Retraite : « Une société en train de perdre tout son sens et sa cohérence »

Par Nicolas Defay jeu 30/09/2021 - 12:30 , Mise à jour le 30/09/2021 à 12:30

Le vendredi 1er octobre à 10h30 aura lieu une manifestation organisée par plusieurs syndicats devant la préfecture du Puy-en-Velay. Tous les retraités du département sont invités à rejoindre le cortège pour revendiquer un pouvoir d’achat digne, une meilleure offre de santé et la sauvegarde des services publics.

Une action nationale est prévue le vendredi 1er octobre dans tout l’Hexagone, actée par neuf organisations syndicales des retraités. En Haute-Loire, la CGT, la FSU, FO et la FGR-FP (Fédération générale des retraités de la fonction publique) seront les entités responsables de la mobilisation durant cette journée-là. Remontés et inquiets par leur situation actuelle et les années à venir, ils mettent en exergue trois axes de combats sur lesquels ils entendent bien appuyer de tout leur poids pour faire céder le Gouvernement. Un poids qui pourrait s’avérer très important car composé de 16,7 millions de retraités en France (chiffre 2019 de la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques).

Quatre syndicats des retraités réunis pour la mobilisation du 1er oct. Photo par Nicolas Defay

« Nous tous devons battre le pavé pour battre le Gouvernement »

« Il faut que tous les retraités se joignent à la mobilisation !, insiste Joseph Déléage de Force Ouvrière. Nous sommes des millions à être concernés. Des millions à voir notre pouvoir d’achat fondre en même temps que les prix des produits augmenter. Ce n’est plus possible de continuer ainsi. Tous les retraités de la Haute-Loire, hommes et femmes, pauvres et moins pauvres, retraités du privé ou ceux du public, nous tous devons battre le pavé pour battre le Gouvernement. Pour nous et nos enfants ». D’après les chiffres partagés par son camarade Gilbert Ducarouge de la FSU (Fédération syndicale unitaire), le pouvoir d’achat des retraités s’est détérioré de 10 % en une décennie alors que l’inflation n’a cessé d’augmenter chaque année comme encore de 2,4 % depuis le mois de janvier 2021.

Quoi, quand, où…

Vendredi 1er octobre, une grande manifestation nationale est organisée en France. En Haute-Loire, elle a lieu à 10h30 devant la préfecture du Puy-en-Velay.
Une mobilisation interprofessionnelle regroupant tous les secteurs du public et du privé est également prévue le mardi 5 octobre en Haute-Loire.

Des retraites en-dessous du seuil de pauvreté

« D’après les calculs de la CNAV (Caisse nationale d'assurance vieillesse, Ndlr) en 2019, la pension au régime général pour les 5,35 millions de Français ayant une retraite complète est d’un peu plus de 1 000 euros net, précise Gilbert Ducarouge. Pour tous les autres, c’est-à-dire la majorité qui ont eu des carrières décousues ou incomplètes, la pension moyenne est de 650 euros ! La situation est donc inacceptable ! »

Toujours selon lui, les retraites ont été seulement revalorisées de 0,4 % pour l’année 2021. « Tout le monde peut s’apercevoir de la hausse des prix d’énormément de produits comme les matériaux, les denrées alimentaires et celles de premières nécessités, continue-t-il. Comment peut-on continuer ainsi ? Nous sommes au bout du rouleau et il faut que le Gouvernement annonce rapidement des mesures fortes pour contrer cette paupérisation comme la mise en application, pour commencer, de 100 euros par mois pour tous les retraités.».

« Dans notre département rural, nombre de retraités sont issus du milieu agricole, touchant des retraites extrêmement basses ». Gilbert Ducarouge

« Tous ces problèmes du secteur de la santé sont liés entre eux »

Sur le sujet de la santé, Joseph Déléage tape du point sur la table. « Ce n’est pas un scoop que de dire que de plus en plus de retraités renoncent à se soigner, faute de moyens et de mobilité. En parallèle, les lits dans les hôpitaux disparaissent progressivement, tout comme les postes de soignants. Il faut également des moyens supplémentaires destinés à la Sécurité sociale. Ces exigences sont indissociables car tous ces problèmes du secteur de la santé sont liés entre eux ».

« Des écrans, des voix robotisées, des répondeurs qui renvoient à d’autres répondeurs »

Enfin, sur le troisième volet divisé en deux chapitres, à savoir la disparition des services publics et la fracture numérique en cours, ils dénoncent ensemble une société à la dérive où un phénomène de déshumanisation est à l’œuvre. « Récemment, ce sont encore trois trésoreries dans le département qui ont disparu, rappelle Gilbert Ducarouge. À la place ? Des écrans, des voix robotisées, des répondeurs qui renvoient à d’autres répondeurs jusqu’à ce qu’on trouve enfin le conseil recherché ou qu’on raccroche avant, las de cette déshumanisation ».

Le numérique, ennemi des relations humaines

Et puisque anéantissement des services publics rime avec fracture numérique, Gilbert Ducarouge pointe du doigt les écueils du tout 2.0. « On constate les conséquences navrantes de ce nouveau monde numérique sur les retraités. Comment faire sans outils adaptés ? Sans Internet pour certains ? Sans un minimum de compétences pour beaucoup ? Même si nous saluons des initiatives de quelques communes et du Conseil départemental pour sensibiliser les plus âgés à ce système, il faut revenir à la situation que nous connaissions naguère avec de vraies personnes au bout du fil. Car là, nous sommes assurément à l’époque d’une société en train de perdre tout son sens et sa cohérence »

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire