Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez, un amour de façade ?

Par Nicolas Defay ven 21/01/2022 - 18:30 , Mise à jour le 21/01/2022 à 18:30

La candidate LR à l’élection présidentielle 2022 est venue en terres vellaves à l’invitation du président de Région Aura, Laurent Wauquiez. Après la visite d’une maison de santé à Dunières le matin, Valérie Pécresse a découvert l’Hôtel Dieu et la Cathédrale au Puy. Plus qu’un pèlerinage dans la froide cité mariale, l’objectif était clairement de montrer l’union des deux ténors républicains.

Ce vendredi 21 janvier, une myriade de journalistes a attendu, suivi et photographié sans pause le duo politique, lui-même entouré par un cordon de sécurité omniprésent. La républicaine Valérie Pécresse, en lice pour l’élection présidentielle 2022, est venue battre le pavé ponot aux côtés de Laurent Wauquiez, chargé du comité de soutien dont il assure la direction avec le patron du Sénat, Gérard Larcher.

Ainsi, après s’être rendue dans les fiefs des quatre piliers du parti qui ont participé à la primaire LR à savoir Michel Barnier, Xavier Bertrand, Philippe Juvin et Eric Ciotti, puis par la suite chez Jean-François Copé, François Baroin ou encore Nicolas Sarkozy, elle a répondu à l’invitation de celui qui, en des temps pas si reculés, entretenait avec sa camarade une relation plutôt tendue, nourrie par des divergences de vision politique bien trempées.

L’image qu’ils ont voulu exposer en visitant la cité ponote était aujourd’hui évidente : faire table rase du passé, établir une union des forces, et tenter de remporter la présidentielle.

Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez au Puy-en-Velay
Le bâton de Saint-Jacques comme le symbole de la réconciliation. Photo par Nicolas Defay
Le bâton de Saint-Jacques comme le symbole de la réconciliation. Photo par Nicolas Defay

« Une chose est claire ! Notre pays est entré en décadence  »

Après un parcours de quelques minutes à l’intérieur de l’Hôtel Dieu et de la cathédrale du Puy, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, suivis par les parlementaires de la Haute-Loire ainsi que par des personnalités politiques comme l’ancien ministre "de l’immigration de l'intégration et de l'identité nationale" Brice Ortefeux, se sont rendus dans la salle Jeanne d’Arc, lieu du meeting politique. Selon le comptage effectué par les responsables du lieu, environ 500 personnes étaient regroupées pour acclamer leur championne.

« Nous faisons une campagne pour porter une candidate qui soit capable de réparer et de reconstruire notre pays, martèle Laurent Wauquiez à la tribune. Quel que soit notre histoire, quel que soit notre passé, nous devons tous être à la hauteur de l’enjeu qui se joue aujourd’hui. Cet enjeu est celui de proposer aux français un projet de reconstruction. Car une chose est claire ! Notre pays est entré en décadence  »

« Valérie a toujours fait preuve de clarté et je n’oublie pas son combat quand les islamistes du CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France, Ndlr) voulaient autoriser le port du burkini dans les bases de loisirs d’Île-de-France. Sans avoir la main qui tremble, Valérie s’y est fermement opposée ». Laurent Wauquiez

Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez au Puy-en-Velay.
Photo par Nicolas Defay

« Dans nos grandes villes, nous voyons s’installer l’insécurité de façon rampante »

Drapeaux tricolores levés, les gens applaudissent généreusement le président de Région Auvergne-Rhône-Alpes. Laurent Wauquiez continue : « Est-ce qu’Emmanuel Macron a tout fait mal durant son premier mandat ? Sûrement pas. Est-ce qu’il a réussi des choses ? Bien sûr. Mais en revanche, il y a un constat important. Il n’a pas redressé la France ! »

Le républicain aborde alors le délicat sujet de la sécurité et de l’immigration. « Dans nos grandes villes, nous voyons s’installer l’insécurité de façon rampante avec des policiers et des gendarmes qui n’arrivent plus à remplir leurs missions, seulement soutenus par des discours creux et vides du gouvernement ». Il alerte alors : « L’immigration est devenue à présent totalement incontrôlée par rapport à une époque que nous avons connu Brice Hortefeux et moi. Une époque où régnait une autre fermeté que maintenant ! »

« Si nous avions fait de l’ambiguïté et du « en même temps », jamais nous nous serions opposés à la création d’un institut musulman financé par l’Arabie Saoudite au cœur de notre capital régionale » Laurent Wauquiez

Les supporters de Valérie Pécresse ont répondu à l'appel.
Les supporters de Valérie Pécresse ont répondu à l'appel. Photo par Nicolas Defay

« Toute politique qui repose sur une petit pincée de gauche, beaucoup d’extrême centre et une petite pincée de droite aboutit à un naufrage »

« Aucun des graves écueils n’ont été corrigés en 5 ans, livre encore Laurent Wauquiez. Ce travail de réparation est justement la mission de Valérie ». En répétant la même formule, il analyse pourquoi, selon lui, le mandat d’Emmanuel Macron est un fiasco. « Cet échec est dû au fait qu’Emmanuel Macron a fait le choix des ambiguïtés et du « en même temps ». Et toute politique qui repose sur une petit pincée de gauche, beaucoup d’extrême centre et une petite pincée de droite aboutit à un naufrage en terme de projet. Il faut de la clarté et de la détermination ! »

Il souligne alors : « Si nous avions fait de l’ambiguïté et du « en même temps » dans la région, jamais nous n’aurions combattu le communautarisme comme nous le faisons quand Science Po Grenoble est en train de se livrer de façon catastrophique au pire des communautarismes en oubliant de défendre les professeurs qui défendent la république et en cautionnant ceux qui répandent des thèses islamistes ! »

Un discours ferme sur la sécurité du pays par Laurent Wauquiez.
Un discours ferme sur la sécurité du pays par Laurent Wauquiez. Photo par Nicolas Defay

« Nous sommes là pour défendre les classes moyennes »

Pour terminer son intervention, Laurent Wauquiez rassure les supporters du parti en rappelant qu’ils mènent ce combat politique en commun et il reparle des classes moyennes. « Nous sommes une grande famille de la droite et du centre qui croit en la valeur et en la réhabilitation du travail. Nous sommes là pour défendre les classes moyennes, les oubliés dans notre pays ».

« Il n’est pas tolérable que les élèves les plus perturbateurs, exclus définitivement d’un établissement, soient automatiquement réinscrits dans un autre. C’est pourquoi, je créerai pour eux des nouvelles structures de réinsertion scolaire adaptées ». Valérie Pécresse

Valérie Pécresse exige une école où le respect est le maitre mot.
Valérie Pécresse exige une école où le respect doit être le maitre mot. Photo par Nicolas Defay

« Je veux une école où les élèves se lèvent quand le maître rentre dans la classe »

Valérie Pécresse tiendra le même discours de fermeté que son camarade républicain, mais concentrée principalement sur le système scolaire en France. « L'école doit être un sanctuaire, insiste-t-elle devant l’auditoire en liesse. Cela commence par le respect inconditionnel aux professeurs. Je veux une école où les élèves se lèvent quand le maître rentre dans la classe et où les parents ne contestent pas les décisions prises par les équipes enseignantes ! »

Elle promet encore : « Ensemble, nous bâtirons cette Nation éducative qui nous permettra, demain encore, d’étonner le monde, en étant fidèles à nous-mêmes, à nos idéaux et à nos valeurs. Nous remettrons l’école de la République debout. Aussi, j’appelle à un sursaut national pour notre école. Il n’y a pas d’école forte sans mobilisation de la nation tout entière. Ma vision, c’est celle d'une nation rassemblée autour de son école. C’est celle d’une nation éducative ».

« L’école, c’est la même chance qui est offerte à tous les enfants de France, c’est la promesse républicaine en actes ! La scolarisation des enfants en situation de handicap n’est pas une obsession dangereuse, c’est une ardente obligation ! » Valérie Pécresse

Valérie Pécresse en visite au Puy-en-Velay.
Quelques opposants pacifistes sont présents pour s'insurger du pass vaccinal. Photo par Nicolas Defay
Quelques opposants pacifistes sont présents pour s'insurger contre le pass vaccinal. Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

8 commentaires

lo

sam 22/01/2022 - 13:58

JE T'AIME MOI NON PLUS....et tous ces moutons qui suivent, notamment "nos" chers députés et autres sénateurs qui pour le pass vaccinal encouragé par la prétendante au palais ont soit votés contre ou se sont abstenus ce qui montre la parfaite entente qui règne dans ce méli-mélo dans l'attente d'un futur ministère......au cas où.  ÇA PROMET...QUEL CINÉMA  !! 

me

sam 22/01/2022 - 10:53

L DUPLOMB qui se voyait ministre de l'agriculture du L WAUQUIEZ élu reporte sans doute ses espoirs sur V PECRESSE et bien on est pas sorti de l'auberge !!

od

sam 22/01/2022 - 10:48

Je suis sidéré de voir Laurent Duplomb aussi proche de L Wauquiez ! L Duplomb est très contesté et de plus en plus. L Wauquiez ne se rend-il pas compte que L D  nuit à l'image de la droite départementale ? Autour de moi, parmi mon entourage "à droite", L Duplomb n'est pas du tout accepté et c'est incroyable qu'il soit sénateur. Il y a un vrai problème avec la représentativité des sénateurs élus par des élus et non pas par le peuple. J'entends que les élus qui choisissent les sénateurs sont démocratiquement élus mais il y a des calculs et ententes politiques ! Et on voit bien au fil des mois que L Duplomb n'est pas représentatif des habitants de droite de la Haute-Loire ! 

re

sam 22/01/2022 - 10:46

Valérie Pecresse, n'oubliez pas que Jacques Barrot fut le mentor de Laurent Wauquiez, ce dernier l'a lamentablement lâché, Laurent Wauquiez fut gilets jaunes l'espace d'une prise de vue médiatique.

Laurent Wauquiez n'a jamais pipé mot quand la préfecture du Puy en Velay était en feu. Ce jour-là Il a abandonné la République. 

Laurent Wauquiez est le grand défenseur de la ruralité, il s'est expatrié à Lyon.

C'est un personnage qui pense d'abord à lui, ces contradictions sont nombreuses, n'attendez rien de lui au cours de votre campagne électorale, Laurent Wauquiez vise le coup d'après en 2027 !

Gardez le bâton de St Jacques, il vous amènera à Compostelle mais pas à l'Elysée. 

pi

sam 22/01/2022 - 10:19

jcc  il fautredresser notre france:  immigration et securité ont les mêmes racines! que l'on veuille ou non  nos racines, notre europe des nations ont une histoire chretienne! c'est une evidence incontestable! alors les bons raisonnements ça suffit! islam veut dire se soumettre, la laicité, le coran s'en fiche "charialement"   : a bondy, 6 boucheries hallal, et la prochaine se refuse a vendre du porc!! heureusement que le maire prend toute mesure pour ces "quelques" chretiens! alors halte au sentiment faiblard et france d'abord!

du

ven 21/01/2022 - 22:12

A l'intégrisme musulman Wauquiez et Pécresse opposent l'intégrisme catholique dont ils portent la bannière, deux faces de la même violence. Ils veulent inclure les enfants en situation de handicap mais exclure les "élèves perturbateurs", instrumentalisant la souffrance des uns contre celle des autres. Ils veulent du "respect inconditionnel" au professeur, le plus imbécile des oxymores, mais du mépris pour l'implication des parents dans l'éducation de leurs enfants. Leur idéologie est, sans ambigüité, rétrograde et dangereuse en recyclant de façon malsaine les thèses les plus rancies de l'extrémisme de droite. La décadence, ils l'incarnent jusqu'à la caricature; tristes Chanteclers qui voudraient nous faire croire qu'en chantant ils vont faire se lever le soleil.

pi

ven 21/01/2022 - 20:01

Des discours que Patrick Buisson pourrait approuver, n'a t il pas en son temps côtoyé certains d'entr'eux?

me

ven 21/01/2022 - 20:01

a lire votre article je m'interroge qui est candidat ?