« Toujours un truc sympa qui s’y passe dans cette agglo du Puy », dit le touriste idéal

ven 20/10/2017 - 17:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:48

« Vous en reprendrez bien un peu ? » Oui difficile d’y échapper, voire de bouder les excellents chiffres qui circulent maintenant depuis plusieurs semaines, quant à la fréquentation touristique exceptionnelle qu’a connu la cité ponote durant l’été 2017.
Une mélopée qu’on ne se lasse visiblement pas d’entendre, puisqu’une nouvelle ( la dernière?) grand-messe matinale a réuni des représentants de tous les acteurs institutionnels du tourisme (Agglo et mairie du Puy, Département) mais aussi économiques (restaurateurs, hôteliers, cafetiers, petit train) et associatifs (Roi de l’Oiseau), ce vendredi matin à l’Hôtel-Dieu.

----Une arrière saison boostée

Rocher Corneille
+22,89 % d’entrées en septembre 2017.
Foreteresse de Polignac
+21,76% d’entrées en septembre 2017.
Saint-Michel d’Aiguilhe
+17,68 % d’entrées en septembre 2017.-----Le Puy affirme son leadership
Une partition qui se veut sans fausse note et qu’a encore tenu à voir exécuter le chef d’orchestre Laurent Wauquiez, et président de la Région - principal financeur de ces investissements touristiques - rappelant volontiers au passage que l’idée « Puy de Lumières » était de lui.
Plus de 250.000 visiteurs pour venir admirer les monuments s’animer en vidéo-mapping et 150.000 lors du passage de la grande vitrine médiatique du Tour de France ; des fréquentations en hausse de 8 à 20 % observées au niveau de tous les monuments ; pour les restaurateurs, une augmentation de leur chiffre d’affaire de l’ordre de 20 % : plus personne ne doute maintenant de ce succès.
Un succès aussi certainement en partie alimenté par l’ensemble de l’offre touristique et culturelle proposée au Puy, dans son Agglo ou même en Haute-Loire. La cité vellave y affirme en tout cas son leadership et sera parmi les 25 sites emblématiques d’Auvergne-Rhône-Alpes.

«Le tourisme c’est l’avenir de notre territoire»
La rencontre de ce 20 octobre a aussi été l’occasion de remobiliser les forces en présence pour le futur. « 2017 est un millésime exceptionnel, affirme Laurent Wauquiez, mais c’est aussi un point de départ, le tourisme c’est l’avenir de notre territoire.»
La marée humaine qui a été observée dans les rues du Puy durant l’été, a opéré une petite révolution des esprits, les anciennes références ne suffisant bientôt plus à dépeindre le phénomène : « chaque soir il y avait plus de monde que pour un 15 août » observe malicieusement Carine Chabrier du petit train touristique.
On est loin de la caricature d’une ville froide et prude, engoncée dans sa bure moyenâgeuse et qu’avait commencé à bousculer son ancien maire Bernard Jammes, dans les années 80.

Le Chemin de Saint-Jacques comme «une marque»
Elle est indéniable la dimension spirituelle et humaniste du Chemin de Saint-Jacques, « une marque autour de laquelle doit se bâtir le projet de notre développement touristique », estime Laurent-Wauquiez, mais on ne vient plus au Puy forcément pour des motifs religieux, on y vient pour la vie culturelle qui semble s'y développer et pour son important patrimoine architectural, artistique et culturel. Une  richesse qui ne saute pas forcément aux yeux de celui qui se réveille chaque matin devant un tel spectacle, mais que lui rappelle le regard des touristes ébahis.
« Il faut que les visiteurs potentiels se disent : Il y a toujours un truc sympa qui s’y passe dans cette agglo », imagine Laurent Wauquiez pour illustrer le degré d’exigence de ce débouché économique.

500 emplois supplémentaires créés cet été ?
Aussi le cru 2018 se prépare dès maintenant et les nouveautés ne manquent pas (extension de Puy de Lumières, spectacle de Saint-Vidal inspiré du Puy du Fou), pour maintenir la fréquentation à des degrés proches de la référence 2017.
Du côté des restaurateurs notamment, on sera peut-être plus parés à accueillir ce flux, sans avoir à refuser une cinquantaine de couverts chaque soir.
Pourtant « près de 500 emplois supplémentaires on été créés du fait de cette saison exceptionnelle, avance Laurent Wauquiez, des chiffres obtenus en recoupant les données de Pôle emploi et une estimation faite auprès des professionnels de la restauration et de l’hôtellerie.»
Des renforts qui n’ont visiblement pas été observés partout, car bon nombre de patrons et serveurs ont fini la saison sur les rotules.

J.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire