Terrorisme : "L'Education nationale a une responsabilité particulière"

lun 10/09/2018 - 19:14 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:54

"La sécurité en générale est une priorité de l'Etat", a précisé le préfet de la Haute-Loire lors de sa conférence de presse de rentrée ce . Entre autres thèmes, celui de la sécurité y a été largement abordé, de la sécurité civile jusqu'à la sécurité routière. Yves Rousset s'est arrêté plus longuement sur la sécurité publique et le plan gouvernemental lancé au mois de février dernier "Prévenir pour protéger" et ses déclinaisons axées sur l'Education nationale, "parce qu'elle a une responsabilité particulière dans l’éducation des jeunes et notamment prémunir nos jeunes esprits des contacts qu’ils pourraient avoir via les réseaux sociaux par exemple, des gens qui pourraient les embrigader."

Lors d'une rencontre avec l'ensemble des chefs des établissements publics, le préfet leur a rappelé leur rôle à jouer en matière de prévention : "chaque établissement doit disposer d’un plan particulier de mise en sécurité. Donc avec les représentants de l’Education nationale, nous avons scanné établissement par établissement et observé ceux qui remplissaient cette obligation, ceux qui ne la remplissaient pas. Dans ce dernier cas pourquoi ? Est-ce parce que le plan n’a pas été mis à jour, est-ce que c’est parce qu’il y a eu un changement de responsable de l’établissement ?"
Un exercice de confinement
Deux initiatives vont également être mises en oeuvre par l'Etat en accord avec l'Education nationale, le Recteur et l'Inspecteur d'académie, d'ici la fin de l'année. La première consiste à réaliser un exercice de confinement commun à tous les établissements scolaires (privés sous contrat et publics) de la Haute-Loire, le même jour, autour des vacances de la Toussaint. "L’engagement des acteurs de l’Education est peut-être inégale selon les établissements. Ce qui nous paraît important, c’est aussi d’avoir une communication qui soit cohérente sur l’ensemble du département en direction des parents d’élèves, en direction des collectivités locales - les communes, le Département, la Région - pour faire en sorte que les problèmes de sécurité et de prévention puissent être correctement pris en compte", explique le représentant de l'Etat.
Une simulation d'une intrusion terroriste
La seconde initiative toujours axée sur le travail engagé en Haute-Loire pour la lutte contre la radicalisation et le terrorisme, consiste à simuler une intrusion terroriste dans un collège altiligérien. Cet exercice, initialement programmé avant les grandes vacances, devait avoir lieu le jour des obsèques du colonel Arnaud Beltrame, décédé en mars dernier lors des attentats de Trèbes. Il avait donc été reporté et sera réalisé avant les vacances de Noël.
Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire