Sauver des écrits en péril vieux de 1 000 ans

Par Nicolas Defay mar 12/04/2022 - 17:00 , Mise à jour le 12/04/2022 à 17:00

C’est la mission que la Ville du Puy s’est donnée pour restaurer deux fragments de papyrus issus de « Bulles papales » conservés à la Bibliothèque municipale. S’il s’agit d’une cure de jouvence classique pour des experts, les documents sont d’une rareté exceptionnelle dans le monde.

« Ce sont des "Bulles" adressées à l'évêché du Puy par le Pape lui-même, explique Catherine Chalaye, adjointe à la Mairie du Puy-en-Velay. La communauté scientifique s'accorde à dire qu'il s'agit de deux pièces exceptionnellement rares puisque ce sont les deux seuls documents latins en papyrus recensés dans le monde pour cette époque ! ». À noter que les écrits conservés précieusement à la Bibliothèque de la cité ponote ne sont pas les textes complets rédigés par les Souverains pontifes de l’époque mais simplement les en-têtes.

Quand deux évêques veulent s’emparer d’un même ministère

Le premier a été écrit par le Pape Sylvestre II le 23 novembre 999 précisément, période sombre où deux évêques étaient en lice pour guider comme il se doit les âmes du Puy-en-Velay. Afin de mettre un terme à cette confrontation, le Pape Sylvestre II, ancien moine d’Aurillac, est intervenu par le biais de cette « Bulle papale » pour désigner le pasteur légitime à savoir Théotard, bénédictin religieux d’Aurillac.

Face à lui, l’autre candidat au nom d’Étienne, comte de Gévaudan, avait été élu d’office par Guy D’Anjou « au mépris du Chapitre cathédral et du peuple anicien », selon le livre de Pierre Cubizolles, Le Diocèse du Puy-en-Velay, des origines à nos jours.

Les "Bulles papales" de Sylvestre II et Léon IX.
Les "Bulles papales" de Sylvestre II et Léon IX. Photo par Baptiste Boutreux

Les affaires du roi ne sont pas celles du Pape

La deuxième « Bulle » provient de la plume de Léon IX en 1052. Il traite du même sujet à savoir le règlement religieux pour désigner légitiment un évêque. Toujours d’après le livre de Pierre Cubizolles, « un demi-siècle plus tard (après l’affaire de Théotard et d’Étienne), le Pape Léon IX rappellera que les évêques du Puy, une fois élus par le clergé et le peuple, devront être ordonnés et consacrés directement par le Pape et non par le métropolitain ».

« Que ces documents aient pu traverser autant de siècles est exceptionnel »

Outre leur contenu qui s’avère précieux historiquement, le support l’est plus encore. « L’emploi du papyrus était couramment utilisé durant l’antiquité mas très rarement au Moyen-âge, explique Lauriane Godard, responsable à la conservation patrimoine à la Bibliothèque municipale. Il faut savoir que le papyrus est un enfer à conserver. Que ces documents aient pu traverser autant de siècles est exceptionnel. Il y a en a très peu dans le monde ! ».

Certaines lettres, écrites il y a 10 siècles, se voient clairement.
Certaines lettres, écrites il y a 10 siècles, se voient clairement. Photo par Baptiste Boutreux

« Ils ont été collés sur du carton, punaisés et mis sous cadre en bois »

Ces deux témoins de l’Histoire du clergé ponot sont en train de partir lentement en poussière à cause de plusieurs facteurs. « Le premier est leur âge millénaire, mentionne Lauriane Godard. Des archives de l’année 1620 indiquaient déjà leur état très abîmé. Mais c’est surtout leur conditionnement vers la fin du 19ème qui a été fatal. À cette époque, les documents ont été remis à la Bibliothèque du Puy. Ils ont été collés sur du carton, punaisés et mis sous cadre en bois. Le gondolement du carton a profondément endommagé le papyrus ».

Au programme, lifting intégral et infrarouge

« Les restaurateurs de l’Atelier d’Aurélia Streri (à Paris), en collaboration avec Laurent Juillard, ont pour mission de réparer la fibre et de mettre en place un protocole de conservation pérenne », livre Catherine Chalaye. En quelques mots, les experts vont décortiquer pendant des mois ce tricot de papyrus pour l’assembler à nouveau.

« Une fois fait, une numérisation du document sera effectué, souligne Lauriane Godard. Cela permettra de mettre en exergue les écritures des deux Papes et de les distinguer ainsi beaucoup plus facilement ». Après cette séance d’infrarouge, ils seront mis sous verres et reconditionnés, cette fois, correctement.

D’après Catherine Chalaye, le coût des trois opérations prévues, traitement des documents, conditionnement et numérisation, s’élève à 3 000 euros. Cette somme est assurée en partie par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Drac (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et la ville du Puy-en-Velay.

Photo par Baptiste Boutreux

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire