Une visite derrière les barreaux

Par Nicolas Defay ven 01/01/2021 - 03:36 , Mise à jour le 01/01/2021 à 03:36

Pour cette dernière journée de l’année 2020, des élus de la Ville du Puy ont parcouru différentes structures actives pour la Saint-Sylvestre. Du centre de secours des sapeurs pompiers à la gendarmerie, en passant par l’Hôtel de Police et le Codis, ils ont également arpenté les couloirs de la Maison d’Arrêt du Puy-en-Velay.

En maître des clés, Cyril Mathieu, adjoint au chef d’établissement de la prison du Puy-en-Velay, a guidé Stéphane Clabeaux, élu à la sécurité de la Ville du Puy, et Marlène Lasherme, adjointe aux affaires scolaires, à travers les allées de la Maison d’Arrêt de la cité ponote. Une occasion pour présenter les différentes rénovations subies et en cours pour cette vieille dame née en 1897. « Depuis 2017, les embellissements se succèdent ici, explique Cyril Mathieu. Nous avons attaqué par la rénovation de la façade puis par la création d’un véritable poste protégé avec des sas très sécurisés. » D’innombrables caméras ont également été installées dans tous les couloirs et les salles annexes.

Photo par Nicolas Defay

34 cellules pour une quarantaine de détenus

« Actuellement, c’est le terrain de jeu qui est en train d’être refait à neuf avec un revêtement synthétique, confie Cyril Mathieu. En parallèle, les conduites des eaux fluviales vont être changées car elles inondaient justement l’espace de jeu, le rendant parfois totalement impraticable. »
À l’intérieur de la prison, d’importants changements sont aussi à l’œuvre. « Enfin, les détenus auront accès à l’eau chaude dans leur propre cellule dans le courant de l’année 2021 ! », ajoute-t-il. La prison ponote comporte 34 cellules au total pour 42 personnes écrouées actuellement. « Ils sont un ou deux par espace mais pas plus, assure Cyril Mathieu. Chaque cellule mesure entre 10 et 12 m² environ ».

Photo par Nicolas Defay

Des gravures, mémoires de l'Histoire

Du côté du personnel, 43 agents au total sont présents pour assurer la sécurité et le bien-être des détenus. La prison est structurée en plusieurs étages où le rez-de-chaussée est réservé aux prévenus et le 1er aux condamnés. Au-dessus de la salle de musculation, pour l’instant fermée cause Covid, et de la salle de classe où le taux de scolarisation reste très élevé (de l’ordre de 75 % d’après Cyril Mathieu), se trouve une chapelle impressionnante par son espace et son architecture. « Je ne pourrais pas vous dire depuis combien de temps elle existe mais la charpente est du type Gustave Eiffel, indique Cyril Mathieu. Cet endroit est classé aussi bien par son élégance que par la présence des inscriptions de résistants de la 2ème guerre mondiale, toujours gravées dans le bois des box ».

Photo par Nicolas Defay
La chapelle. Photo par Nicolas Defay

Prévenir d’une détresse psychologique

Malgré son architecture à la fois belle et singulière, Cyril Mathieu explique qu’elle n’est plus du tout utilisée depuis des années. « Nous avons à présent quatre aumôneries différentes qui passent de cellule en cellule en fonction des confessions, précise-t-il. Il y a une aumônerie catholique, protestante, musulmane et, plus curieusement, celle des témoins de Jéhovah. C’est très important pour nous car les personnes allouées à cette charge peuvent nous renseigner sur l’état de santé notamment moral des détenus. Nous pouvons alors agir en fonction afin de prévenir d’une éventuelle détresse psychologique de telle ou telle personne ».

Photo par Nicolas Defay
La salle de classe. Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire