes à l’atterrissage, qui les pointent et qui les font garer. « On court un peu partout », confirme Guy Lescure, président de l’aérocoptèreclub de Loudes. Une véritable mini-ville s'installe : le ravitaillement de carburant, les sanitaires, les bagages...
Sous le charme des militaires
Deux hélicoptères ont profité d’un temps mort pour atterrir à leur tour : ceux de l’armée de l’air venus tout spécialement d’Orange (Vaucluse). Toute l’équipe vient à la rencontre du public pour leur faire découvrir leurs missions. « On est en alerte au cas de problème. On doit pouvoir intervenir en 30 minutes maximum », détaille Bérénice, une des deux pilotes. Un peu plus loin, Mathieu explique le fonctionnement de l’hélicoptère. Electricien de formation, il est devenu treuilliste. L’équipage compte également un médecin.
L'ULM pour tous
A quelques pas, Alain Réveillon s’active autour de sa machine. Il est le président de l’association d’ULM du Haut Diois, mais il n’a pas un ULM classique. Le sien permet à des personnes à mobilité réduite d’apprendre à voler. La machine a été construite il y a un an à peine. « On veut qu’ils volent de la manière la plus autonome possible », raconte-t-il. Lui-même s’est retrouvé en fauteuil roulant il y a quelque temps. Aujourd’hui, il partage sa passion avec trois élèves grâce à l’aide d’une vingtaine de personnes et de sponsors dont Michel Drucker. « On est surtout actifs dans le sud-ouest, mais si des gens veulent voler au Puy, on viendra au Puy ! » En France, il existe trois ULM dans le même genre : à Montélimar et à Strasbourg.

Une fois tous les appareils posés, les animations se sont arrêtées pour laisser place à une soirée conviviale. L’Altiligérien, Bernard Broc a remis les clés de son premier ULM, construit de ses mains au musée français de l’ULM. Nous lui consacrerons un article la semaine prochaine.

Retour en vidéo sur l'événement et un vol en ULM


Emma Jouve

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire