Tour de France au Puy : "ce qui nous intéresse, ce sont les retombées à long terme"

mar 18/10/2016 - 17:35 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

"Le gain d'activité de cette année est intéressant, mais ce qui nous intéresse surtout, ce sont les retombées à long terme". Emmanuel Crespy ne dissimule pas sa satisfaction de voir la Grande Boucle poser ses valises dans la cité ponote pendant trois jours, mais il espère que ce sera l'occasion de passer un cap en termes de notoriété pour le tourisme vellave.
En effet, que ce soit pour le secteur de l'hébergement (plus de 4 000 personnes, rien que pour l'organisation), de la restauration ou encore de la notoriété, le passage de la Grande Boucle devrait susciter des retombées économiques très importantes.

Entretien avec Emmanuel Crespy, le directeur de plusieurs hôtels sur le bassin du Puy-en-Velay. 

Trois bonnes nouvelles coup sur coup pour la ville du Puy-en-Velay avec une arrivée d'étape, une journée de repos et un départ... Quelle est votre première réaction ?
Pour nous, c'est un grand soulagement, puisqu'on avait été contacté par ASO dès le mois d'août afin d'envisager le passage du Tour au Puy. Il a fallu mobiliser tous les hôteliers de l'agglomération et même du département pour essayer de trouver une solution d'hébergement pour les 4 000 personnes que représentent seulement l'organisation et les équipes. On a travaillé d'arrache pied pour y arriver, on est donc soulagés d'apprendre aujourd'hui que le tracé est confirmé et qu'on aura le Tour pendant trois jours. 

Le Puy est retenu et pour trois jours mi juillet, c'est la cerise sur le gâteau pour les hôtelliers ?
Complètement car si on avait sollicité pour le 17 et le 18 juillet, on ne savait pas si c'était pour l'une des deux dates ou pour les deux. Et médiatiquement parlant, le dilmanche est l'une des journées d'audience les plus fortes, ça va donc être un coup de projecteur sur le Puy tout à fait exceptionnel.

Combien de lits vous ont été demandés et quelles étaient les exigences de l'organisation ? Si vous n'étiez pas en mesure de proposer ces lits, le Tour ne passait pas ? La venue du Tour de l'avenir l'an dernier a été facteur déterminant ? 

----Si la Haute-Loire bénéficie d'une fréquentation touristique tout à fait honorable par rapport à la taille et aux atouts du territoire, elle ne parvient pas, en revanche, à capter le touriste, qui reste en moyenne, moins de trois jours... Lire notre dossier complet ici.
-----La Grande Boucle était déjà passée au Puy en 2005. A-t-on une idée de ce que ça peut représenter en termes de retombées pour la ville ? 
Déjà, en 2005, il ne s'agissait que d'une arrivée donc l'impact était moindre. Aujourd'hui, il y a deux aspects essentiels : d'abord ils vont passer au début de la saison, traditionnellement, le week-end qui suit le 14 juillet, nos hôtels ne sont pas complets. Pour vous donner un ordre d'idée, l'an dernier, notre taux d'occupation était d'environ 60 % et cette année, il sera de 100 % pendant deux jours, et peut être même trois avec les équipes techniques qui viennent en repérage mais le plus important pour nous, c'est la communication qui peut être faite autour du potentiel touristique du Puy. Le gain d'activité de cette année est intéressant, mais ce qui nous intéresse surtout, ce sont les retombées à long terme. Car notre volonté commune, c'est de transformer le Puy en destination touristique, et non plus une simple ville de passage. Le fait d'accueillir le Tour de France cet été est un vecteur fantastique de communication.

Vous pensez que les formidables images que la télévision peut renvoyer de la course et donc du territoire peuvent être un élément déclencheur pour réserver un séjour touristique au Puy ? 
J'en suis convaincu car on a la chance d'avoir un site spectaculaire, contrairement à certaines villes qui peuvent avoir de très beaux musées, mais pour autant, le site n'est ni spectaculaire, ni télévisuel. C'est le premier aspect et il est très important. Deuxièmement, il ne faut pas oublier que le Tour de France est à ma connaissance le troisième événement mondial en termes de télédiffusion, après les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de football. Je ne suis pas certain que le Puy soit prêt à accueillir, ni la coupe du monde, ni les JO, donc on peut s'estimer heureux d'avoir ce qui se fait de mieux en couverture télévisuelle et qu'on le veuille ou non, si on a de belles images, ça marque les gens dans le monde entier et ça peut susciter des séjours touristiques, à condition que l'on sache capialiser sur cette communication.

Le contexte économique demeure difficile en situation d'état d'urgence. Cette annonce arrive comme une bouffée d'oxygène pour les professionnels du tourisme du département ? 
Absolument, je crois que l'on a eu une saison 2016 dans un contexte très particulier compte tenu de l'environnement sécuritaire lié aux attentats et ça a forcément pesé sur le tourisme cette année. Au Puy, on a tout de même eu des événements comme le Tour de l'avenir, le Tour d'Auvergne, le Jubilé, qui ont heureusement soutenu la fréquentation. J'avoue que l'annonce de la venue du Tour de France l'an prochain est un vrai soulagement pour nous car ça devrait permettre de soutenir l'activité en juillet et surtout susciter des séjours touristiques sur le bassin du Puy à l'avenir.

Est-ce qu'il est encore possible de trouver une chambre sur le bassin du Puy pour la venue de la Grande Boucle en juillet prochain ?


Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire