Un frère, une sœur, et du Break dance aux Jeux Olympiques

Par Nicolas Defay lun 13/12/2021 - 17:00 , Mise à jour le 13/12/2021 à 17:00

Elle s’appelle Sya et son grand frère Damani Dembélé. Les deux altiligériens sont des stars du Break dance. Et ils s’avèrent si doués qu’ils font partie des rares artistes potentiellement admis pour défendre les couleurs de la France dans cette discipline aux JO de 2024.

Sya et Damani Dembélé. Elle a 14 ans, lui en a 18. Et malgré leur jeune âge, ce sont déjà des très grands dans ce mouvement qu’ils chérissent depuis tout petit : le Break dance. Frère et sœur, ils font partie du prestigieux groupe des Melting-Force à Saint-Étienne et de l’équipe de France des breakdancers. « Le Break dance ?, répète la question le jeune homme tout juste majeur. C’est une danse qui a fait son apparition dans les 1970 aux États-Unis d’Amérique. Elle est une fusion de plusieurs disciplines comme le hip-hop, la capoeira ou encore la gymnastique. »

« Nous ferons tout pour être les meilleurs ! » 

Ce qu’il faut en soi pour devenir un B-Boy ou une B-Girl ? « Ne pas avoir peur !, insiste Damani Dembélé. Il ne faut pas avoir peur de se lancer et pas avoir peur du regard des autres. Il faut aussi parfois prendre des risques. Le Break peut s’avérer être une danse dangereuse. Pour cette raison, il faut s’entraîner et s’entraîner encore afin de maîtriser totalement les figures et monter en niveau ».

Et question niveau, lui et sa sœur Sya sont clairement en train de se rapprocher du zénith. Au sein de l’équipe de France, eux et la vingtaine « d’arthlètes » (contraction entre artistes et athlète) sont la crème des breakdancers. « Un seul garçon et une seule fille issus de l’équipe de France seront sélectionnés pour représenter la France aux Jeux Olympiques de 2024 à Paris, précise Sya Dembélé. Nous ferons tout pour être les meilleurs ! »

Sya et Damani Dembélé partagent leur passion les élèves de Jules Vallès et Lafayette.
Sya et Damani partagent leur passion les élèves de Jules Vallès et Lafayette. Photo par Nicolas Defay

Sya et Damani Dembélé sont tous les deux vice-champions de France de Break dance. Sya a remporté le prix de l’espoir sportif du département de la Loire ce mercredi 8 décembre 2021. Damani devient champion du monde de la discipline à l’âge de 11 ans en 2015. Melting Force décroche en 2016 la place de Champion de France et celle de vice-champion du monde

« Je voulais trouver quelque chose de plus acrobatique »

Tous les deux viennent de Saint-Just-Malmont. Damani Dembélé a été scolarisé au collège Roger Ruel à Saint-Didier-en-Velay et a poursuivi au lycée Léonard de Vinci à Monistrol-sur-Loire. Quant à sa petite sœur Sya, elle est collégienne dans l’établissement désidérien. « À la base, j’ai commencé par la capoeira, explique Damani. Mais je voulais trouver quelque chose de plus acrobatique. J’ai alors fait un cours d’essai dans le groupe des Melting-Force à Saint-Etienne. Et j’ai adoré ! Ca fait maintenant 13 ans que j’en fais »

Et pour Sya : « Quand j’étais petite, j’allais très souvent voir mon frère à ses entraînements et aux compétitions. Il m’a ainsi transmis la passion ! Cela fait deux ans que je suis à présent dans le groupe Melting Force ».

« Depuis quelque années, la discipline se féminise de plus en plus. Les B-Girl investissent la place ! Et ça c’est super ! Et vraiment, j’encourage toutes les filles qui hésitent à sauter le pas ! » Sya Dembélé

Damani Dembélé en plein break dance.
Certaines figurent défient la gravité terrestre. Photo par Nicolas Defay

« Aucun des compétiteurs ne connaît en amont la musique que le DJ va diffuser »

Le Break Dance aux Jeux Olympiques ? Et pourquoi pas. « Cela faisait un an qu’on était au courant que le Break pourrait faire partie des disciplines des JO, livre Damani Dembélé. Quand nous avons eu la confirmation, on n’y croyait pas. C’était un truc de malade pour nous ! » Il ajoute, enthousiaste : « Et savoir en plus que Sya et moi, nous étions admis dans l’équipe de France, c’était une fierté énorme ! »

Sya Dembélé partage le déroulement d’une « battle », terme qui désigne la prestation couramment organisée dans toutes les compétitions de Break dance. « Le duel peut se faire en un contre un comme en dix contre dix. Aucun des compétiteurs ne connaît en amont la musique que le DJ va diffuser. Il faut donc improviser et s’adapter en permanence en proposant des figures les plus en adéquation avec le rythme imposé. » Un passage dure en général 30 secondes par personne et à raison de deux à trois passages par morceau.

« Le Break Dance reste avant tout un art. Aux JO, cela s’avère plus une discipline sportive. Il faut donc tenter d’allier les deux pour briller comme il se doit et ramener une médaille en France ». Damani Dembélé

Souplesse et énergie dans l'une des postures de Sya Dembélé.
Souplesse et énergie dans l'une des postures de Sya Dembélé. Photo par Nicolas Defay

« Il faut être au top de sa forme pour espérer se positionner dans les meilleurs »

Les Jeux Olympiques...Deux mots qui suscitent le rêve pour tous les sportifs de haut-niveau de la planète. « Depuis que l’on se sait enclins à participer à l’évènement, nous faisons d’avantage attention à nous, révèle le grand frère. On fait gaffe à ce qu’on mange et on fait plus de sport qu’avant notamment pour améliorer le cardio. Le niveau est très haut et il faut être au top de sa forme pour espérer se positionner dans les meilleurs ».

Sa petite sœur, impressionnante par sa maturité en dépit de son jeune âge, continue en ces termes : « Je n’éprouve pas d’appréhension car je vois cette opportunité comme un battle classique teinté, c’est vrai, d’une envergure particulière. Et les JO ne sont qu’en 2024 ! Nous avons donc encore du temps pour stresser ! »

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire