Retour sur les processions du 15 août au Puy

Par Macéo Cartal lun 16/08/2021 - 08:00 , Mise à jour le 16/08/2021 à 08:00

Les festivités mariales touchent bientôt à leur fin. Trois jours de célébrations avec la journée spéciale consacrée à Saint-Joseph vendredi 13 août, retour sur les deux temps forts de ce week-end de festivités, qui affichent un bilan mitigé en termes d’affluence.

Du 13 au 15 août 2021, les croyants et fidèles chrétiens ont pu célébrer leur foi à travers les différentes messes et prières qui ont rythmés ce week-end. Bien-sûr, les moments les plus forts de rassemblement restent les deux processions, qui ont respectivement eu lieu samedi 14 août au soir et dimanche 15 août durant l’après-midi.

Une procession aux flambeaux qui a attiré du monde

Samedi 14 août, aux alentours de 21h, a été lancée la première marche des fêtes mariales. Cette procession nocturne est caractérisé par les flambeaux, les cierges qu’arborent les fidèles dans le cortège, a rassemblé plusieurs centaines de personnes qui sont ainsi suivi le Père Emmanuel Dursapt, administrateur du diocèse du Puy, et de Monseigneur Philippe Marsset, évêque auxiliaire de Paris qui a présidé ce week-end marial. « Les gens sont au rendez-vous, et ce qui fait d’autant plus plaisir, c’est que je vois que la jeunesse est là. Il y a beaucoup de jeunes qui prennent part à cette marche » se réjouit Père Emmanuel Dursapt, juste avant le départ.

Procession aux flambeaux, en bas de la cathédrale Photo par Macéo Cartal

Parti depuis la place du Martouret, le cortège s’est avancé dans les rues ponotes pour se diriger la Cathédrale de Notre-Dame-de-l’Annonciation-du-Puy. L’atmosphère de la ville fut bercée par les chants religieux glissants dans l’air et éclairée par les cierges portaient solennellement par les fidèles. Arrivés sur les marches de la cathédrale, chacun a pu se recueillir en priant la Vierge Marie.

Beaucoup moins d’afflux de gens le 15 août

L’événement généralement attendu de tous, et étant par définition le plus « spectaculaire » n’est autre que la procession mariale. À 15h, le cortège ecclésiastique descend les marches de la cathédrale, accompagnant ainsi la statue de la Vierge Noire. 15H30, après une courte pause, le cortège reprend sa route en remontant vers la tour Pannessac afin d’emprunter la rue du même nom. Mais cette édition est un peu particulière cette année puisque pour la première fois depuis 60 ans, la statue symbolisant Saint-Joseph attendait patiemment l’arrivée du cortège accompagnant la Vierge Marie pour prendre part au défilé. Un cas exceptionnel dû à l’année spéciale dédiée à Saint-Joseph sur ordre du pape. Le lieu de la tour Pannessac n’a pas été choisi par hasard puisque c’est ici qu’une Béate, en 1855, trouve une image représentant Saint-Joseph et qui marqua le début de la dévotion de la basilique d’Espaly à Saint-Joseph.

Une foule moins impressionnante que ce que les processions ont connu Photo par Macéo Cartal

Un cortège exceptionnel marqué par une foule beaucoup moins importante qu’auparavant. En effet, les spectateurs du cortège paraissaient très parsemés dans les rues du Puy. Pas de chiffres officiels pour l’instant mais nous sommes bien loin des 10 000 – 15 000 fidèles que les fêtes mariales ponotes ont pu atteindre. Ils étaient peut-être quelques petits milliers à avoir bravé les quelques 30°C à l’ombre et le soleil presque étouffant, la faute peut-être aux restrictions sanitaire (NDLR : seul le port du masque était obligatoire) ou bien la chaleur. Cependant, les fidèles présents ont apprécié ce temps de communion et de célébration.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire