Rencontre au lycée C&A Dupuy : "Engagez-vous qu'ils disaient !"

ven 05/10/2018 - 17:23 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:54

Le Réseau Ecologie Nature 43, Unicef, Les Restos du Coeur, La Croix Rouge, l'Etablissement Français du Sang, Junior Association, Education Solidarité Cambodge, ainsi que l'Armée et d'autres encore. Tous ont répondu à l'invitation de Martine Le Bigot, documentaliste au lycée C&A Dupuy et organisatrice de cette journée dédiée à l'engagement. Chacun a pu échanger avec les lycéens au sujet de leur activité, de leur expérience, de leur engagement. Mais pour ces lycéens, qu'est-ce que le mot engagement veut-il dire ? Jacques Rahon, 17 ans, en terminale S répond :

Se défaire des préjugés
Cette journée dédiée à l'engagement est un exercice nécessaire car tous s'accordent à le dire : "les jeunes parfois ne nous connaissent que de nom, sans savoir ce que nous faisons." Pour l'Armée par exemple, venue en force avec un représentant pour chaque corps d'armée, cette rencontre avec les jeunes est primordiale pour les défaire de leurs préjugés. "Ils ont beaucoup d'a priori, notamment en ce qui concerne l'Armée de l'air. Ils pensent ne pas pouvoir y entrer parce qu'ils ont le vertige ou parce qu'ils portent des lunettes. Mais dans l'Armée de l'air, il n'y a pas que des pilotes, ils ne représentent que 5% des effectifs", assure le Sergent-chef Aurélie. Yann-Raphaël Bernt, lycéen en terminale S âgé de 17 ans, confie ne pas avoir d'appétence particulière pour l'Armée, mais il a tout de même pris le temps de se renseigner sur le sujet :" Ça m’a permis de connaître toutes les facettes de l’Armée. Il y a beaucoup de métiers et surtout il y a beaucoup de métiers qui ne sont pas sur le terrain." Message reçu, mission accomplie donc !
Les lycéens sont-ils prêts à s'engager ?
Très à l'aise dans la discussion, les lycéens jouent volontiers le jeu de l'échange d'informations. Mais sont-ils prêts à passer le cap, à consacrer un peu de leur temps à un engagement quel qu'il soit ?

Le service civique permet aux jeunes âgés de 16 à 25 ans de s'engager, pendant un an à raison de 24 heures minimum par semaine, dans une mission d'intérêt général dans l'éducation, la solidarité, la santé, la culture et les loisirs, l'environnement, le développement international et humanitaire, la mémoire et la citoyenneté, les sports, ou encore l'intervention d'urgence en cas de crise. "L'an dernier, entre 300 et 400 jeunes se sont engagés en Service Civique en Haute-Loire", précise Karine Pezerovic, référente Service Civique pour la Ligue de l'Enseignement 43. "Dans certains pays européens, la pratique du Service Civique se fait souvent l'année après le bac. Il ne s'agit pas d'une année sabbatique, mais d'une année lors de laquelle ils peuvent confirmer un projet professionnel, se créer un réseau et acquérir des compétences. En France, cette pratique est encore trop peu connue.
Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire