Tourisme : pénurie de main d'oeuvre dans un des secteurs les plus florissants du département

jeu 26/10/2017 - 14:35 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:49

Avec 500M€ de retombées économiques par an et 2 400 emplois, le tourisme est sans conteste l'un des principaux leviers économiques du conseil départemental, qui partage la compétence avec le Conseil régional et la communauté d'agglomération du Puy.
Ce sont ces synergies et ces portefeuilles additionnés qui permettent une telle réussite, car s'il existe quelques points noirs, le bilan du cru 2017 est globalement très bon, comme évoqué dans ce premier volet, où Zoomdici a cherché des explications à la réussite touristique du cru 2017 avant de s'attarder sur les points noirs de cette saison (lire notre dossier Tourisme : les clefs du succès, les pourquoi des couacs). 

Le tourisme, une compétence (partagée) qu'il n'est pas question de céder
Malgré la baisse des dotations de l'Etat, "les sites touristiques départementaux ont besoin d'investissements lourds" explique le Président du Conseil départemental Jean-Pierre Marcon. Il faut dire que la compétence tourisme est transversale et fait appel à des domaines divers et variés, comme les routes, le numérique, la dimension agricole (produits apportés avec les AOP) ou encore la culture et le patrimoine.
Le tourisme est une compétence (partagée) très importante pour le Département, qu'il n'est pas question de céder ? C'est aussi pour la collectivité une compétence transversale et un important levier économique ? 

Un hic sur le front de l'emploi
"On manque de professionnels du tourisme pour en faire un véritable fer de lance du Département", confie un acteur du tourisme. Dans le schéma départemental de la collectivité, il est bien stipulé que cette activité touristique doit créer de nouveaux emplois et là, il y a un hic car "on n'y arrive pas", reconnaît le chef de file de l'exécutif départemental. Les restaurateurs ne trouvent pas chaussures à leur pied, idem pour les centres de loisirs ou encore les moniteurs de sport d'eaux vives.

Eaux troubles dans l'Allier
Hervé Pichon est prestataire eaux vives sur l'Allier, seule aire d'eau praticable durant l'été. "Les sports d'eaux vives devraient être l'un des fleurons du territoire", estime-t-il, alors qu'il peine lui aussi à recruter.
S'il ne se plaint pas de la fréquentation globale, il pointe du doigt quelques incohérences. "Les travaux de Poutès ont coloré l'eau", constate-t-il, "les travaux sont certainement nécessaires mais doit-on les faire en pleine saison touristique ?". 

Comment expliquer cette pénurie de professionnels dans les emplois touristiques ? 
Marie-Agnès Petit est la Présidente de la Maison départementale du tourisme et par ailleurs vice-présidente du Conseil Départemental en charge du tourisme. 
L'activité touristique est génératrice d'économie et d'emplois, mais on constate dans les faits une véritable lacune dans l'adéquation entre les postes à pourvoir et les postulants. Comment expliquer cette pénurie de professionnels dans les emplois touristiques ?


----Avec 500M€ par an de retombées économiques, le PIB (produit intérieur brut) du tourisme est même supérieur à celui de l'agriculture, alors que la Haute-Loire est pourtant un département particulièrement agricole (environ 7 % des emplois altiligériens, la proportion est de 2 % au niveau national).-----Petit rappel des moments forts de cette saison touristique
Plus de 6 000 nuitées rien que pour la venue du Tour de France, 250 000 visiteurs pour venir admirer les monuments du Puy s’illuminer la nuit, un taux d'occupation moyen de 67 % en Haute-Loire, un record de fréquentation au festival de la Chaise-Dieu avec un taux de remplissage moyen de 92 %), idem à Saugues pour la musique celte avec notamment Matmatah et encore un record de fréquentation aux Nuits de Saint-Jacques avec Slimane et Soprano...
Ajoutez à celà des incontournables comme le Roi de l'Oiseau, des fréquentations en hausse de 8 à 20 % observées au niveau de tous les monuments, tout comme à l'office de tourisme du Puy (plus de 80 000 personnes accueillies), sans oublier, pour les restaurateurs ponots, une augmentation de leur chiffre d’affaire de l’ordre de 20 %, des commerçants et artisans aux anges rue des Arts, et vous obtenez un succès a priori incontestable qui permet notamment à la cité vellave d'affirmer son leadership et d'être parmi les 25 sites emblématiques d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire