Vaccination : Massot, phase II

Par Nicolas Defay ven 27/08/2021 - 16:30 , Mise à jour le 27/08/2021 à 16:30

Le "vaccinodrome" en place depuis des mois dans le gymnase du Stade Massot au Puy déménage ce vendredi 27 août. Les 1 200 injections quotidiennes se feront dès lundi 30 août toujours sur le même site mais dans l’enceinte des terrains de tennis couverts.

Pourquoi changer de lieu alors que les tournées de vaccinations vont bon train dans le gymnase ponot ? « Car nous arrivons bientôt à la rentrée scolaire et que nombre d’écoles et d’associations sportives vont devoir utiliser les équipements et l’espace du gymnase, explique le maire de la ville du Puy, Michel Chapuis. Nous avons bien cherché un local dans le centre-ville présentant les mêmes avantages que celui du gymnase, avec un grand parking et la wifi pour les professionnels de santé. En vain. Nous avons alors demandé au Tennis Club si nous pouvions investir la structure des tennis couverts. Ils ont accepté ».

« On a ici un espace idéal, couvert, et avec les mêmes atouts que le premier »

Le bâtiment est situé à quelques mètres de l’actuel "vaccinodrome", à l’extrémité de la piste d’athlétisme. Le parking sera quelque peu éloigné car toujours proposé sur l’emplacement du gymnase. Néanmoins, des places réservées pour les personnes à mobilité réduite sont prévues juste devant les terrains de tennis couvert.

« On a ici un espace idéal, couvert, et avec les mêmes atouts que le premier », assure Michel Chapuis. Aurélien Duvergey, directeur des services du cabinet du préfet de la Haute-Loire, ajoute : « Ce lieu est parfait car il a les mêmes capacités que le premier et est situé sur le même site. Nous nous orientons vers l’injection d’une 3ème dose pour des personnes spécifiques. Avoir un local de ce type nous permettra ainsi d’assurer facilement la continuité de la vaccination ».

Les tennis couverts reconvertis en centre éphémère de vaccination. Photo par Nicolas Defay

Infos pratiques

Les tennis couverts se trouvent sur le site du Stade Massot, après la piste d’athlétisme. Ce nouveau centre de vaccination ouvre ce lundi 30 août. Les horaires sont inchangés, à savoir du lundi au vendredi de 8 à 19 heures. Le samedi de 8 à 13 heures. Le parking est le même que celui du gymnase. Les automobilistes pourront aussi stationner sur la partie sablée le long de la Borne.

« Le tennis est important pour nous (...) mais la vaccination l’est bien plus »

Michel Chapuis souligne tout de même un inconvénient qu’il qualifie de sérieux. « Cette fois, c’est l’association du Tennis Club du Puy qui est lourdement impactée, se désole-t-il. Si on est encore dans une saison où les adhérents peuvent jouer et s’entraîner dehors, nous sommes conscients de les amputer d’un espace couvert et chauffé pour un temps impossible à définir. »

Un sentiment que partage Christophe Livebardon, président du Tennis Club du Puy, mais qu’il nuance sensiblement. « Le tennis est important pour nous, passionnés et adhérents, mais la vaccination l’est bien plus pour tous. Nous espérons bien évidemment que nos locaux nous serons rendus le plus vite possible ». Actuellement, le Tennis Club ponot compte 270 adhérents.

L'asso des Tennis Club, l'Etat, la ville du Puy et l'hôpital Emile-Roux. Photo par Nicolas Defay

En Haute-Loire, plus de 80 % des 12 ans et plus ont commencé leur 1er injection

Jean-Marie Bolliet, directeur du Centre Hospitalier Émile-Roux, et Aurélien Duvergey révèlent ensemble les chiffres les plus récents de la vaccination en Haute-Loire. « Pour la population globale éligible à la vaccination, c’est à dire toutes les personnes de 12 ans et plus, nous sommes à 80.5 % pour la 1ere dose et 73.3 % pour la seconde. Si on fait un zoom sur les 12/17 ans, 60.3 % ont effectué leur première injection. 42.8 % détiennent leur schéma vaccinal complet ». Concernant le taux d’incidence, il est actuellement de 145 pour 100 000 habitants en Haute-Loire. Le taux de positivité est de 2.3 % dans le département, en dessous donc du taux national de 2.8 %.

« C’est une véritable démonstration scientifique de l’efficacité du vaccin »

« 80 % des patients admis chez nous sont des personnes non vaccinées, insiste Jean-Marie Bolliet. 100 % qui sont aujourd’hui en réanimation, à savoir trois patients âgés de 57 à 78 ans, ne sont pas vaccinés. C’est une véritable démonstration scientifique de l’efficacité du vaccin ».

À propos de la rentrée scolaire, « nous allons nous concentrer sur la pédagogie faite aux élèves sur l’importance de la vaccination, livre Aurélien Duvergey. Nous pourrions également déplacer des équipes médicales dans les établissements scolaires pour celles et ceux qui souhaitent se faire vacciner ou encore réserver des plages horaires dans les centres de vaccination au profit d’un groupe d’élève constitué. »

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire