Sécheresse : la Haute-Loire sera-t-elle classée en calamité agricole ?

lun 29/10/2018 - 17:53 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

Les 18 et 23 octobre derniers, le comité d'enquête "sécheresse" a rencontré plusieurs agriculteurs sur tout le département, du sud-ouest au sud-est, de l'est au nord-ouest. Tous ont ainsi pu faire part des difficultés qu'ils rencontrent actuellement, chacun à des dégrés différents ; suite à l'épisode de sécheresse survenu sur la Haute-Loire entre le mois de juillet et ce mois d'octobre.

>> A lire : Sécheresse : la situation s'aggrave en Haute-Loire 

Mais pas seulement. "Déjà l'an dernier, une bonne partie de la Haute-Loire avait connu les prémices d'une sécheresse à l'automne, explique David Chamard, secrétaire général régional de la Confédération Paysanne et éleveur de vaches laitières à Eycenac, commune de Saint-Christophe-sur-Dolaison. Et d'ajouter : "Puis il y a eu d'autres incidents climatiques dont la neige dans certains endroits au printemps, puis la grêle en été et la pluie qui a repoussé la récolte du fourrage. Une récolte finalement trop faible et de mauvaise qualité." Forts de ce constat, les agriculteurs qui attaquent tout juste la campagne hivernale, savent qu'ils seront obligés d'acheter du fourrage, ce qui logiquement fera augmenter leur coût de production. "Et les prix flambent. Il y a une dizaine de jours, le prix du fourrage conventionnel comme bio était à plus de 200 euros la tonne et la paille à plus de 150 euros la tonne. Le moral dans les fermes est au plus bas. Il faut que le Gouvernement ait conscience de cette situation", commente David Chamard. 

Ainsi et dans l'attente que la commission départementale d'enquête "sécheresse" rende son bilan à la commission nationale qui elle même devra rendre ses conclusions au ministère de l'Agriculture, la Confédération paysanne s'est d'ores et déjà positionnée et demandait vendredi dernier, soit le 26 octobre 2018, au ministère de se prononcer en faveur d'un classement total de la Haute-Loire en calamité.

Dans un communiqué de presse, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume a annoncé qu'une enveloppe de 15 millions d'euros sera débloquée pour aider l'ensemble des agriculteurs du territoire français dont les exploitations ont été touchées par la sécheresse, dans le cadre d'un Plan calamité. Après étude des dossiers -- département par département --transmis par les préfectures et les chambres d'agriculture ; la Confédération paysanne connaîtra la réponse du Comité national de gestion des risques en agriculture au plus tard en février.
Quelles aides apportent la reconnaissance de calamité agricole ?
Ces aides sont déclinées de la façon suivante : "dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti, un report des côtisations sociales, une aide aux transports ainsi qu'une aide au rachat de fourrage en fonction de la perte", précise le secrétaire général régional de la Confédération paysanne.
Stéphanie Marin

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire