Tous

Yssingeaux

Record d'affluence pour les Nuits de Rêve à Rosières

mar 18/07/2017 - 12:47 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:47

400 entrées en un soir pour Batman contre Robespierre
Sylvain Laurent, président de l'association organisatrice Rêve de Foin, et Sébastien Bouchet, directeur du festival Nuits de Rêve de Rosières, sont des hommes heureux. Si 3 600 festivaliers sont venus en 2016, l’édition 2017 a connu encore plus d'affluence selon Sébastien Bouchet. « On a fait 400 entrées ce samedi avec la pièce de théâtre Batman contre Robespierre, une belle performance », s'est-il réjouit.
La 19ème édition du festival, toujours aussi protéiforme, qui s'est tenue du 12 au 16 juillet sur le site des moulins de Blanlhac a connu un franc succès.

Chaque année, ce sont environ 80 bénévoles qui aident à la logistique et à l'organisation. Dix personnes font partie du comité de programmation. Elles se préparant dès septembre. «On choisit des spectacles que l'un d'entre nous a vu au moins une fois », explique le directeur du festival.

Vingt spectacles au menu
Cette année, vingt spectacles ont été proposés. Au menu des festivités, des concerts pop-rock, des pièces de théâtre assez pointues comme Les possédés d'Albert Camus, ou Batman contre Robespierre, ainsi que des spectacles destinés aux enfants, mais pas seulement, comme Aglaé au pays des malices et des merveilles, l'histoire d'une petite fille qui accumule des rêves et mille questions.
Les deux compères et facteurs du Grand Bonhomme Kamishibaï ont présenté, quant à eux, des contes vivants. Ils ont fait participer le public qui a joyeusement accepté de jouer le jeu en produisant des bruitages des animaux de la forêt. Des histoires poétiques dans une clairière magique, de quoi faire rêver les petits et faire retrouver leurs âmes d'enfants aux grands.
SF Hydro, un groupe originaire de Clermont-Ferrand, a joué de jolies ballades pop-rock propices à la rêverie et à la détente sur le site de la Guinguette, une des scènes du festival.

  

Une troupe qui a toutes les audaces
Danielle, 66 ans, de Tours, vient régulièrement depuis 19 ans, car sa fille Emmanuelle fait partie du comité de programmation. « Ils proposent toujours des spectacles de grande qualité. Rêve de Foin, c'est une troupe qui a toutes les audaces », s'enthousiasme-t-elle en souriant.
Elizabeth, 43 ans, est arrivée vendredi soir de Lyon pour l'ouverture. Elle accompagne son ami Grégory qui est intermittent. Elle confie ses critères pour choisir ses représentations : « je consulte le programme, je vais là où j'ai envie d'aller selon les horaires ».
Ellen et Stijn, originaires de Gand en Belgique, sont venus avec leurs deux jeunes enfants. « C'est la première fois qu'on vient. En fait, on est au camping de Chamalières et on a découvert le festival par hasard », ont-ils précisé, ravis de leur découverte.

On a envie de surprendre
Entre deux spectacles, les festivaliers ont pu visiter les moulins, guidés par les bénévoles de l'association des moulins de Blanlhac. Ils ont pu également admirer l'exposition d'aquarelles « En coulisses » de Caroline Gallix, ou découvrir l’œuvre en bois de l'artiste plasticien El Paro, qui restera sur le site tout l'été, ou encore s'adonner à une petite sieste bien méritée.
Sur le site de la Guinguette, Nicolas, bénévole à la buvette, a imaginé avec l'artiste Cendrille Ledig, des robes suspendues à des parapluies rappelant Mary Poppins, pour faire office de lampadaires à la nuit tombée.
« Chaque année, on cherche une façon d'animer ce lieu névralgique pour que les gens soient impressionnés en rentrant. Ces tenues prestigieuses ont été portées lors de nos propres spectacles. C'est comme pour le choix de notre programmation, on a envie de surprendre », a expliqué le bénévole.
Ce dimanche 16 juillet, dernier jour de ces Nuits de Rêve, c'est le groupe Wild Wild Waves et sa musique électronique, qui a fait vibrer et danser les rêveurs à la nuit tombée.

M-A.B.

 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire