Tatouage : encore un prix international pour le Ponot Sandry Riffard

mar 13/10/2015 - 14:19 , Mise à jour le 13/10/2015 à 14:19

Ce mardi 13 octobre, dans son shop de l'avenue Foch au Puy-en-Velay, Sandry Riffard déballe encore ses affaires. Il rentre tout juste de la convention de Cézanne 2015 à Aix-en-Provence avec...le prix du Best of Day. Une nouvelle fois primé, le jeune homme de 26 ans garde les pieds sur terre et prépare déjà son rendez-vous de la fin de matinée. L'an passé, il avait reçu un prix au festival de Chaudes-Aigues.

" D'un coup mon portable s'est mis à vibrer dans tous les sens "
La fatigue se sent mais le tatoueur garde son oeil vif. Casquette vissée sur la tête, il explique, presque gêné : " Je ne voulais pas tellement participer au concours, ça ne m'intéresse pas trop. " Son client, venu du Var a souhaité soumettre l'oeuvre aux regards des quatre juges de la convention. Les catégories sont nombreuses : réalistes, noir et gris... Sandry Riffard laisse son client s'occuper de la présentation. " J'ai préféré retourner travailler. " Il faut dire que des dizaines et des dizaines de pièces sont présentées dans ce type de concours. Sandry, spécialiste du macabre, a été surpris quelques heures plus tard : " D'un coup mon portable s'est mis à vibrer dans tous les sens et mon meilleur ami est venu me chercher. " Il a alors appris la nouvelle : il vient d'être primé.

----Renommée internationale
La convention de Cézanne, du 9 au 11 octobre, n'est pas une simple convention de tatoueurs. Elle accueille des artistes du monde entier. Les meilleurs se retrouvent à cette occasion comme Matteo Pasquelin (réalisme noir et gris), Dave Paulo (couleur, éléments graphiques et visages) ou encore Sandry Riffard.-----Demandé à travers le monde
Le tatoueur altiligérien rencontre des multitudes d'autres talents et c'est tout naturellement qu'il reçoit des invitations à d'autres conventions, pour des collaborations ou simplement pour venir exercer son art dans d'autres salons.  La Suisse, la Finlande, les conventions de Bruxelles, Londres et Luxembourg l'attendent dans les mois à venir. Il pourrait même participer à un rassemblement sur le Queen Mary 2 à Los Angeles.

Garder un pied à terre
Sandry Riffard est très attaché à son shop : " Je veux le garder, c'est important pour moi. Je ne veux pas travailler chez quelqu'un " D'ici un an, il pourrait choisir de quitter le Puy-en-Velay pour s'installer ailleurs, " peut être dans les pays de l'Est. " L'année 2016 va être très chargée pour le jeune homme qui multiplie les partenariats et espère en remporter encore bien d'autres : " C'est un gage de qualité ! "

En attendant, ses clients peuvent admirer les récompenses au salon avant de passer sous les aiguilles de l'artiste.

Emma Jouve 

Son compte Instagram

Sa page Facebook

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire