Ste-Sigolène : l'octogénaire retrouvé mort dans sa maison de retraite

dim 24/05/2015 - 22:02 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

Jean Brun, âgé de 84 ans, qui avait disparu depuis ce dimanche 24 mai 2015 de la maison de retraite de Sainte-Sigolène a été retrouvé décédé de mort naturelle ce jeudi 28 mai, dans l'après-midi, dans l'établissement, coincé dans un ascenseur en panne.
C'est un technicien chargé de la maintenance des ascenseurs qui a fait la macabre découverte ce jeudi. Une autopsie aura lieu le plus rapidement possible pour déterminer les causes de la mort.

D'importants moyens engagés
Dès que la gendarmerie avait été informée de sa disparition le 24 mai, des moyens importants avaient été engagés : une vingtaine de gendarmes, 110 civils, un chien pisteur, un hélicoptère... Les gendarmes avaient procédé à une fouille systématique des locaux de la maison de retraite, dont celle des deux ascenseurs qui étaient vides à ce moment là.
Un appel à témoin avait été lancé par le groupement de gendarmerie dans les divers médias. Certaines personnes y avaient répondu indiquant avoir aperçu le disparu vers Saint-Pal de Mons, puis dans la Loire, vers Montbrison.
Alors que s'est-il passé ? Le décès, d'origine naturelle, remonterait à la journée de mardi. Jean Brun s'est-il vraiment rendu dans la Loire, avant de retourner dans sa maison de retraite sans être aperçu ? Ou est-il resté coincé dans cet ascenseur depuis dimanche ?

L'établissement a été fouillé dimanche dès la disparition.
Une enquête est en cours pour tenter de déterminer les circonstances exactes du décès.

  • Rappel des faits, 20h ce lundi 25 mai

Un résident de la maison de retraite de Sainte-Sigolène a disparu depuis ce dimanche. L'homme de 84 ans est de taille moyenne et serait habillé d'un sweat, d'un jean et de pantoufles. Il aurait été aperçu à Montbrison ce lundi.

Depuis le milieu de matinée dimanche 24 mai 2015, un octogénaire est activement recherché. Résident de la maison de retraite de Sainte-Sigolène, Jean Brun a quitté les lieux en pantoufles, sweet et jean. Il est originaire des Villettes.

Une vingtaine de gendarmes
Plusieurs unités de gendarmerie ont été engagées. Depuis dimanche midi, dix-huit gendarmes de la compagnie d'Yssingeaux ainsi que l'équipe cynophile du Puy-en-Velay ont été mobilisés sous les ordres du commandant de compagnie d'Yssingeaux.
Après l'appel à témoin, une femme a contacté les services de gendarmerie ce dimanche. Elle a aperçu l'homme dimanche à 11h45. Il marchait en direction de l'entreprise Sigoplast, à Saint-Pal de Mons.

Aperçu dans la Loire
Ce lundi 25 mai, les recherches ont repris à 7 heures. Un hélicoptère est venu en renfort des patrouilles locales à 9h30. Près de 130 personnes, dont 110 civils, ont ratissé 63 km2. Rien. L'homme reste introuvable.
Deux témoignages ont été reccueillis dans la Loire. Le disparu aurait été vu à proximité de Montbrison et Saint-Georges-Haute-Ville, dans la Loire. 

La recherche a alors pris fin à 17h20 ce lundi. Une enquête a été ouverte. La gendarmerie recherche à présent des automobilistes qui auraient conduit l'homme.

Mise à jour vendredi, 22h
La gendarmerie cherchent une ou plusieurs personnes ayant pris Jean Brun en auto-stop entre Saint-Sigolène et Montbrison et entre dimanche 24 mai (dans la matinée) et mardi 27 mai. Cette démarche doit aider les enquêteurs à déterminer l'emploi du temps de la victime.

Toute personne ayant des informations à son sujet est priée de contacter la gendarmerie en composant le 17 ou le 04-71-61-00-83 pour les personnes habitant hors département.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire