Schizophrène, il sous-entend qu'une magistrate souffre d'une maladie mentale

mar 06/01/2015 - 19:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:32

Un homme de 41 ans résidant dans la Loire était poursuivi pour outrage à magistrat le 4 avril 2014. Il n'en était pas à son coup d'essai puisqu'il a été condamné, également en 2014, pour les mêmes faits vis-à-vis de la même magistrate.

Sous neuroleptique
Le quadragénaire avait également été condamné pour des violences en 2010 et usage de stupéfiants en mai 2014. L'homme a fait l'objet de deux expertises psychiatriques en 2012 et 2014. Et pour cause, il souffre de schizophrénie et est sous traitement neuroleptique suite à des décompensations délirantes.

Il se préoccupe de la santé de la magistrate
C'est à l'occasion d'une conversation téléphonique avec une greffière que l'homme déclare : " Elle (la magistrate, ndlr) est malade, elle a besoin de vacances. Elle doit aller voir un psychiatre. Elle est comme tout le monde, elle a le droit d'être malade ". Par la suite, l'intéressé a nié les faits. Cependant, aucune authentification n'est nécessaire puisque les propos ont été tenus à une greffière. Ce mardi 6 janvier 2015, en audience de correctionnelle, le procureur de la République du Puy a souligné : " On ne doit absolument pas passer cela " et a requis six mois d'emprisonnement avec sursis avec une mise à l'épreuve de deux ans et une obligation de soins.

Le tribunal décide finalement de le condamner à quatre mois de prison avec sursis avec deux ans de mise à l'épreuve ainsi que l'obligation de soins.

E.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire