St-Maurice-de-Lignon : le calvaire de Grâce, chienne torturée

lun 30/11/2015 - 15:25 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:37

"C'est inhumain !" On ne peut qu'être d'accord avec Laurent Guimet, propriétaire de Grâce, chienne victime d'actes de cruauté ce week-end des 28 et 29 novembre 2015 à Maubourg, sur la commune de Saint-Maurice-de-Lignon. Malgré son calvaire, elle s'en sortira, non sans traumatisme. Une page Facebook a été créée pour dénoncer les actes de cruauté dont Grâce a été victime.
Attention, les photos peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties.

La peau de la queue retrouvée en face de la maison
"Elle suit les chasseurs, mais elle revient toujours", explique Laurent Guimet. Pour cette raison, il a installé un piquet pour attacher Grâce. Par un malheureux hasard, il avait laissé la chienne en liberté vendredi soir. Samedi matin, la jeune chienne, croisée labrador et épagneul de 4 ans, prend la poudre d'escampette. Son propriétaire ne s'inquiète pas. "Mon voisin a retrouvé la queue de Grâce. Il a cru que c'était un écureuil ou la queue d'un renard", raconte Laurent Guimet, la voix brisée. Ce n'est qu'après quelques vérifications que le voisin comprend et prévient le propriétaire de la chienne.

Le retour de Grâce
Pendant que sa femme va à la gendarmerie porter plainte, Laurent Guimet entame les recherches : "On pensait qu'elle avait été tuée". Ce n'est que dimanche au matin que la jeune chienne réapparaît : "A 8 heures, elle était derrière le store. Mais dans un état...". Le propriétaire de Grâce a du mal à trouver ses mots : "Un oeil avait sauté et l'os de sa queue était suintant".

Des greffes pour recouvrir la queue
"C'est comme si on avait dépecé un lapin ! " La peau de la queue a été tranchée en bas du dos. "Le vétérinaire nous a dit que c'était des coups de couteau nets", clarifie Laurent Guimet froidement, dégoûté par le sort subi par sa chienne. Amenée dans une clinique vétérinaire de Villars, dans la Loire, Grâce a dû être opérée. Sa paupière a été cousue pour fermer son oeil. De longues heures ont été nécessaires pour sa queue. "Ils ont prélevé des morceaux de peau de sa cuisse pour recouvrir sa queue, mais environ 1 cm est encore à vif.

A la recherche des coupables
Une enquête est en cours. Ce type d'actes peut être puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. "Ces actes ont été commis par quelqu'un que la chienne dérangeait", lâche Laurent Guimet. Sa femme, Katy, dénonce : "C'est une agression contre notre chienne, mais c'est aussi une agression contre nous.

Ce mardi 1er décembre, la jeune Grâce devrait regagner son foyer où l'attendent ses propriétaires et leurs quatre enfants. 

Emma Jouve 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire