Tous

Yssingeaux

Trois supermarchés d'Yssingeaux contrôlés par les agriculteurs en colère

mer 05/11/2014 - 17:41 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

Il y a un peu plus d'an, ils avaient rempli des chariots sans payer. Maintenant, les agriculteurs privilégient le dialogue. Dans le cadre de la journée nationale d'actions lancée par la FNSEA et les JA, les agriculteurs de Haute-Loire se sont rendus dans plusieurs grandes surfaces de Brioude, du Puy et d'Yssingeaux ce mercredi 5 novembre 2014 à partir de 10 heures. Objectif : contrôler l'origine des produits présents dans les rayons et sensibiliser les clients sur l'importance d'acheter et de manger français.

La "police de la viande" passe à l'action
La quarantaine d'agriculteurs présents ce mercredi matin sur le parking d'Aldi à Yssingeaux, parmi lesquels le président de la FDSEA, Yannick Fialip, se sont équipés de brassards orange fluo intitulés "Police de la viande", matérialisant de façon symbolique leur volonté de contrôler l'origine des produits agricoles vendus dans le magasin.
C'est donc munis de leur brassards et d'étiquettes que le cortège d'agriculteurs a parcouru les rayons en compagnie du responsable du magasin, lisant soigneusement au passage les étiquettes des aliments tels que le lait, les produits laitiers, mais surtout la viande, les plats préparés ou encore les fruits et légumes. Chaque produit à l'origine étrangère ou douteuse étant étiqueté au passage, voire même retiré du rayon par le responsable lui-même.
Ainsi, les clients présents pouvaient lire dans les rayons "N'achetez pas çà, favorisez les produits français", ou encore "Et si vous achetiez des produits français ?", "Préférez manger français" sur bon nombre de denrées du magasin.

----35 000 agriculteurs étaient mobilisés, ce mercredi, sur 90 actions réparties dans toute la France.-----Une action pacifique pour dénoncer des abus
Répondant à la volonté de Yannick Fialip de "démontrer que des produits étrangers sans traçabilité sont présents dans ces enseignes, sans dégradation dans le supermarché... On n'est pas là pour tout casser, mais pour dénoncer le paradoxe qui existe entre la présence de ces produits et les contraintes de traçabilité et de qualité auxquelles nous devons faire face".
Cette opération s'est déroulée dans le calme, les agriculteurs voulant sensibiliser les gérants des magasins et les consommateurs sur la qualité de leur travail et la concurrence jugée déloyale de ces produits importés trop facilement à leur goût.

"Votre alimentation, notre métier, il faut les conjuguer"
Derrière ce slogan lui-aussi affiché dans les enseignes yssingelaises visitées par les agriculteurs (Aldi, Lidl et Super U), la nécessité de faire le choix de "bien manger" en mangeant français. L'argument principal des agriculteurs étant le contrôle des produits, la qualité et l'achat équitable. Ainsi, le président de la FDSEA estime " qu'il faut que les grandes surfaces pratiquent le partage des marges, permettant aux agriculteurs locaux, avec seulement 10% de prix en plus, de vivre de leur production."
Un petit effort sur le prix que doivent également faire les consommateurs, en faisant le choix de manger des produits locaux et de qualité. Encore faut-il le pouvoir, comme en témoigne cette mère de famille présente ce mercredi matin dans le magasin Aldi : "Je comprends l'action des agriculterus, mais étant seule avec trois enfants, je ne peux pas me permettre d'acheter plus cher, et c'est pour cela que je viens ici."

Quelques exemples de produits contrôlés
Parmi les nombreux aliments passés entre les mains de la "police de la viande" ce mercredi matin à Yssingeaux, quelques exemples criants dénoncés par les manifestants :
En tête de liste, arrive l'agneau de Nouvelle Zélande, vendu surgelé à 7€ le kg, avec une durée de vie de trois ans, ce qui est une aberration pour Yannick Fialip :  "Jamais un produit surgelé, qui plus est de la viande, ne peut être consommable pendant trois ans, aucun produit français n'aurait l'autorisation... et nous ne pouvons pas non plus commercialiser notre gigot d'agneau à moins de 12€ le kg pour vivre".
Vient ensuite le "poulet d'origine douteuse, USA ou Brésil" selon les agriculteurs... Il a été retiré du rayon pendant la visite de contrôle. Des plats préparés à la viande sans origine ont également été épinglés, ainsi que des choux-fleurs tchèques et des pommes de terre belges notamment.
Après la visite d'Aldi, les agriculteurs ont continué leur travail de contrôle et d'étiquetage dans les supermarchés Lidl et Super U d'Yssingeaux.

G.V.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire