Tourisme: Bilan contrasté en Juillet et incertitudes pour août

Par T.Ch sam 31/07/2021 - 07:00 , Mise à jour le 31/07/2021 à 07:00

Nous sommes déjà le 31 juillet 2021. On a cherché à dresser un bilan de ce début de saison touristique au fil d'une déambulation dans les rues du Puy et de quelques coups de fil aux personnes en contact avec les visiteurs. Le bilan est très contrasté. Si juillet a pu paraitre correct, le mois d'août est incertain. Le chassé croisé de ce week-end devrait vite apporter des réponses.

2020 avait vu l’absence des touristes étrangers compensée de beaucoup par les estivants hexagonaux encore sous la sidération des deux mois passés sous un confinement strict. Au contraire de ce début d’été post-confinement 2020 et parce qu'on apprend peu à peu à vivre avec la Covid, les estivants semblent encore présents ce mois de juillet mais l’ambiance semble moins sereine pour les commerçants. La confiance, mère de tous les indicateurs économiques, n’y est pas.

 A l'inverse, elle l'est beaucoup plus chez les loueurs de gîte qui sont sur les bases d'une année record. Enfin, au musée, dans les monuments et au cinéma, la mise en place du pass sanitaire depuis le 21 juillet a eu des conséquences

Le mois de juillet, on l’a fait plus ou moins mais pour août, on est inquiet !

Pour cette commerçante de la rue des tables "Ce n’est pas tant le mois passé qui inquiète “Le mois de Juillet, on a fait notre mois, somme toute” c'est une incertitude qui pèse sur le mois d’août. On ne sait pas ce qui va se passer, pour le moment il y a encore des clients mais les gens ne semblent pas aussi sereins qu’à l’accoutumée" constate Martine.

Je ne dirais pas ambiance morose mais on sent plutôt une certaine inquiétude

Dominique Bourgin, responsable du Camino constate de son côté, qu’il y a de plus en plus des tensions entre les personnes. “C’est particulièrement le cas quand certains revendiquent leur droit à ne pas être vaccinés alors que d’autres estiment qu’eux, ayant fait le choix contraire, sans envie parfois, ne comprennent pas que quelques-uns par leur irresponsabilité mettent leur santé en jeu".

Une météo plutôt favorable aux commerces en centre-ville

Quand la météo est fraîche, ce n’est pas tellement négatif car, "quand il fait trop chaud, en vieille ville on ne voit plus personne" explique Martine. "La météo de cette dernière semaine de juillet a tout de la météo idéale" poursuit-elle, "Ce serait bien que ça dur comme ça quand il fait trop chaud, les gens ne restent pas en ville pour flâner".

Brumisateur place de la mairie, la chaleur n'a pas toujours été au rendez-vous en juillet Photo par Th Chabanon

De fait, ce jeudi après-midi, il fait une chaleur pesante dès midi, les terrasses des restaurants sont prises d’assaut ainsi que les espaces ombragés. Les salles du Ciné Dyke de la séance de 14 heures limitées à la jauge de 50 places afin d’éviter d’avoir à demander le pass sanitaire obligatoire depuis le 21 juillet se remplissent assez bien.

Jeudi midi, on relevait 35° dans les voitures garées au soleil

Il est évident que quand il fait aussi chaud, l’appel de la baignade se fait plus présent. Les berges du lac du Bouchet ne désemplissent pas de même que la plage de Monistrol d’Allier.

L'effondrement du nombre des marcheurs du Saint-Jacques

L’impression visuelle en journée que ce soit à Saint-Privat d’Allier, à Monistrol ou à Saugues est qu’il y a moins de monde sur le chemin. Ce jeune couple parisien Oriane et Jérôme parti du Puy le mardi 20 juillet main dans la main et sans avoir réservé n’a d'ailleurs pas eu trop de mal à trouver une chambre pour la nuit, ce qui aurait été impensable en 2019 et même en 2020. Il n’ont d’ailleurs réservé aucune de leurs étapes. Pourtant, les hébergements collectifs ne peuvent, en théorie, accueillir à 100% de leur jauge pour respecter les règles sanitaires, ce qui fait que le nombre de places est divisé de moitié.

"Les pèlerins n’aiment pas à avoir à trop chercher où dormir, ce n’est pas l’esprit du chemin” explique à nouveau Dominique Bourgin. Elle constate la baisse importante du nombre de pèlerins au mois de juillet et cherche des éléments d'explication. "Bien sûr, il manque une grande partie des marcheurs étrangers, spécialement ceux qui viennent de loin et qui ne sont pas là cette année encore. Mais, l'an passé, les français avaient largement compensé leur absence.

"Le matin, à la bénédiction de 7 heures, il y a au maximum une centaine de personnes quand en pleine saison, on en compte souvent plus de 250. La baisse est tangible". D Bourgin

A l'office de tourisme, on estime que la fréquentation est normale et qu'il y a même des étrangers en nombre

A l’office de tourisme, il n’y a pas foule ce jeudi midi, mais c’est le moment du repas. D’ailleurs, les hôtes et hôtesses présents estiment avoir eu la visite de pas mal d’étrangers et si on ne peut pas encore donner de chiffres précis sur les fréquentations de l’office et sur la vente des billets de visites, la fréquentation est plutôt de tendance normale. De fait, lors de notre passage, une visiteuse entre et cherche vainement un interlocuteur hispanisant.

De leur point de vue, les organismes qui ont mis en place le pass sanitaire comme au cloître, pourraient avoir connu une baisse temporaire de fréquentation. D’autres organismes comme le rocher Saint Michel ont choisi de limiter la jauge à 50 en filtrant les entrées avant la montée.

Le pass sanitaire, un frein ou pas ?

Nombreuses sont les personnes qui arrivent à la caisse de l'entrée du cinéma avec leur pass sanitaire à la main ou enregistré sur leur téléphone. Cela ne semble pas les choquer. Il faut leur expliquer, au contraire, que puisque cette séance ne dépasse pas les 50 personnes, le sésame n'y est pas demandé.

Pas de pass à présenter au cinéma pour les séances limitées à la jauge de 50

Il l'est aux séances du soir pour les films qui connaissent les plus gros succès. On parle de Kamelott en l'espèce. Il est recommandé sur la vitrine de vérifier les séances qui nécessitent un passe ou pas.

Avec un pass, on peut faire la visite du musée sans masque

Au musée, le pass sanitaire est exigé dans tous les cas. Sa présentation à la caisse ne semble poser aucun problème mais d'un autre côté, il ne semble pas y avoir tout le temps 50 personnes de conserve. Par contre, la loi prévoit que muni de ce document, la visite  peut se faire sans masque et ça, c'est quand même un sacré bonus.

Les établissements qui ont dû mette le pass dès le 21 juillet le signale clairement Photo par Th Chabanon

Au Cloître, comme dans tous les établissements recevant plus de 50 personnes (ERP) , le pass a été mis en place dès le 21 juillet. Jusque là, la fréquentation y est jugé assez normale pour un mois de juillet et s'il y a eu une petite inflexion de la fréquentation au moment de la mise en place du pass sanitaire,

il n'y a eu aucune tension de la part des visiteurs.

"Le bilan de sa mise en place est plutôt meilleur qu'imaginé" nous dit-on. "Il a fallu un peu d'organisation en amont mais jusque-là, cela m'a pas posé de problème. Comme on indique sur la porte l'exigence du pass, ceux qui en sont dépourvus doivent sans doute faire demi-tour. Quant aux autres, ils s'y plient de bonne grâce. Quelques-uns qui demandent quelles sont les informations auxquelles on a accès sur eux. On les rassure, notre logiciel valide ou non les QR codes, aucune trace n'est conservée.

Il y a seulement quelques difficultés avec les pass étrangers qui ne sont pas reconnus.

Ceux-ci font l'objet d'un traitement manuel".

Les tendances de la location en gîte, un mois exceptionnel

Pour Vanessa Coste-Okouloff,  directrice des  Gîtes de France en Haute-Loire, le mois de juillet en Haute-Loire a été fantastique puisque, dans les hébergements labellisés, le taux de remplissage est de 100 % !

"Je n’ai jamais connu ça au Puy, c’est une saison  exceptionnelle pour gites de FranceVanessa Coste-Okouloff

Il devrait être à nouveau très bon en août. Elle déclare “depuis que je suis à gîtes de France, je n’ai jamais connu ça au Puy, c’est une saison  exceptionnelle pour gites de France et le mois d'août devrait suivre cette tendance selon nos chiffres actuels".

La buvette du fer à cheval fait recette en cette fin juillet Photo par Th Chabanon

On le constate, les touristes sont présents en cette fin juillet. Les terrasses des bars et des cafés en témoignent par leur affluence globale. Ce n'est sans doute pas une saison tout à fait exceptionnelle mais elle apparait normale pour le moment malgré la mise en place tardive de nouvelles mesures qui n'ont pas complètement freiné la fréquentation des espaces qui le demandent en attendant l'élargissement du pass le 9 août.

 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés