St-Bonnet-le-Froid : Gros succès pour la foire aux champignons 2021

Par Nicolas Defay lun 08/11/2021 - 06:30 , Mise à jour le 08/11/2021 à 06:30

Samedi 6 et dimanche 7 novembre, des milliers de visiteurs se sont retrouvés dans le village le plus gastronomique de la Haute-Loire. Cèpes, girolles et autres chanterelles grises ou modestes se sont coiffés de leur plus beau chapeau pour la traditionnelle grande fête des champignons.

Dans le nom Saint-Bonnet-le-Froid, il y a « bonnet » et « le froid ». Ça donne déjà une indication quant aux conditions climatiques présentes sur place. Et chose est certaine, ce nom n’est pas prêt de changer tellement l’air glacial qui se faufilait dans la grande rue centrale en ce premier week-end de novembre meurtrissait les quelques centimètres carré de peau laissés à découvert sur le visage. Malgré ça, poussettes, enfants, parents, et grand-parents, d’ici et d’ailleurs, ont multiplié la population du bourg par cent, se jouant du temps en s’extasiant devant les animations du coin. Des animations toutes focalisées sur un seul et même sujet : le champignon.

Expression : « Quand le chasseur rentre avec des champignons, on ne lui demande pas des nouvelles de sa chasse »

Du monde à la foire de Saint-Bonnet-le-Froid 2021
Du monde malgré des températures polaires. Photo par Nicolas Defay
Du monde malgré des températures polaires. Photo par Nicolas Defay

Une foire XXL

Parce que, pour la première fois de son histoire, la fête mycologique n’a pas eu lieu à cause des restrictions sanitaires en 2020, les organisateurs ont mis les bouchées doubles pour honorer comme il se doit ce rendez-vous tant populaire que culturel. À la place des 140 exposants qui viennent habituellement poser leur valise durant les deux jours, ce sont près de 180 qui ont investi les terres du village. D’autre part, d’après les grossistes et les ramasseurs de champignons, l’année 2021 s’inscrit comme une édition exceptionnelle quant à la quantité ramassée.

« Les champignons commencent à s’adapter à une nature qui se déglingue complètement. C’est un vrai témoin du bouleversement climatique que nous vivons actuellement ». Matiha de Champidôme

Des champignons sur des étals à Saint-Bonnet-le-Froid.
Les prix ont augmenté mais la quantité ramassée a atténué la hausse. Photo par Nicolas Defay

« Les fameux coins à champignons sont clairement en train de changer » Matiha de Champidôme

Entre les ventes de spécimens frais et secs, les conseils du grand Régis Marcon (et autres chefs talentueux) face à un large public, l’exposition mycologique ou encore la foule compacte devant les 800 litres de la Champicup (velouté de cèpe), le roi de la forêt a clairement été porté au firmament. « Ça a été une super année pour les cèpes mais surtout pour les girolles, explique Matiha de Champidôme, grossiste basé à Arlanc (63) et en place depuis des années à la foire de St-Bonnet. De fin mai à ce jour, on a eu de la girolle, ce qui est inédit ! Pour le cèpe, nous avons remarqué qu’il a poussé à des endroits inhabituels, sur les chemins plutôt qu’au cœur des forêts. Les fameux coins à champignons sont clairement en train de changer ».

« La foule est tout de même moins dense qu’en 2019. On voit que le covid est toujours dans les esprits. Les clients s’espacent plus, se poussent moins, ils achètent rapidement sans que nous ayons vraiment le temps de parler avec eux ». Un vendeur sur la Place des champignons

Un vendeur de champignons et un client
Du frais, du sec, les gens font le plein. Photo par Nicolas Defay

Des champignons qui font de la concurrence...

Matiha de Champidôme, grossiste basé à Arlanc dans le Puy-de-Dôme : « Les champignons d’Espagne et du Portugal viennent casser de plus en plus le marché du champignon en France. Ils nous font beaucoup de mal. Le pire est celui qui vient de Roumanie qui détruit totalement les prix ».

Le champignon sec de plus en plus demandé

Concernant les préférences des gens, Matiha affirme que les habitudes se sont modifiées au fil du temps. « Les premières fois où je proposais mes champignons à la foire, les clients ne prenaient presque que des spécimens frais. Ils ne voulaient que ça. Depuis quelques années, ils s’intéressent de plus en plus aux secs car ils ont appris à le conserver et à le consommer plus tard, notamment à l’occasion des fêtes de fin d’année ». Sur son stand où sont proposées différentes variétés, les gens prennent en moyenne 200 grammes de champignons secs de toutes sortes.

« Elle mesure près de 5 mètres de diamètre pour environ 220 kilos »

Aux côtés de la star de la foire, la châtaigne tire aussi son « épine » du jeu. Dans les grilloirs qui fument face à des gens transis de froid, elle promet un remède efficace pour ne pas perdre le bout de son nez. Et pendant que les visiteurs se régalent de sa chair tendre et brûlante, des cuistos sont en train de cuire la plus grande tarte à la châtaigne de France. « Elle mesure près de 5 mètres de diamètre pour environ 220 kilos, partage l’un des pâtissiers. Cent kilos de châtaigne ont été nécessaires pour sa confection ». Au final, elle sera découpée en mille petites parts que les gourmands les plus rapides auront la chance de déguster.

Les Castagnades de Desaignes (07) et son grilloir de châtaignes
Les Castagnades de Desaignes (07) et son grilloir de châtaignes. Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire