TDF : "On privilégie les loisirs au détriment de la santé et du travail"

jeu 13/07/2017 - 19:40 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:46

A partir de ce dimanche 16 juillet, le Tour de France 2017 est attendu en Haute-Loire. Et ce pendant trois jours. Les perturbations à la circulation inquiètent beaucoup les habitants.
Exemple avec les professions médicales. Les infirmiers libéraux et ambulanciers privés ne pourront pas circuler au Puy-en-Velay quand les routes seront bouclées dimanche et mardi.
Les représentants syndicaux des professionnels de santé ont été réunis autour d’une table sous l’égide de l’ARS (Agence régionale de santé, pour le Ministère de la santé) avec l’hôpital Emile Roux du Puy.

A pied ou à vélo
Les infirmiers ont été invités à prendre leurs dispositions : anticiper ou différer les soins, demander aux familles de réaliser certains soins, se déplacer à pied ou à vélo dans les zones interdites à la circulation. Et quand rien de tout cela ne sera possible, il est conseillé aux malades de se faire hospitalisé le temps de la venue de la Grande boucle.

----Lire aussi :
Le Puy : où circuler et stationner pendant le Tour? 21/06/2017
Le Puy : le Tour de France embarrasse l'hôpital 12/07/2017
-----Une solution impensable pour Gérard Bonnichon. Le Ponot est atteint d’un cancer du poumon compliqué par une réaction désastreuse à un nouveau traitement. Quand nous lui rendons visite chez lui, à deux pas du tracé du Tour de France au Puy, il regarde l’étape du jour à la télévision. « Il faut bien s’occuper ! » lance celui qui doit rester à la maison et reçoit la visite d’une infirmière trois fois par jour, notamment pour être alimenté via des poches. Comme il s’exprime difficilement, c’est son épouse Arlette Bonnichon qui prend le relais.

Côté infirmiers, le son de cloche n’est pas plus optimiste. Balayant rapidement le « manque à gagner » des visites annulées, une infirmière libérale du Puy nous a confié ses inquiétudes. « J’ai peur qu’il arrive quelque chose à certains de mes patients désorientés si je n’arrive pas à temps. Par exemple, si je ne vais pas voir une de mes clientes, qui est diabétique, elle n’aura aucun réflexe pour contrôler son taux de sucre. Et si j’ai du retard, elle ne pensera pas à s’alimenter. Une heure de retard, ça peut être catastrophique. Et elle est incapable d’appeler le Samu. »

Cette infirmière se creuse la tête depuis des jours pour planifier ses tournées pendant le Tour de France : « Déjà qu’en temps normal, ça nous demande une énergie phénoménale ; parfois on n’en dort pas la nuit, à force de s’inquiéter pour tel ou tel patient. » Quant à se déplacer à vélo, elle n’imagine même pas : « On n’est pas des coureurs du Tour de France ! Sur une journée classique, je fais une cinquantaine de kilomètres, avec du matériel volumineux dans la voiture. Je me vois pas charrier un sac à dos de 5kg, sachant que le premier patient est à 5h30 du matin et le dernier à 20h. » L’infirmière voit une trentaine de patients le matin et une quinzaine le soir.

130 pompiers mobilisés
Alors pourquoi ne pas délivrer de laisser-passer aux infirmiers libéraux et aux ambulanciers privés ? Nous avons posé la question à la préfecture. La réponse de Franck Christophe, le directeur de cabinet du préfet : « Si on commence à faire ça, il y aura plus de monde sur les routes qu’un jour ordinaire ». En cas d’urgence, rassure-t-il, « des médecins des sapeurs pompiers seront positionnés à différents points de la ville, appuyés par une équipe d’urgentistes qui pourra effectuer des levées de doute sur place ». En tout, 130 pompiers seront mobilisés en Haute-Loire pour le Tour de France.

----Lire aussi :
Le Puy : où circuler et stationner pendant le Tour? 21/06/2017
Le Puy : le Tour de France embarrasse l'hôpital 12/07/2017
-----
Afin d’intervenir dans un laps d’une demie heure environ, l’hôpital Emile Roux a loué un hélicoptère pour la journée de dimanche (celle de mardi sera moins perturbée dans ce domaine car le tracé du Tour ne passe pas devant l’hôpital). Par ailleurs, l’hélicoptère du Samu du Cantal sera rapproché, sur une base à Saint-Flour, au lieu d’Aurillac, pour pouvoir intervenir plus rapidement. Les hélicoptères des Samu de la Lozère et de la Loire se tiendront à l’affût, de même que les hélicoptères de la Sécurité civile du Rhône et du Puy-de-Dôme.

La garde républicaine ouvrira la route au Samu
« Par la route, en cas d’urgence vitale, le Samu pourra se frayer un chemin, même pendant le passage des coureurs. La garde républicaine lui ouvrira la route », confie Franck Christophe.
Ce jeudi après-midi, la décision de M. et Mme Bonnichon est ferme : « Il est hors de question de se faire hospitaliser samedi ou dimanche ! L’infirmière pourra probablement passer pour la visite de 5h30 du matin dimanche, mais pour celle de la fin de matinée, c’est moins sûr. Alors, s’il faut appeler le Samu ou le médecin de garde, on appellera. »

Annabel Walker

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire