Soupçons de favoritisme : l'opposition ponote réclame la transparence

Par A.Wa mer 30/03/2022 - 06:06 , Mise à jour le 31/03/2022 à 04:00

Suite aux révélations de Mediacités sur une enquête du parquet national financier pour des soupçons de favoritisme dans l'octroi de la délégation de service public pour la gestion de la future halle du marché couvert par la mairie du Puy-en-Velay, les quatre élus de l'opposition municipale de gauche soulignent le manque de transparence de la majorité en place. Si l'enquête confirme les soupçons, ils demandent une remise en jeu de l'appel d'offres et la démission de l'équipe municipale.

Voici le communiqué émanant des élus municipaux minoritaires du Puy-en-Velay du groupe "En vert et pour tous, le Puy en commun", Laurent Johanny, Celline Gacon, Fabien Surrel et Michelle Chaumet, ce mardi 29 mars 2022 :

"La lecture de l’article de Médiacités nous interpelle au plus haut point tant les faits rapportés nous paraissent tout droit sortis d’une fiction sur la face cachée des affaires politiciennes.
Comme c’est le cas dans d’autres marchés publics, les élus minoritaires que nous sommes n’ont le droit que de lire les rapports qu’on leur donne en commission et en conseil municipal. Lorsque nous parvenons à obtenir un document après une demande de notre part, c'est après un long périple. C’est en ce sens que nous nous sommes exprimés lors du conseil municipal du 21 décembre dernier en expliquant aussi notre abstention sur le dossier.
Depuis 2014 avec le premier mandat de conseiller municipal de Laurent Johanny et l'équipe d'alors, et depuis 2020 aux côtés de Celline Gacon, Fabien Surrel et Michelle Chaumet, nous avons eu l’occasion de dénoncer l’opacité qui entoure certains marchés, de réclamer que toute la transparence soit faite, notamment sur un dossier comme celui de l’église des Carmes, en vain. Jamais, jamais, nous n’osions imaginer de tels agissements comme ceux relatés aujourd'hui. Nous souhaitons que toute la lumière soit faite.
Si les faits étaient avérés, le marché public devrait être relancé en bonne et due forme en respectant le travail élaboré par le candidat illégitimement évincé. Par ailleurs, nous nous sentirions trahis comme nombre de citoyens Ponots, et nous réclamerions une démission de la majorité en place qui aurait alors légitimé ces agissements scandaleux.
La justice étant saisie, nous lui faisons totalement confiance pour faire la lumière sur cette affaire et distinguer le vrai du faux.
"

 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés