Se chauffer au bois, une solution écologique et économique ?

lun 09/12/2019 - 17:25 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:01

Au cœur de l’hiver, les systèmes de chauffage fonctionnent à plein régime. Gare aux pics de pollution de l’air. Zoom sur le chauffage au bois : ses avantages et ses conditions d’utilisation pour une consommation durable.

En Haute-Loire, environ 20 000 ménages se chauffent au bois, consommant 135 000 stères par an. Le département compte 55 entreprises dans la filière bois de chauffage (soit environ 90 salariés) qui produisent environ 50 000 stères de bois par an.

Nicolas Da Silva est chargé de mission Bois-Energie au sein de l’interprofession Fibois Auvergne Rhône-Alpes, une association qui fédère toutes les entreprises de la filière forêt-bois. Interview.

La combustion de bois émet du CO2 et des particules fines. Est-ce donc vraiment écologique ?
Selon Fibois, le CO2 dégagé est réabsorbé par les arbres eux-mêmes via le phénomène de photosynthèse. Quand le bois remplace une énergie fossile, il contribuerait même à la réduction de l’effet de serre.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Selon Fibois, en combinant le remplacement rapide des appareils les moins performants (foyers ouverts et appareils d’avant 2000) et l’utilisation de combustible de qualité (c’est-à-dire du bois sec et non pollué), il est possible de diviser par 10 les émissions de particules d’ici 2030.

Quels comportements faut-il adopter pour utiliser au mieux son chauffage au bois de la manière la plus écologique possible ?

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

> Cf. la chronique de Fanny Agostini sur Europe 1 intitulée « Feux de cheminée : il ne faut pas brûler n’importe quel bois ! » (28/11/2019)

De nombreux professionnels sont structurés pour livrer du bois sec. Mais si vous ne pouvez pas vous procurer du bois sec, par exemple parce que vous vous y prenez un peu tard, il faut avoir une zone de stockage abritée suffisante pour la quantité de bois correspondant à votre chauffage pour une année.

Attention, à chaque redémarrage des cheminées en début d’hiver, un certain nombre créent des enfumages, ou débuts d’incendie, faute de ramonage régulier.

Située en moyenne montagne, la Haute-Loire présente des dépenses de chauffage supérieures de 44 % à la moyenne nationale. Selon Fibois, le bois bûche est en moyenne deux fois moins cher que le gaz naturel et près de trois fois moins cher que le fioul. Très compétitif, son prix fluctue très peu, dépendant uniquement du coût de fabrication et non du contexte géopolitique. Cela crée aussi des emplois non délocalisables.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

L’État et les collectivités locales proposent des incitations pour s’équiper. Sous quelles formes ?

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

A noter que les aides financières des collectivités (fonds air bois et primes air bois) sont cumulables avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique et l’éco-prêt à taux zéro.
Attention, les incitations publiques sont telles, en Europe, que du bois est importé des Etats-Unis, augmentant ainsi grandement son empreinte carbone.

Les amoureux des arbres comme Peter Wohlleben recommandent en premier lieu de limiter sa consommation de bois pour ne pas encourager l’industrialisation du vivant.

La Haute-Loire est un département très boisé (près de 40 % de sa surface). Mais l’exploitation forestière doit faire face à de nombreuses difficultés, comme le morcellement des parcelles, la difficulté d’accès, l’usure et le coût du matériel. Pour aider les entreprises du secteur, parfois moins compétitives que leurs concurrentes nationales ou européennes, la Région consacre 37 millions d’euros à la filière forêt-bois d'Auvergne Rhône-Alpes sur la période 2017-2021 pour investir dans du matériel moderne. Le FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural), lui, aide à hauteur de plus de 15 M€ sur cinq ans.
Annabel Walker

????Bonne nouvelle : depuis le 14 octobre, l'@ONF_Officiel n'utilise plus aucun #pesticide dans les forêts publiques. ????????
mais 75% de la forêt métropolitaine est privée. Qu'attendent les gestionnaires de forêts privés pas encore convertis au #ZeroPhyto ? https://t.co/nTp9qcc6Ga

— France Nature Environnement (@FNEasso) October 21, 2019

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire