Salle comble pour Luc Ferry au Puy

jeu 15/09/2016 - 18:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

"Si on ne permet pas aux entreprises d'investir dans l'innovation, nous risquons d'ouvrir un Reich de 1 000 ans aux Etats-Unis", "si on veut partager les richesses, il faut d'abord les produire", "l'innovation n'est pas seulement destructice d'emplois, elle est surtout créatrice d'emplois", "il faut s'adapter ou disparaître"... Luc Ferry, ancien Ministre de l'Education, a le sens de la formule pour faire passer son message.
Venu animer une conférence sur le thème "La troisième révolution industrielle : promesses, menaces et enjeux", Luc Ferry était l'invité du Comité d'Expansion Economique, (voir ici notre article de présentation de la structure, qui a créé plus de 2 200 emplois en Haute-Loire depuis 2009, en accompagnant environ 850 entreprises, dont 85 % sont toujours en activité aujourd'hui).

Luc Ferry, pourquoi être venu en Haute-Loire, un territoire rural, pour parler de troisième révolution industrielle, alors que certains artisans du département ne sont même pas équipés de l'Internet haut débit ? 

Une nouvelle organisation de la société et du travail
Beaucoup d'innovations sont mises en oeuvre grâce à de nouvelles technologies, qui parfois déstabilisent ou menacent des secteurs d'activité dont les acteurs n'avaient rien vu venir. On pense à Uber, Airbnb, Blablacar et bien d'autres encore. Biotechnologie, numérique, robotique, cognitivisme et big data sont les principales composantes de la troisième révolution industrielle qui s'accompagnent de la mise en oeuvre des nouvelles énergies (éolien, photovoltaïque, hydrogène, etc.) ainsi que d'une nouvelle organisation du travail (dématérialisation des tâches au travers du web particulièrement).
Luc Ferry donne un exemple : Airbnb, propriétaire d'acun actif, est valorisé en bourse pour 25 milliards de dollars alors que le géant de l'hôtellerie Hilton ne l'est qu'à hauteur de 27 milliards de dollars, en étant lui propriétaire de ses biens d'exploitation. "La dérégulation des modèles économiques va modifier l'organisation de la société et du travail et la place du salariat en sera sans doute transformée", prophétise le philosophe.

Luc Ferry, qu'est-ce qui bloque aujourd'hui en France ? Est-ce la commande publique, la formation, l'investissement ou tout simplement les gens ?

----Daesh plutôt que l'innovation
"La France est en retard car ici, on ne pense qu'à Daesh, mais on n'élit pas un Président pour qu'il se comporte en ministre de l'intérieur. Tous nos intellectuels et politiques semblent accaparés par ce sujet alors que le monde du XXIème siècle, c'est la troisième révolution industrielle, c'est l'investissement dans l'innovation et les Etats-Unis ont plusieurs longeurs d'avance déjà..."-----"Investir dans l'innovation, c'est le problème numéro un de la France, nous risquons sinon d'ouvrir un Reich de 1 000 ans aux Etats-Unis"
Le philosophe a également évoqué un virage économique, un tournant majeur, et il craint que la France soit en retard. Ce tournant, seul le pouvoir politique pourra l'amorcer selon lui : "le politique est la pour permettre aux entreprises d'investir dans l'innovation, c'est le problème numéro un de la France, nous risquons d'ouvrir un Reich de 1 000 ans aux Etats-Unis". Car aujourd'hui, le pays le plus innovant du monde, c'est les USA, avec le GAFA (ndlr : acronyme regroupant les géants du web : Google, Apple, Facebook, Amazon), puis viennent la Chine et Israël... Quant à l'Europe, "c'est la Suisse le pays le plus innovant, grâce notamment à ses laboratoires pharmaceutiques", souligne-t-il.
C'est en même temps le pays dans lequel le taux de chômage est le plus faible, "car il y a trois points de chômage, c'est à dire que c'est plus que le plein emploi", observe l'ancien Ministre. On sait d'ailleurs qu'il y a de nombreux travailleurs français frontaliers qui viennent en Suisse pour y travailler..."Donc contrairement à ce que l'on pense souvent, notamment à la gauche de la gauche, l'innovation n'est pas seulement destructice d'emplois, elle est surtout créatrice d'emplois. Les pays les plus innovants d'Europe sont les pays dans lesquels le chômage est le plus faible. La France a un gros retard à rattrapper et évidemment c'est une question politique", conclut-il.

----Primaire et cohabitation
"J'ai une préférence pour Alain Juppé mais je crois que c'est Nicolas Sarkozy qui va l'emporter. Mon souhait, ce serait d'avoirt Juppé à l'Elysée, et Collomb ou Macron à Mattignon"

Zoomdici Haute-Loire Ferry Luc Ministre Innovation politique économie numérique révolution industrielle Inernet-----Comme disait Aristote, "pour être généreux, il faut être riche"
L'occasion justement d'embrayer sur le champ politique. Celui qui a été ministre sous la présidence de Jacques Chirac prône un rassemblement de la droite et de la gauche modérées pour pouvoir "enfin procéder aux réformes dont le pays a besoin". Il estime que la gauche, ou en tout cas une certaine gauche, est prête à collaborer avec la droite car "elle a compris que ce n'est pas l'Etat qui crée de l'emploi, ce sont les entreprises... enfin la gauche Macron, la gauche Valls aussi, car comme disait Aristote, "pour être généreux, il faut être riche", et si on veut partager les richesses, il faut d'abord les produire donc aider les entreprises, ça peut très bien être une politique de gauche paradoxalement car ce sont les entreprises qui créent les emplois et les richesses. Aider les entreprises, ce n'est pas juste aider les patrons, c'est aussi aider les salariés. Donc on peut très bien être libéral en économie et être social-démocrate sur le plan politique", analyse-t-il en guise de conclusion.

D'après vous, le prochain Président ne pourra cumuler plus de 20 % d'adhésion et aucune réforme ne sera possible... donc il faut élargir l'assiette électorale via un gouvernement d'union nationale ? Au risque de faire le jeu du Front National ?


Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire