Se défouler sans masque pour les droits de l’enfant

ven 20/11/2020 - 10:48 , Mise à jour le 27/11/2020 à 16:43

La course des droits de l’enfant 2020 n’aura pas pu rassembler les élèves des écoles de chaque canton comme à son habitude, la faute au Covid. Qu’à cela ne tienne, l’USEP 43 a réussi à faire vivre l’événement classe par classe. Zoom sur l’école Marcel Pagnol du Puy.

Grâce au travail de réorganisation de l’USEP 43 (Union sportive de l'enseignement du premier degré) les courses des droits de l’enfant ont repris mardi 10 novembre. Depuis, les courses se déroulent par établissement scolaire afin qu’il n’y ait aucun brassage entre école, ni même entre classe. Cette version des courses des droits de l’enfant permet à 15 écoles publiques, soit près de 900 élèves de différents niveaux, de courir séparément mais solidairement.
Ce vendredi 20 novembre, en début d’après-midi, au stade Massot, nous tombons sur la classe des CM1 et élèves Ulis (Unité localisée pour l'inclusion scolaire) de l’école Marcel Pagnol du Puy-en-Velay. Ils sont en pleine séance de fitness, musique à fond, sourire aux lèvres et franche rigolade entre les exercices. « Ça leur permet de se défouler sans le masque », nous confie Rachel Bonnet, leur institutrice entre deux mouvements cadencés. Car même dans la cour de récréation, les enfants de plus de 6 ans doivent garder le masque depuis le reconfinement. « A part pendant les séances de sport encadrées, précise l’enseignante, comme on garde les distances de 2 mètres entre chaque élève, ils font du sport sans masque, notamment quand on s’est entraîné à l’endurance en vue d’aujourd’hui, mais aussi dans notre gymnase ». Car l’école Marcel Pagnol a la chance d’avoir un gymnase communiquant avec la cour de récréation.

Cette séance de fitness sera suivie d’une course autour du stade. Les CP, CE1, CE2 courent 12 minutes et les CM1 et CM2 15 minutes. Aucun objectif de compétition n’est demandé. Ce qui est mis en valeur dans cet atelier c’est le cumul de kilomètres parcourus collectivement.

(Environ 90 eleves de l'école Marcel Pagnol du Puy ont participé à la course des droits de l'enfant ce vendredi. / Photo @ DR Zoomdici Annabel Walker)

Un troisième atelier fait marcher la tête plutôt que les jambes. Un atelier pédagogique invite les élèves à associer les citations sur le thème des droits de l’enfant aux affiches qui les représente.

En amont, les élèves avaient visionné et discuté de la vidéo « 1 jour une question sur les droits de l’enfant ». L’USEP leur a donc demandé de préparer des acrostiches sur ce thème. Ainsi, en assemblant la première lettre de chaque ligne on obtient un mot en lien avec les droits de l’enfant. « Certains étaient touchés par rapport à leur histoire personnelle », confie l'institutrice. Exemples de textes :

Les acrostiches ont été regroupés sur de grands panneaux pour la réalisation d’une œuvre collective (dont les cartons ont été donnés gracieusement par les papeteries d’Espaly).  

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire