Un second réseau chaleur bois dans les tuyaux de l'agglomération du Puy

mar 16/12/2014 - 19:05 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:31

Opérationnel depuis le 6 janvier dernier, c'est sur les hauteurs de Guitard que le réseau chaufferie bois a été installé. Le projet a permis de créer onze emplois, essentiellement pour des entreprises locales.
L'investissement est de huit millions d'euros, dont 2,5 millions sont subventionnés. Le reste de la somme sera remboursé par les usagers : l'équipement devrait être rentabilisé en une vingtaine d'années. Les élus ont opté pour une DSP (délégation de service public) au profit de Cofely, qui invite les habitants du bassin du Puy à se raccorder au réseau pour "la bonne rentabilité économique du projet".

----Aujourd'hui, on estime que 80 % de l'énergie mondiale provient du charbon, du pétrole et du gaz. On considère que pour un baril puisé, quatre sont consommés et la consommation énergétique mondiale augmente d'environ 2 % par an depuis les années 1970...
-----Faire rimer écologie et économie
Cette chaufferie est la plus grande de Haute-Loire et c'est la 150ème à voir le jour en Auvergne. "C'est une réalisation de grande ampleur", certifient les élus de l'agglo, "qui va nous permettre d'économiser 90% de nos émissions de CO2". Déjà 1 000 logements y sont raccordés, ainsi que le centre aquadulique La Vague. Les économies réalisées sur la facture énergétique des usagers sont estimées à environ 20 % et pour la piscine communautaire, on évalue l'économie annuelle à 100 000 euros.
La chaufferie consomme environ 800 m3 de bois pour quatre jours de chauffage et les élus ont pris l'engagement que ce bois provienne "de forêts dans un rayon de 80 km à la ronde". Avec ses huit kilomètres de réseau urbain qui desservent l’équivalent de 900 logements sur la ville, ce nouveau service permet de faire un grand pas en matière de développement durable.

Une étude de faisabilité à 50 000 euros
Citée en référence lors des assises nationales des énergies renouvelables pour son réseau de chaleur bois, l'agglomération ne s'arrête pas à ce dispositif et cherche à étendre le réseau. Une étude de faisabilité pour desservir d'autres quartiers a ainsi été lancée, elle est estimée à 50 000 € HT. Ce projet est subventionnable par l'ADEME à hauteur de 50 %.
Pour associer les différents partenaires institutionnels concernés par ce réseau, la communauté d'agglomération du Puy a sollicité un financement de cette étude à hauteur de 10 % pour le Conseil régional, pour le Conseil général, pour le centre hospitalier Emile Roux et pour le centre hospitalier Sainte-Marie. Les 10 % restants seraient à la charge de l'agglo.

----La Haute-Loire est un département très boisés (près de 40 % de sa surface) et pourtant, sa filière bois est loin d'être florissante. La rédaction de Zoomdici y avait consacré un dossier l'été dernier (lire).-----Les bâtiments qui pourraient être desservis
La liste des bâtiments pressentis à être raccordés au réseau de chaleur, en fonction des résultats de l'étude de faisabilité sont : le gymnase Massot, la caserne Romeuf, la gendarmerie, l'école Saint-Joseph, les Ateliers des Arts, le gymnase de la Libération, la Communauté d'agglomération, le centre de secours, le centre hospitalier Emile-Roux, l'ancienne piscine Quincieu, l'immeuble La Providence, l'église Saint-Laurent, l'hôtel Ibis, l'immeuble Les Deux Rocs, l'immeuble le Saintonge, le lycée et le bâtiment Saint-Joseph, l'école Le Rosaire, l'école et la salle Jeanne d'Arc, la cathédrale, le Séminaire, l'Hôtel-Dieu, le Conseil général, l'école et la crèche d'Aiguilhe, Super U, la maison de convalescence Jalavoux, le centre Roger Fourneyron, le lycée Simone Weil, la Librairie, l'immeuble La Closerie, LIDL, Intermarché, le centre hospitalier Sainte-Marie...

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire