Retournac : 3ème édition du festival BD médiévales

dim 17/05/2015 - 12:16 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

Après la soirée contes de ce vendredi 15 mai, la principale attraction de ce samedi était la séance de dédicace avec les artistes invités ; et nulle question d’une rapide griffe ici, chaque dessinateur a pris le temps d’illustrer la première page des BD apportées par les bédéphiles.

Des artistes de renom…
Tous ont un style qui leur est propre : des premiers jets aux crayons finalement complétés à l’aquarelle, dessins millimétrés à l’encre de Chine, stylos pour certains et pastels pour d’autres, à chacun sa technique. Les plus curieux s’arrêtent quelques instants pour admirer la précision d’horloger du travail.
Parmi les 18 artistes présents, l’espagnol Jaime Calderon remporte aisément la palme de la popularité.
Avec sa série Les Voies du Seigneur, il a conquis les amateurs de BD de l’hexagone grâce à ses dessins et ses histoires qui narrent les conflits de pouvoir entre français et anglais au XIème siècle. La file d’attente est longue devant l’artiste, mais patience est vertu des passionnés.

…Et de plus modestes
Lük Déma est originaire de Haute-Loire, habite près du Puy. Il n’a pas la notoriété d’un Calderon mais ses grands dessins à l’encre de Chine fourmillent de détails pour l’œil attentionné. Auteur de la série en trois tomes Syst et d’une livre d’illustrations sur le Puy au moyen-âge baptisé Chronique des temps anciens au Puy, l’homme n’a fait de la bande dessinée que sa grande passion.
Il nous rappelle à ce propos la difficulté de vivre aujourd’hui de la BD :

Des incertitudes partagées par Clémentine Charles, une jeune illustratrice qui garde en tête l’importance d’avoir un plan B dans un domaine très concurrentiel aujourd’hui, du au développement des blogs, sites de partages et autres réseaux sociaux :

Faire vivre la BD
Le dessin traverse les âges ; une conférence intitulée « La BD médiévale de Bayeux à nos jours » abordait à ce titre le sujet. Les plus jeunes étaient invités à prendre les crayons et laisser couler leur imagination sur le papier à l’occasion d’un concours de dessin.
Lük Déma rappelle que ce genre d’événement local « est important pour les petits dessinateurs (…) Pour un ariste comme Calderon, c’est juste une parenthèse sympathique ; ici ou ailleurs ses albums se vendront, alors que pour quelqu’un comme moi qui fait seulement deux salons en Haute-Loire, ce genre de manifestation est essentielle pour faire découvrir mon travail ».

P.F.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire