St-Paulien : zone d'activité et ruralité au coeur du débat d'entre-deux-tours

mer 26/03/2014 - 19:29 , Mise à jour le 26/03/2014 à 19:29

Si la liste de Laurent Duplomb (49,89 %) est bien estampillée à droite, celle de son adversaire Philippe Carme (36,28 %) n'a pas d'étiquette. Les services de la préfecture l'avaient cataloguée divers droit mais finalement, à la demande du candidat, elle est redevenue apolitique.
La troisième liste, celle de Daniel Rivet (13,83 %), était également apolitique. Ce dernier n'a pas souhaité poursuivre l'aventure et n'a pas donné de consignes de vote pour ce second tour. Pour Philippe Carme, "avec ce geste fort, en se retirant il montre bien son opposition à l'équipe sortante et je l'en remercie".

Une opposition née du "manque de concertation"
A Saint-Paulien, la génèse de la formation de listes d'opposition serait liée à la zone de Nolhac et l'absence de concertation de la population par Laurent Duplomb au moment d'installer de nouvelles entreprises. "
On a une autre manière de mener les choses sur Saint-Paulien", explique Philippe Carme, "nous ne sommes pas d'accord avec le travail réalisé ces six dernières années". Il remet ainsi en question l'installation de l'entreprise ETC France à Nolhac, le stockage d'explosifs n'étant guère rassurant avec "près de 500 kg de TNT".
Autre désaccord pour Nolhac avec l'installation de Cogévelay, "
encore une fois sans aucune concertation". Pour le candidat de l'opposition, ce projet "ne répond pas aux besoins" et risquerait de conduire à une accélération de la déforestation, tout en faisant "flamber le prix du bois pour les habitants". S'il est d'accord pour l'implantation de cette entreprise à Saint-Paulien, il suggère de trouver un meilleur emplacement. Un recours au tribunal administratif a d'ailleurs été déposé par une association de la commune.

"Pourquoi pas une consultation publique pour goudronner un trottoir ?"
Questionné sur ce manque de concertation, le maire sortant Laurent Duplomb s'emporte : "
les entreprises de Nolhac sont réglementées comme partout en France par rapport à la législation française". Il insinue donc qu'aujourd'hui, aucune des entreprises installées à Nolhac n'était soumise à un principe d'autorisation avec enquête publique et commissaire enquêteur. La préfecture a validé ce principe de déclaration et a jugé qu'il n'y avait pas besoin d'autorisation. "J'estime que c'est pareil que pour l'activité d'un artisan ou d'un agriculteur, le cadre législatif ne me contraint pas à consulter la population car il s'agit du régime d'une démocratie représentative et non une démocratie directe. Nous sommes élus pour gérer et décider".
Pour le maire de Saint-Paulien, c'est mieux ainsi car sinon, "
il faudrait une consultation publique pour goudronner un trottoir ou investir dans une salle polyvalente", ironise-t-il avant de poursuivre : "certains opposants ont même parlé de supprimer cette zone mais elle concentre 250 emplois dont 170 nouveaux ont été créés entre 2008 et 2013. Vu la conjoncture économique et l'important taux de chômage actuel, peut-on sérieusement se payer le luxe de critiquer cette zone ? Je pense que dans un milieu rural, il est difficile de créer de l'emploi et de le maintenir, pour moi c'est plutôt une prouesse".

Qui défendra le plus les villageois ?
Un autre point sur lequel Laurent Duplomb est chahuté par son adversaire du second tour, c'est sa distance avec les villages de la commune : "il a réalisé de nombreux aménagements pour le centre bourg, mais au détriment des villages alentours. On le voit bien dans les résultats de dimanche dernier d'ailleurs. Le bourg est une image de marque, certes, mais il ne faut pas oublier le reste. Si je suis élu, on ne va pas inverser la tendance mais il y aura une meilleure répartition des efforts pour accompagner les villages alentours et améliorer le quotidien des habitants".
Une attaque qui surprend le maire sortant : "
je suis agriculteur et j'habite dans un village, j'utilise tous les jours les chemins communaux et je n'ai pas l'impression que les villages soient délaissés. Il y a deux bureaux de vote à St-Paulien : un dans le bourg et un qui représentait les villages. Il est vrai que son électorat se situait dans ce deuxième bureau pour la simple et bonne raison que depuis quelques mois, son équipe n'a cessé d'agiter le drapeau de la peur sur le village de Nolhac pour générer de la méfiance au sein de cet électorat".

Des exemples d'investissements réalisés dans les villages
Pour le maire sortant, son adversaire politique n'a pas choisi le bon champ de bataille : "il habite lui-même le bourg et je doute qu'il est une connaissance parfaite de la totalité des villages de Saint-Paulien", tacle-t-il avant de développer : "des investissements ont été réalisés dans les villages, comme par exemple à Vialette, où une maison empêchait depuis plus de cent ans une circulation convenable dans le village. Nous avons fait l'acquisition de cette maison pour la démolir et les habitants du village ont l'impression de bien mieux respirer désormais. Nous avons toujours été à l'écoute des demandes des villageois de St-Paulien".
Dans son bilan, Laurent Duplomb peut se targuer d'investir chaque année "
100 000 euros dans l'entretien des routes et des chemins communaux", mais également d'avoir "refait la totalité de l'éclairage public de Nolhac" ou encore "l'assainissement de certains villages et du bourg", alors que son adversaire insinue "des canalisations restent bouchées trop longtemps dans ces villages, où les employés municipaux ne viennent jamais"...

Une pérennisation de la source en eau potable
Voilà pour les griefs mais qu'en est-il des projets ? Pour Philippe Carme, "ils seront en fonction des moyens car les subventions se font rares donc il faudra éviter de trop dépenser pour ne pas le faire payer ensuite aux contribuables. On veut des projets raisonnables et ne pas endetter nos enfants, il faut une expansion raisonnée pour lisser l'augmentation des impôts". Son adversaire mise quant à lui sur la pérennisation de la source en eau potable : Saint-Paulien pompe environ 450 m3 par jour et craint d'épuiser sa ressource. Il souhaite puiser une nouvelle ressource sous le village de Nolhac pour alimenter en eau potable le bourg et les villages.
L'investissement est de l'ordre d'un million d'euros mais pourrait bénéficier de diverses subventions, "
pour n'augmenter que de façon très minime le m3 d'eau". Le candidat s'engage aussi à aménager des places, comme il l'a fait autour de l'Eglise, à améliorer les petis patrimoines dans les villages, "en concertation avec les habitants", à entretenir les routes, à ne pas augmenter (dans la mesure du possible) la fiscalité (qui n'a pas bougé depuis plus de 30 ans). Enfin, comme dernier projet, Laurent Duplomb propose d'aménager globalement la partie ancienne de l'usine Bongiraud au profit des associations.

Centre de remise en forme et zone intercommunale de 30 hectares
Reste enfin la question de l'intercommunalité. Pour Philippe Carme, "elle coûte cher, de plus en plus et on s'en rend bien compte avec le centre de remise en forme, qui est un projet énorme, probablement d'une trop grande envergure pour notre communauté de communes". Le coût de ce centre de remise en forme est évalué à environ deux millions d'euros, dont la moitié serait subventionné (lire).
Pour son adversaire politique, il faut vite le finaliser, argumentant que le club d'aquagym a plus de 650 adhérents, et il faut aussi finaliser la zone intercommunale de 30 hectares de la Croix-de-la-Dame, entre Saint-Paulien et Borne : "
pour dynamiser notre économie et continuer d'accueillir des entreprises, qui sont fondamentales dans des zones rurales comme les notres pour leur création d'activité, de ressources, de recettes pour la collectivité et surtout d'emploi". Cette zone n'est pas encore viabilisée mais "on a déjà des demandes d'entreprises prêtes à s'y installer", conclut-il.

Avec plus de 85 % de participation au premier tour, il sera difficile de faire mieux lors du second round. Mais les candidats tiennent absolument à mobiliser leurs électeurs à l'approche du dénouement.
Aucune réunion publique n'est prévue, ni d'un côté de l'autre, mais les campagnes de terrain se poursuivent.

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire