Retraites 17/12 : de 3 à 8 000 manifestants au Puy... et des coupures d'électricité

mar 17/12/2019 - 11:53 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:01

----A 12h, la préfecture annonce une participation de 3 000 personnes.
Du côté des syndicats, la mobilisation est jugée comparable à celle du 5 décembre, soit 8 000 personnes environ.
Au plan national, 600 000 personnes ont battu le pavé selon les autorités.
Pour les syndicats, les manifestants étaient au nombre de 1,8 million.-----Jean Paul Delevoye a démissionné ce lundi. Le père de la réforme des retraites a cédé après les révélations : il avait oublié plusieurs activités dans sa déclaration d’intérêts. Mais la réforme suit son cours. Une nouvelle journée de mobilisation nationale est en cours ce mardi 17 décembre 2019.

En Haute-Loire, le rassemblement a commencé à 10h30, place Cadelade. Au Puy-en-Velay, comme partout ailleurs, ce défilé a été marqué par le ralliement de la CFDT. Avec l’UNSA43 (qui avait déjà manifesté le 10 décembre), c’est en fin de cortège que les syndicats réformistes ont dénoncé certains éléments mais pas le fonds le réforme.

Le responsable enseignement privé du syndicat CFDT Haute-Loire et Auvergne, Pascal Habauzit, justifie cette première participation au cortège par deux points de blocage : l’âge pivot à 64 ans et la reconnaissance de la pénibilité.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Quant aux syndicats qui demandent le retrait de la réforme depuis le début (FO, Cgt, Fsu, Solidaires, Cftc), ainsi que les Gilets jaunes et le Réseau Lycéen 43, ils sont fidèles au poste. Le secrétaire départemental de la Cgt 43, Pierre Marsein, appelle les manifestants à ne pas se tromper : "Si le gouvernement, face à la mobilisation, supprime de son texte l'âge d'équilibre, ça ne veut pas dire qu'il ne l'appliquera pas. Bien sûr que si !"

La CCI, la CAF, l'URSSAF, la Chambre des métiers... privés d'électricité
Du côté des syndicats de l'énergie, une nouvelle action coup de poing a été menée. Le quartier du Medef 43, de la DDT, de la Direction départementale des Finances publiques, des Prud'hommes, de la Chambre de Commerce et d'industrie, de la Chambre des métiers et de l'artisanat (avenue président Bertrand), mais aussi de la Sécurité sociale, de la Caisse d'Allocations familiales et de l'URSSAF (avenue André Soulier) a été privé d'électricité entre 11h15 et 14h15 environ. L'action est revendiquée par les syndicats de l'énergie (FO, CGT et Fédération nationale des mines et de l'énergie FNMECGT).

Le secrétaire départemental de la CGT 43 Energies, Aurélien Mingot, nous a expliqué pourquoi opérer ces coupures d'électricité volontaires.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Déjà mardi dernier, une coupure de l'alimentation électrique avait touché la préfecture du Puy. Mais, à l'inverse de la préfecture, les bâtiments touchés ce mardi ne disposent pas de groupes électrogènes pour prendre le relais. "Tous les ordinateurs sont éteints, seuls les téléphones fonctionnent", nous confiaient des personnels qui prenaient leur mal en patience. A l'Urssaf, la sonnerie de l'alarme retentissait en boucle.

Des tracteurs stoppés
A la périphérie de la ville, notamment au parking poids lourds d'Aiguilhe, des agriculteurs pensaient pouvoir se joindre à la manifestation avec leurs tracteurs, n'ayant pas vu d'arrêté préfectoral indiquant le contraire comme les dernières fois. Ils ont été stoppés par les forces de l'ordre et ont dû faire demi-tour. La préfecture avait publié l'arrêté sur son site (à l'onglet recueils administratifs) la veile au soir. Elle l'a ajouté dans un post sur sa page Facebook ce mardi vers 10h.

(Entre 3 et 8 000 manifestants ont dénoncé la réforme des retraites au Puy-en-Velay ce mardi 17 décembre 2019. / Photos@ DR Zoomdici.fr Maxime Pitavy)

Ce mercredi, les partenaires sociaux ont rendez-vous à Matignon, avant une réunion, tous ensemble, ce jeudi après-midi.

Maxime Pitavy et Annabel Walker

Lors de la première manifestation interprofessionnelle nationale, le 5 jeudi décembre, entre 4 200 et 8 000 personnes avaient défilé au Puy.
Ils étaient 2 150 à 4 000 par le 2e rassemblement ce mardi 10 décembre.
Ce jeudi 12 décembre, la préfecture en a compté 950 et les syndicats 2 000.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire