Un festival pour sublimer la nature

Par Nicolas Defay lun 19/04/2021 - 17:00 , Mise à jour le 19/04/2021 à 17:00

La réserve naturelle du Mazonric à Pradelles s’apprête à devenir un lieu magique et insolite. Au mois de juin, des artistes vont participer à un grand festival de land art dans l’un des plus « Beaux villages de France ». Du 16 juillet au 16 août, leurs créations seront alors dévoilées à toutes et à tous.

Une feuille d’arbre. Une pomme de pin. Un galet sculpté par le temps, le vent et la pluie. Petites fractions de nature que nous ne voyons pas forcément, le regard enfoui dans nos soucis ou attiré par des choses plus grandes, plus rutilantes ou différentes. Pourtant, malgré leur petitesse, malgré leur discrétion, ces fragments invisibles sont les briques d’œuvres d’art encore insoupçonnées. Mêlés par l’imagination de l’artiste, cette feuille d’arbre, cette pomme de pin ou ce galet se mettent alors en osmose pour se jouer de nos sens et changer notre perception que l’on croyait limitée.

Le land art est la manière d’utiliser les matériaux de la nature pour former des œuvres d’art. Les artistes travaillent dans des lieux éloignés des centres urbains et l'usage de la photographie leur permet de faire connaître leurs créations. Comme la plupart des mouvements nés dans les années 1960, le land art cherchait à lier l'art et la vie et à arrêter de produire des œuvres seulement destinées aux musées.

« Pour mettre cette fusion en œuvre »

C’est sur le domaine du Mazonric que se trame ce festival de land art, au cœur des montagnes cévenoles et des volcans d’Auvergne. Pendant deux semaines durant le mois de juin, divers artistes vont occuper les 90 hectares de l’endroit pour former des sculptures sur un thème bien précis : « Les royaumes visibles et invisibles du Mazonric, partage Aglaé Machelart de l’association organisatrice Vert vert. Nous attendons ainsi une vingtaine d’artistes issus de plusieurs départements de France. Peu importe que l’on connaisse ou pas cet art et que l’on ait déjà pratiqué ou pas. L’idée est d’utiliser son imagination et ce que la nature propose pour mettre cette fusion en œuvre ».

Photo par Aglaé Machelart

l'entrée des artistes, c'est ici

L'association recherche encore moults artistes prêts à s'engager dans l'aventure.
Voici les différentes infos pour contacter les organisateurs:
asso.vertvert@gmail.com
La page Facebook, ICI.
Coordonnés au 06.43.67.98.12 et 06.38.32.19.39

Une poignée d’heure ou des brassées de jours pour finaliser son œuvre

Qu’ils restent deux heures ou plusieurs jours, les artistes modulent le temps à leur guise, selon ce qu’ils projettent de former. « Les intervenants ne seront pas rémunérés, indique Aglaé Machelart. Ils seront néanmoins hébergés gratuitement le temps nécessaire à leurs créations. L’objectif est qu’ils puissent exprimer leurs émotions durant cet interminable confinement des idées et de la culture en général. »

En parallèle, l’association Vert vert invite les structures sociales de la commune dans le projet. « Nous souhaiterions par exemple que les jeunes des foyers s’aèrent les neurones en participant, s’ils le souhaitent, à la création de sculptures pour ce festival de land art à Mazonric, ajoute-t-elle. Mais surtout sans pression, sans jugement et sans obligation ».

« Les gens pourront donner ce qu’ils veulent »

Du 16 juillet au 16 août, les gens pourront ainsi partir à pied du bourg de Pradelles et remonter jusqu’au domaine du Mazonric en passant par la gare du Vélorail, Vélorail qui sera l’arrêt à cette période pour cause de maintenance. « Ce parcours sera déjà ponctué de créations, précise Aglaé Machelart. Mais le cœur du festival se trouvera néanmoins dans la réserve naturelle du Mazonric où plusieurs boucles seront balisées. Il n’y aura pas de guichets à proprement parlé. Les gens pourront donner ce qu’ils veulent ».

Elle mentionne tout de même qu’un plan précis des sculptures sera édité et disponible sur le site de l’association. « Pour découvrir toutes les créations, cette carte est indispensable. Les visiteurs pourront se la procurer sur internet. Et là aussi, le prix sera libre pour en bénéficier ».

Photo par Aglaé Machelart

Une expo photo

Pour présenter le travail réalisé à un public plus large, le parcours land art fera l’objet d’une exposition photographique dans la château du Mazonric qui sera également proposée à des collectivités et institutions culturelles.

« Le domaine est immense à visiter et il est très facile de ne pas se croiser »

Parce que le Festival musical et écologique du Mazonric de l’année dernière a été annulé cause Covid, l’association Vert vert a souhaité s’adapter au contexte. « Malgré la déception de l’an passée, nous avons quand-même voulu proposer quelque chose en 2021, livre Aglaé Machelart. Faire un festival de land art est destiné à n’importe qui, peu importe la génération, seul, en famille ou entre ami. Le domaine est immense à visiter et il est très facile de ne pas se croiser. »

Elle insiste : « Quelque soit les restrictions que la pandémie génère, nous voulions élaborer une activité dont elle n’aura pas prise ». L’artiste laissera son imagination divaguer et créer des choses au cœur et avec la nature. Le public s’échappera un instant de la morosité ambiante en découvrant la beauté oubliée qu’offrent...quelques petites pommes de pin.

Photo par Aglaé Machelart

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire