Thesee : l'arme 2.0 pour combattre les escroqueries 2.0

Par Nicolas Defay lun 15/08/2022 - 16:00 , Mise à jour le 15/08/2022 à 16:00

Demande de rançon, chantage, réactualisation de vos données bancaires par mail...Tout internaute a déjà reçu au moins une fois un courrier électronique ou un sms plus que suspect. Ce sont ainsi 983 infractions de ce type relevées entre janvier et août 2021 en Haute-Loire. Si l'année 2022 enregistre moins de plaintes dans le département, le problème reste très sérieux pour les services de l'Etat.

"Vous faites l'objet d'une plainte pour détention de vidéos pédopornographiques (...). Rendez-vous sur cette adresse mail pour régler l'amende. Dans le cas contraire, vous serez recherché et présenté devant la justice". "La gendarmerie Royale vous convoque car vous êtes accusé de...". "Cher Nathalie, vous devez régler 1.95 € TTC pour récupérer votre colis postal. Payez en ligne et vous éviterez des frais de dédouanement de 15€". "Quoi ?! C'est toi dans cette vidéo ?!!! Clique sur ce lien pour vérifier !"...
La liste des faux mails, des faux liens, des faux sms que nous recevons tous de façon presque quotidienne s'avère aussi longue qu'agaçante.

Si la majorité de ces courriels pirates apparait comme une évidence d'escroquerie aux premiers mots, certains sont moins détectables. En 2021, selon les chiffres de la préfecture de Haute-Loire, ce sont 983 altiligériens qui ont signalé en être victime. "Cette année 2022, la tendance semble à la baisse avec 795 infractions enregistrées depuis le 1er janvier, livre Eric Etienne, Préfet du département. Mais c'est tout de même bien trop !"

Au centre, Eric Etienne présente le nouveau dispositif de lutte contre la cybercriminalité
Au centre, Eric Etienne présente le nouveau dispositif de lutte contre la cybercriminalité Photo par Nicolas Defay

"S'égarer chacun de son côté n'est pas la bonne méthode"

Pour tenter de lutter contre cette e-escroquerie d'envergure, l'Etat a mis en place depuis ce mois de juillet un dispositif baptisé Thesee, du même nom que le héro grec qui combattit jadis le Minotaure, gardien du labyrinthe construit par Dédale. Et c'est bien dans un labyrinthe aux millions de couloirs que les enquêteurs espèrent mettre la main sur ces voleurs numériques.

"Pour renforcer l'effectivité de l'action judiciaire sur le sujet, il est nécessaire de créer une plateforme centrale, regroupant toutes les informations pour effectuer des recoupements entre signalements et plaintes, insiste Eric Etienne. S'égarer chacun de son côté n'est pas la bonne méthode".

La plainte physique est toujours possible mais moins efficiente

Thesee, qui veut dire Traitement Harmonisé des Enquêtes et Signalement en matière d'E-Escroquerie, permet aux personnes de déposer plainte directement en ligne ou de faire le signalement d'un faux courriels, sms ou autres. L'objectif est dématérialiser ces deux procédures. "Les personnes peuvent toujours signaler ou déposer plainte directement auprès de la Police et de la Gendarmerie, indique le Préfet. Mais l'aboutissement de leur demande sera beaucoup moins rapide et efficace que par le biais de Thesee".

La gendarmerie rappelle à ce propos que les personnes concernées ont la possibilité de se faire assister, à domicile, par les forces de sécurité pour déposer leur signalement ou leur plainte sur le site de Thesee.

Six e-escroqueries recensées

D'après le Procureur de la République au tribunal judiciaire du Puy-en-Velay, Nicolas Rigot-Muller, "les cybercriminels risquent jusqu'à 7 ans d'emprisonnement. Et bien plus si leur activité est définie comme courante et habituelle".

Les services de l'Etat ont ainsi listé six escroqueries prises en compte dans le dispositif Thesee. L'achat/vente d'un bien ou d'un service, l'utilisation frauduleuse des données par le biais de la carte bancaire, la location d'un faux bien, le piratage d'une messagerie électronique (mail, réseaux sociaux...), la demande de rançon réclamée pour débloquer un appareil et le chantage/demande d'argent dans le cadre d'une relation amoureuse ou amicale.

"Il est très facile même pour une personne avertie de se tromper"

"En parallèle à Thesee, le site du service public présente un guide des bons réflexes, précise encore Eric Etienne. Beaucoup d'internautes ne se font pas avoir. Mais les cybercriminels visent particulièrement les personnes fragiles et les jeunes. Pour celles et ceux qui ne sont pas à l'aise avec l'utilisation d'internet ou pour les novices, des mails menaçants peuvent vite engendrer une grande panique". Il ajoute : "D'autre part, il est très facile même pour une personne avertie de se tromper dans le traitement d'un courriel frauduleux".

Selon la préfecture, plusieurs modes opératoires communs ont été identifiés par la plateforme quelque temps après son entrée en fonction. Sept milliards d'euros ont été débloqués pour financer cette lutte contre ce fléau 2.0

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

h4

lun 15/08/2022 - 18:51

Mais c'est tous les jours que mon épouse ou moi recevons de tels courriels.

Souvent les expéditeurs sont basés à l'étranger dans des pays n'ayant pas d'accord avec la France.