Une année désastreuse pour la lentille

Par Nicolas Defay ven 05/11/2021 - 06:30 , Mise à jour le 05/11/2021 à 06:30

Le titre de l’article résume le constat fait par la direction de Sabarot, producteur de la fameuse lentille verte du Puy AOP. Selon les propres termes employés par l’entreprise altiligérienne, « le bilan est catastrophique dans notre région d’Auvergne-Rhône-Alpes et visiblement cette situation se vérifie au niveau national ».

« Comme chaque année, le mois de septembre est l’occasion de faire un point, avec nos agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises, expliquent les dirigeants de la structure bicentenaire. Et, malheureusement, les inquiétudes de ce début d’été se sont, au fil des semaines, confirmées. 2021 s'inscrit comme étant une année de moissons désastreuses pour toutes les lentilles de France . »

En France, seuls 20 % des volumes habituellement récoltés ont été extraits. Sur le territoire du Velay, les rendements ont été divisés par deux cette année.

La pluie a noyé les cultures

La cause de cet effondrement de la production réside en très grande partie dans la météo très pluvieuse durant les mois de pousse. Et si les rendements se sont révélés médiocres, les récoltes ont elles aussi été fortement perturbées par la pluviométrie abondante et quasi constante du mois de juillet. Cette triste réalité s’entrechoque avec un autre sujet, à savoir celui de la consommation alimentaire. Car d’après le CREDOC-CAF 2021 (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie - Comportements et Attitudes alimentaires en France), 48 % des adultes français consomment des légumineuses au moins une fois par semaine. « Cette situation contraste avec le marché très porteur de la lentille en France, livre encore la direction. Les assiettes des Français se végétalisent avec une place importante accordée aux légumineuses. »

« Les clients doivent s’attendre à une indisponibilité des lentilles vertes »

L’équation semble alors insoluble car l’engouement généralisé pour les protéines végétales se heurtent à une offre réduite. « Ce problème va automatiquement entraîner des hausses de prix importantes, affirment de façon transparente les responsables de l’entreprise Sabarot. Et deuxièmement, les clients doivent s’attendre à une indisponibilité des lentilles vertes classiques et des lentilles vertes du Puy AOP (Appellation d’Origine Contrôlée, Ndlr) ».

En France, seuls 20 % des volumes habituellement récoltés ont été extraits. Sur le territoire du Velay, les rendements ont été divisés par deux cette année par rapport aux rendements classiques, ce qui représente seulement 1 000 tonnes de lentille verte AOP ramassées en 2021.

« En Haute-Loire spécifiquement, beaucoup d’agriculteurs travaillent sur une inter-culture propice au maintien de la biodiversité. La Lentille verte du Puy contribue alors à maintenir le couvert des sols permettant à la culture du petit épeautre du Velay sur ces mêmes terres d’être favorisée ». Direction de Sabarot

Des morceaux du Velay dans plus de 70 pays du monde

Dans le département de la Haute-Loire, ils sont 580 agriculteurs à cultiver cet or vert réparti sur 87 communes. « Il faut encourager les agriculteurs à semer des lentilles et notamment la Lentille verte du Puy, insiste les dirigeants. Pour cela, il faudrait pas moins de 4 000 hectares de production pour répondre à la demande mondiale. » En France, la consommation de lentilles s’élève à 51 tonnes chaque année. Quant à la lentille verte du Puy-en-Velay, elle est exportée dans plus de 70 pays sur tous les continents du globe.

« Ce n’est pas parce qu’il y a eu une mauvaise année, qu’il faut l’abandonner ! »

Malgré ce bilan très sombre, Sabarot se veut optimiste pour l’année 2022. La direction rappelle en ce sens l’intervention de l’Organisme de défense et de gestion de l’AOP de la lentille verte du Puy : « Il faut remotiver les producteurs qui partagent la fierté de cultiver de la lentille verte qui est travaillée depuis plus de 2000 ans. Ce n’est pas parce qu’il y a eu une mauvaise année, qu’il faut l’abandonner ! »

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

lo

dim 07/11/2021 - 08:57

C'est peut-être vrai mais toujours est-il que lorsque la météo avantage ces cultivateurs, ce n'est pas pour autant que les prix baissent.. Toutes les excuses sont bonnes et exceptionnellement ce n'est pas la faute à la Covid...quoique..

se

ven 05/11/2021 - 11:47

L : Année 2021 mauvaise pour la lentille d'accord mais depuis 10 ans combien d'année très favorable....il ne faut pas non plus  voir et dire que le pire. C'est idem pour les vignobles....Car quand cumul de bonnes années on ne capitalise pas pour couvrir les mauvaises années, un peu de bon sens car mauvaise année veut dire demande de subventions pour compenser

du

ven 05/11/2021 - 10:19

Ainsi, c'est la pluviométrie "abondante et quasi constante" qui serait responsable de la chute de la production de "l'or vert" de Haute-Loire.

Il faut vite aller dire ça à l'inénarrable Laurent Duplomb qui veut défigurer les paysages altiligériens avec ses retenues collinaires.