Tous

Brioude

Une nouvelle vie pour les bouteilles en verre

ven 27/11/2015 - 10:50 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:37

Pour promouvoir le tri et le recyclage du verre, l'Association de sauvegarde de l'environnement en Brivadois était accompagnée d'un souffleur de verre, sur le marché de Brioude, à l'occasion de la Semaine européenne de réduction des déchets.

« Le verre, on peut le travailler à l’infini ». Dixit Clément Boucheron, souffleur et fileur à Thiers. Pour montrer que le verre peut être valorisé, l'Association de sauvegarde de l'environnement en Brivadois (ASEB) ne pouvait pas rêver meilleur ambassadeur. Répondant à son invitation, l'artisan d'art a installé son four sur le marché de Brioude, ce samedi 21 novembre 2015, dans le cadre de la Semaine européenne de réduction des déchets, et a ainsi délivré le message suivant : le verre n'a pas qu'une seule vie. Pour preuve, les bijoux, vases, luminaires, figurines et autres objets décoratifs que le jeune homme a présentés aux chalands. Et pour enfoncer le clou, le verrier à la main a tourné, soufflé et modelé toute la matinée, transformant le verre en fleurs, en escargots ou en cygnes... qu'il a aussitôt refondus. « Une fois terminée, la pièce est à 600 degrés », a-t-il indiqué. « Si je la laisse à l'air libre, elle va éclater. Il faudrait que je la mette au four pendant toute une nuit pour que le verre soit homogène ».

Un long apprentissage
Un processus que Clément Boucheron a mis des années à maîtriser, de son propre aveu. « Après avoir obtenu un CAP métiers d'art, je suis allé en Lorraine dans une cristallerie pendant un an et demi », a-t-il expliqué. « Ensuite, j'ai suivi une formation chez un artisan près de Nice pendant deux ans. C'est là que j'ai vraiment appris le travail du verre. Avant de le souffler, on apprend à le façonner, à faire plein de petites choses modelées. Il faut compter sept à dix ans pour avoir les bases du métier en main. Ca fait 13 ans que je pratique et tous les jours le verre m'en fait voir ».

Trier, recycler, consigner... valoriser
En plus d'apprécier le savoir-faire de Clément Boucheron et d'assister à la métamorphose d'une boule en papillon, les Brivadois ont été sensibilisés par l'ASEB au tri et au recyclage. « Aujourd’hui encore, 30% du verre est retrouvé dans les poubelles d’ordures ménagères », a déploré Virginie Selaquet, vice-présidente de l'ASEB. « Il se retrouve dans les déchets non triés alors qu'on peut le réutiliser ». En optant pour la consigne, par exemple, comme l'a fait la Brasserie de l'Alagnon, à Blesle. Ainsi les membres de l'ASEB ont-ils invité les Brivadois à leur remettre leurs bouteilles de Damoiselle consignées. Parce que « le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas ».

I.A.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire