Sur fond d'alcool, un Ponot poignardé, l'arme du crime retrouvée

mer 02/04/2014 - 19:49 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

> Mise à jour jeudi, 16h : Le corps d'un homme a été retrouvé chez lui, dans un appartement d'une rue perpendiculaire au faubourg St-Jean, au Puy-en-Velay, ce lundi.Tous les éléments de cette affaire concordent désormais vers une piste criminelle. La victime, âgée de 59 ans, est décédée d'une hémoragie interne après que son poumon ait été perforé par un objet contondant, selon toute vraissemblance un couteau.

Un couteau de cuisine jeté à l'autre bout de la pièce
Justement, à l'autre bout de la pièce où a été découvert le cadavre, les enquêteurs ont retrouvé un couteau de cuisine maculé de sang sur une des faces de la lame. "Tout laisse à penser que le couteau a été jeté à l'autre bout de la pièce après que le coup ait été porté", nous confie Jacques Louvier, le Procureur de la République, ce jeudi après-midi. L'hypothèse avancée à un moment que la victime ait pu elle-même se donner la mort "est désormais exclue".

Des recherches ADN sur l'arme du crime
Si on attend encore la confirmation, il y a de fortes chances que ce soit bien l'arme du crime qui ait été retrouvée. Des recherches ADN sont en cours pour confirmer qu'il s'agit bien du sang de la victime et, sait-on jamais, les enquêteurs ont un mince espoir de pouvoir trouver dessus l'ADN du meurtrier présumé. Des canettes de bière vides sont également analysées. Un seul coup de couteau a été donné mais la plaie était profonde, puisqu'elle a perforé un poumon, et la mort n'a pas été instantanée. Le parquet n'a pour l'instant pas eu la possibilité de dater précisément l'heure de la mort, qui se situerait entre samedi et dimanche.

Pas d'alcool dans le bol gastrique, un test de toxicologie ordonné
La victime était connu pour sa consommation excessive d'alcool, une tare qu'il partageait avec la plupart de ses fréquentations. Selon les premiers éléments de l'autopsie réalisée à Saint-Etienne, aucune trace d'alcool n'a été trouvée dans le bol gastrique, seulement du solide. Pour autant, une consommation d'alcool n'est pas à exclure et un test de toxicologie a été ordonné pour savoir avec exactitude si la victime avait consommé des produits stupéfiants ou de l'alcool au moment du drame. "Les résultats sont attendus tout prochainement", nous indique le parquet ce jeudi en début d'après-midi.

----La victime vivait au Puy depuis des années mais n'avait pas vraiment de problèmes avec la justice, il avait seulement été mis en cause pour deux petits vols à l'étalage, pour des sommes inférieures à 10 €.-----L'alcool au coeur de ses fréquentations
Quant à l'enquête, on peut dire qu'elle avance même s'il n'y a pas encore eu d'interpellation. Le système de vidéosurveillance n'est pas étendu à ce quartier et ne pourra pas faire avancer les investigations, qui ont débuté par l'audition des voisins puis des proches de la victime. Comme il fréquentait manifestement des milieux marginaux, la consommation d'alcool est un élément qui revient régulièrement. En revanche, la victime n'était pas connue pour consommer de stupéfiants, l'hypothèse d'un règlement de comptes sur fond de dette liée à un trafic de stupéfiants est donc peu probable.

Un crime passionnel envisagé, des interpellations à venir ?
Reste à savoir ce qui a bien pu se passer pour que le quinquagénaire se retrouve ainsi poignardé. La piste d'un crime passionnel semble tout à fait plausible, nous savons de source sûre que la victime entretenait une relation avec une femme qui était sensiblement de son âge et qui avait elle aussi un fort penchant pour l'alcool. Une querelle au sein du couple sur fond d'alcool et de jalousie aurait pu dégénérer, c'est une hypothèse que les enquêteurs ne peuvent pas exclure. Le parquet assure que "plusieurs pistes sont suivies" et que l'affaire avance. Des interpellations pourraient même avoir lieu ce jeudi. Nous devrions disposer de plus amples informations ce vendredi matin.

Le témoignage du patron d'un des bars du quartier

Ce mercredi après-midi, la rédaction de Zoomdici a mené sa petite enquête de voisinage et nous sommes allés à la rencontre du patron d'un des bars du quartier. Il nous en dit davantage. « Un gentil bonhomme. » C’est ainsi que le patron d’un bar du quartier définit l’homme de 59 ans qui a été retrouvé mort dans son appartement, dans une rue perpendiculaire au boulevard Saint-Jean, au Puy, ce lundi 31 mars, en fin de matinée. « Les policiers sont arrivés vers 10h30. C’est quand on a vu les pompes funèbres arriver, une heure plus tard, qu’on a compris. »

« Le matin, il avait déjà du mal à marcher »
Le lendemain, en fin d’après-midi, les officiers du SRPJ (Service régional de la police judiciaire) de Clermont-Ferrand entrent dans son établissement pour l’interroger. « Je leur ai dit ce que je savais et ils m’ont tout expliqué. C’est là que j’ai compris que je le connaissais. » L’homme, retrouvé inanimé dans son appartement avec une plaie au niveau du thorax, était un habitué de ce bar. « C’est un homme qui buvait beaucoup. Le matin, il avait déjà du mal à marcher. » Le tenancier se souvient de son embonpoint et de son accent : « J’ai lu qu’il venait de la Sarthe. C’était quelqu’un de gentil, quand je refusais de le servir parce qu’il avait déjà assez bu, il ne rechignait jamais. »

Des mauvaises fréquentations ?
« C’est plus ses fréquentations qui semblaient poser problème. » Le gérant, qui voyait l’homme tous les jours rentrer et sortir de son appartement, explique que ce dernier trainait constamment avec des gens « d’apparence un peu louche ». L’homme n’était que rarement seul, toujours accompagné du « même groupe de personnes, des SDF », selon les dires du taulier. « Je pense qu’ils mangeaient et buvaient ensemble, surtout en fin de mois, quand il avait les poches moins pleines. »

Dans l’attente d’un complément d’informations de la part du Parquet du Puy-en-Velay, nous étaillerons les faits dans la journée de demain, vendredi.

A.L. et M.P.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire