Un saut dans la Loire pour une baignade plus sécurisée

dim 08/07/2018 - 15:42 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:53

L'association SOS Loire Vivante s'est coulée dans le moule européen, en organisant ce dimanche 8 juillet 2018, dans le cadre de la 2ème fête du Moulin du Chambon, son Big Jump depuis le Pont de Chadron à Solignac-sur-Loire. Cette édition 2018 a une portée plus large que les années précédentes, car elle correspond à la révision de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau qui aura lieu cet automne. "Depuis sa création en 2000, cette directive a permis de nombreuses avancées pour nos rivières, lacs et eaux souterraines partout en Europe. Après 18 ans il est bien nécessaire de l’adapter", précise l'association présidée par Roberto Epple et dirigée Simon Burner.
Quatre sites en Haute-Loire ont participé au Big Jump
Le Big Jump est un plongeon de masse dans les lacs et rivières françaises et européennes, le même jour et à la même heure. On compte plus de 150 Big Jump en Europe, 19 en France et 5 en Haute-Loire : Beauzac, Monistrol-sur-Loire, Sainte-Eulalie, Serre de la Farre et le Pont de Chadron. Sous un soleil de plomb (et ce n'est pas le cas chaque année), la baignade donnait envie, mais au-delà de rafraîchir, elle était motivée par un message plus pragmatique.
Cinq sites interdits à la baignade
"Sur la qualité de l'eau, il faut bien distinguer deux choses et souvent on fait la confusion. Quand le Conseil départemental donne des résultats, il dit "97% de la qualité de l'eau est excellente." Mais ça, ce n'est pas pour la baignade, ça correspond à la pollution chimique. Pour la baignade, on regarde uniquement la bactériologie et là on a un certain nombre de problèmes en Haute-Loire parce que l'Agence régionale de santé qui suit la qualité de l'eau montre qu'on a au moins cinq sites officiels qui sont interdits à la baignade pour des raisons de mauvaise qualité", explique Simon Burner. Les cinq sites sont la base multisports d'Aurec-sur-Loire, l'Allier rive gauche plage à Chilhac, l'Allier Pont de Lavoute-Chilhac, l'Allier La Bageasse à Vieille-Brioude et l'Allier rive gauche à Villeneuve-d'Allier. 
Informer les citoyens
"Cette baignade aujourd'hui existe de fait, même si c'est interdit, les gens se baignent. Donc nos décideurs, nos élus ont vraiment quelque chose à faire pour essayer de sécuriser les lieux de baignade, les rendre moins pollués et surtout informer les citoyens", reprend le directeur de SOS Loire Vivante. 
Stéphanie Marin

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire