Un portrait social de la Haute-Loire

Par O.St jeu 24/02/2022 - 08:00 , Mise à jour le 24/02/2022 à 08:00

En Haute-Loire, 100 490 habitants sont couverts par au moins une prestation légale versée par la Caf, soit 44 %  de la population totale. Sur le territoire, ce taux varie de  31 % à 50 % selon les communautés de communes.  Le département se caractérise par une proportion plus importante de couples avec enfants (37% en Haute-Loire, 34 % au  niveau national).  

820 étudiants bénéficient d’une aide, soit 2 % de l’ensemble  des allocataires (6 % au niveau national)

Les aides versées par la Caf visent à soutenir le niveau de  vie des familles et à réduire les inégalités de revenus. 11 %  des allocataires ont la totalité de leurs ressources financières  composées de prestations légales (16% au niveau national).  

10 120 foyers allocataires vivent sous le seuil de bas revenus  avec un niveau de vie inférieur à 1 105 €. Dans ces foyers  précaires vivent 8 490 enfants. 

Aider les familles à concilier vie professionnelle, vie familiale et vie sociale 

En 2019, la Caf de la Haute-Loire soutient l’offre d’accueil des  jeunes enfants en finançant des équipements et en versant des prestations individuelles aux familles. 5 600 places sont disponibles pour les familles.

Prépondérants sur le département,  les assistants maternels en proposent près de 3 600, soit 64 %  de l’ensemble des places offertes (56 % au niveau national).  
L’objectif est d’apporter une réponse à près de 6 390 enfants de moins de 3 ans qui ont besoin d’un mode d’accueil.  

La Haute-Loire, avec 87,6 places offertes pour 100 enfants, est le 1er département de France en termes de capacité d’accueil du jeune enfant. 

Pour les familles souhaitant interrompre leur activité pour  garder leur jeune enfant, une réponse leur est apportée à travers la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE) :  450 enfants ont des parents qui la perçoivent. 

La Caf contribue aux charges de la famille par le versement de  prestations destinées à l’entretien des enfants :  

> 36 % des allocataires bénéficient des allocations familiales,  versées à partir du deuxième enfant, et 6 % obtiennent un  complément familial,  
> 21% reçoivent une aide visant à assumer le coût de la rentrée scolaire pour les enfants,  
> 4 % perçoivent l’allocation destinée à élever un enfant pri vé de l’aide de l’un ou de ses deux parents,  
> 3 % sont soutenus dans l’éducation et les soins à apporter  à un enfant handicapé. 

La Caf témoigne également d’un engagement important de  soutien à la parentalité. Cette démarche se concrétise par l’organisation d’actions permettant aux parents d’élaborer leurs  repères éducatifs et de soutenir leurs initiatives.  
 

Soutenir les familles dans leurs relations avec l’environnement 

Au mois de décembre 2020, 16 950 foyers altiligériens reçoivent une aide au logement de la part de la Caf. Cela représente une population de 31 190 personnes, soit 14 %  de la population totale du département. La Haute-Loire se caractérise par une moindre proportion d’aide au logement  dans le parc locatif public (14 points de moins qu’au niveau  national). 

Après perception des aides au logement, plus de 1 420  foyers consacrent plus de 40 % de leurs revenus au paie ment du loyer et des charges. La nature de logement se révèle un facteur essentiel. En Haute-Loire, dont le parc locatif  privé est majoritaire avec des loyers plus élevés, le nombre  d’allocataires dépensant plus de 40 % de leurs revenus pour  se loger est multiplié par 8 

Créer les conditions favorables à l’autonomie, à l’insertion et au retour à l’emploi 

La lutte contre les exclusions est un domaine dans lequel la  branche famille est partie prenante de façon constante, cette  mission se traduit par :  
> Le versement du revenu de solidarité active (Rsa) à 3 320  foyers sur le territoire altiligérien.  
> 14 030 allocataires altiligériens bénéficiaires de la prime  d’activité, qui soutient le pouvoir d’achat des travailleurs modestes, tout en visant le maintien dans l’emploi.  

Profil des bénéficiaires du revenu de solidarité active 
3 320 bénéficiaires du Rsa 
23 % des bénéficiaires  ont moins de 30 ans 
Également incitative à la reprise d’une activité, la prime d’activité est cumulée au Rsa pour 820 foyers en 2020.  

> 5 400 personnes souffrant d’un handicap et ayant des ressources faibles ou nulles sont bénéficiaires de l’allocation aux  adultes handicapés (Aah). 49 % d’entre elles perçoivent l’Aah  à taux plein. 
59 % sont des personnes isolées 
10 % sont des familles bénéficiaires  de la majoration isolement
 

Dans le contexte actuel de crise sanitaire, les évolutions du nombre de bénéficiaires de minimas sociaux  se révèlent être très contrastées, depuis mars 2020. Le nombre de bénéficiaires du Rsa a augmenté de 10,9% entre décembre 2019 et  décembre 2020 soit 326 bénéficiaires supplémentaires.  

Cette tendance est contraire à celle observée entre décembre 2018 et décembre 2019 (-2,0%).  
A partir de mars 2020, date de démarrage du 1er confinement, une hausse marquée s’est produite avec un maximum atteint en octobre 2020 à la veille du 2nd confinement, avec  3 322 bénéficiaires.  

Cette augmentation en 2020 est due à l’effet combiné d’une forte hausse des entrées1 (+16,0% en moyenne sur les mois de 2020 par rapport à la moyenne des mois de 2019) et  d’une baisse relative des sorties (-3,2%), expliquée en partie  par les mesures institutionnelles de maintien de droit mises  en place dans le cadre de la crise sanitaire.  

Entre décembre 2019 et décembre 2020,l’augmentation concerne toutes les classes d’âge et toutes les situations familiales. Elle s’avère plus forte  
pour les « moins de 30 ans » (+17,9%) et les « 30-39 ans » (+12,3%), ainsi que pour les personnes isolées (+13,7%) et  les familles monoparentales (+8,4%). La hausse des bénéficiaires du RSA se constate également chez les plus précaires  (+11,6% du nombre de foyers à bas revenus bénéficiaires du  RSA entre décembre 2019 et décembre 2020). 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés