Un an après, Mgr Crepy vu par ses fidèles

mar 12/04/2016 - 14:31 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:40

Le 12 avril 2015, Luc Crepy vivait son ordination. Cela faisait un an jour pour jour ce mardi 12 avril 2016, et le 106ème évêque du Puy-en-Velay semble avoir séduit par sa proximité. Le 12 février 2016, un an après sa nomination par le pape François, Mgr Crepy dressait le bilan de sa première année à la tête du diocèse ponot. Cette-fois, nous sommes allés à la rencontre de paroissiens pour recueillir leurs impressions sur Mgr Crepy.
A la ville comme à la campagne
Ce mardi matin, Yvette, sexagénaire coquette, est sous le charme : "Il est très ouvert. Vous vous rendez compte qu'il a été rendre visite aux petites paroisses dans tout le département ? Ma soeur est à Langeac, elle ne pensait pas le voir à la campagne". C'était un de ses engagements quand Luc Crepy était arrivé au Puy, quelques semaines avant son ordination : "J'aimerais rendre visite aux religieux et religieuses contemplatifs puisqu'ils ne sortent pas de leurs monastères".
"Il est d'un abord plus facile"
La comparaison avec son prédécesseur se fait presque malgré elle. "Par rapport à Mgr Brincard, il est d'un abord plus facile, plus naturel, je pense plus adapté à un diocèse comme celui du Puy. Certaines décisions de Mgr Brincard avaient été plus contestables et contestées. Il était d'un contact un peu plus difficile, sauf à la fin de son passage en Haute-Loire", analyse Christian, un Ponot de 67 ans. Les paroissiens n'oublient pas pour autant l'engagement de Mgr Brincard, notamment autour du chemin de Saint-Jacques, du Camino ou encore de la réfection de la cathédrale.
"Je l'aime bien parce qu'il a l'air très ouvert d'esprit, ce qui n'était pas le cas d'Henri Brincard. Mais au-delà de ça... je ne vois pas trop à quoi servent les évêques dans d'aussi petits territoires", développe Emilie, perplexe. A 27 ans, cette habitante de Polignac était venue à l'ordination "par curiosité". "J'attends de le voir au Jubilé, le 15 août, ça va être un grand moment."

Christian, lui aussi, veut donner un peu de temps à Luc Crepy avant de pouvoir se faire une réelle opinion : "Laissons lui le temps de mieux connaître le département et les hommes et femmes qui le font vivre. Il est difficile de juger un nouvel évêque sur un an".

Emma Jouve

Notre partenaire, RCF Haute-Loire, a consacré toute une émission au bilan de Mgr Crepy.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire