Un répit pour la famille du Kosovo

mer 22/01/2020 - 10:16 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:01

Mercredi 15 janvier 2020, une centaine de personnes se sont regroupées devant la préfecture du Puy-en-Velay à l’appel du Réseau éducation sans frontières de la Haute-Loire (Resf 43). Les deux parents et deux de leurs enfants sur les trois avaient reçu l’ordre de quitter le territoire vendredi 17 janvier pour retourner au Kosovo, pays qu’ils ont fui cinq ans auparavant. Les membres de l’association Resf, enseignants, élèves, sympathisants, présents ce jour-là ont réussi à pénétrer de façon pacifique à l’intérieur de la préfecture. À force de détermination, ils ont réussi à obtenir un rendez-vous en date du lundi 20 janvier à 18 heures avec Nicolas De Maistre, préfet de la Haute-Loire, et son secrétaire général Rémy Darroux.

----Selon le Resf 43, cette famille est arrivée en France en 2015, après avoir été sous le coup de menaces répétées assez graves pour devoir fuir leur pays d’origine. Elle a été prise en charge par le Cada (Centre d’Accueil pour les Demandeurs d’Asile) de Langeac pendant deux ans et demi. Elle a ensuite été recueillie par le Tremplin au Puy-en-Velay. Elle n’a aucune ressource, trouvant ses produits de premières nécessités par le biais de différentes associations caritatives depuis leur sortie du Cada.-----« Ce que nous voudrions, c’est que le préfet use de son pouvoir discrétionnaire »
« La réunion a duré 1h30, explique Jean-Pierre Artero, membre de l’association Resf 43. Avec moi, il y avait Agnès Ginhoux, également du Resf 43 et Virginie Durantet, professeure de langue française et étrangère au lycée de la Roche-Arnaud. Le préfet est resté arc-bouté sur la loi. Selon de vagues études, l’Albanie et le Kosovo sont des pays sûrs et il n’y a donc aucune raison pour que des migrants issus de ces deux pays ne puissent pas repartir chez eux. Il nous a rappelés qu’il était le garant de la loi. Nous, nous avons souligné que cela faisait cinq ans que cette famille était insérée en France, en Haute-Loire. Que les trois enfants étaient scolarisés au collège et au lycée du bassin ponot et qu’ils suivaient une bonne scolarité. Et que les parents, malgré le fait qu’il leur soit interdit de travailler, avaient des promesses d’embauches sur des métiers en tension comme le ménage ou la restauration, des postes que personne ne veut et qu'eux n'attendent qu'une chose : qu'on leur donne la possibiblité d'y accéder ».

Un répit d’un peu plus de cinq mois
Devant les arguments du Resf 43, Nicolas De Maistre a proposé un moratoire sur leur départ. « Le préfet nous a assurés qu’elle resterait en Haute-Loire sans être inquiétée au moins jusqu’à la fin de l’année scolaire, donc jusqu’à la fin juin 2020, confie Jean-Pierre Artero. Ça leur laisse ainsi un peu de répit sans menace au quotidien. Mais ça ne résout pas le problème pour autant. Ce que nous voudrions, c’est que le préfet use de son pouvoir discrétionnaire et contourne ainsi ce statut de débouté du droit d’asile. » D’après le Resf 43, la porte n’est pas totalement fermée sur le sujet. « Nicolas De Maistre souhaiterait examiner le fait de recevoir les associations afin de définir les modalités d’analyse et de situation pour lesquelles son pouvoir discrétionnaire s’appliquerait éventuellement ».

Sept familles en Haute-Loire déboutées du droit d’asile
« Appliquer la loi stricto sensus, c’est une chose mais attendre cinq ans pour ça, ce n’est pas cohérent, insiste Jean-Pierre Artero. Nous sommes loin d’être une minorité qui préféreraient une justice sociale plutôt que purement administrative, prenant en compte les éléments humains. Ici les principaux éléments sont la présence durant cinq années en Haute-Loire de cette famille, des enfants totalement intégrés, des enfants qui n’ont pas suivi une année scolaire mais qui suivent un cursus scolaire complet. » En Haute-Loire, sept familles sont actuellement déboutées du droit d’asile et sous la menace de quitter le territoire français à tout moment.

Nicolas Defay

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire