Rassemblement citoyen : Kohlhaas sur les rails pour les Régionales

jeu 01/10/2015 - 00:18 , Mise à jour le 01/10/2015 à 00:18

Costume simple, sac à dos et cigarette électronique à la main, Jean-Charles Kohlhaas, candidat aux élections régionales de décembre 2015, est arrivé en terre ponote ce mercredi 30 septembre 2015, en fin d'après-midi, pour rencontrer la presse, puis les citoyens. A ses côtés, Celline Gacon (EELV) et Lionel Bouton (Front de gauche) ainsi que Pierre Pommarel (EELV), élu régional d'Auvergne sortant.
Le rendez-vous donné à la gare du Puy-en-Velay n'avait rien d'un hasard, la rencontre s'est poursuivie au " Terminus ". Des signes que le candidat veut forts et pour cause : ce sont ses objectifs de campagne. Il souhaite mettre l'accent sur les transports en commun, le train en tête. Une compétence régionale qui va être élargie. Désormais, en plus des TER, elle sera en charge de la gestion des gares routières, des liaisons interurbaines en bus, des transports scolaires (jusque-là gérés par les Départements) ou encore des transports ferroviaires d'intérêt local. 

----Qui est Kohlhaas ?
Cet infirmier habite près de Lyon. Depuis 2004, il est élu à la Région Rhône-Alpes. Il lui reste donc un seul mandat possible. Comme son parti EELV, il pense que la politique ne doit pas être un métier, c'est pour cela que " j'ai gardé mon emploi d'infirmier libéral, je travaille les week-ends pour faire de la politique la semaine. "
-----Séduire avec les transports en commun
Le candidat voudrait restaurer les voies ferroviaires qui le nécessitent. Pour aller plus loin, il souhaite dynamiser le réseau : plus de communes desservies, des trains ou bus plus fréquents... Dans le Massif Central, les trains ont pourtant mauvaise réputation notamment à cause des trajets interminables, des arrêts inadaptés et des horaires contraignants. Jean-Charles Kohlhaas développe son idée pour rendre ces transports attractifs :


Un combat pour le Cévenol
Jean-Charles Kohlhaas fait de la ligne Cévenol Clermont-Nîmes, classée train d'équilibre du territoire (TET), son combat. Lionel Bouton insiste : " C'est un beau train, très utile..." La SNCF semble vouloir rétablir la ligne mais, à droite comme à gauche, personne ne semble convaincu (en témoigne l'inquiétude du député Jean-Pierre Vigier). " Monsieur Souchon n'est pas à la hauteur pour sauver le Cévenol ", conclut tristement Jean-Charles Kohlhaas.

Ne plus encourager l'utilisation des voitures
D'après lui : " La politique du  tout routier qui date de Pompidou, n'apporte rien. " Il compare la France à d'autres pays voisins comme le Royaume-Uni où les modes de transport doux sont à l'honneur. Pour le candidat, il faut inciter les gens à ne plus prendre leur voiture : moins de parkings en ville, gasoil et essence au même prix, pas de création de routes... La liste s'oppose évidemment à la construction de l'A45 entre Lyon et Saint-Etienne, projet soutenu par le candidat Les Républicains, Laurent Wauquiez.
La liste s'oppose également à la ligne LGV Paris-Orléans-Clermont-Lyon, également soutenu par le candidat de droite, et préfère privilégier les lignes plus petites. " On ne peut pas vouloir tout faire et dire qu'on n'a plus d'argent, qu'il faut se serrer la ceinture ", explique Jean-Charles Kohlhaas.

Entre la voiture et le train... qui coûte le plus ?
Difficile de chiffrer le coût de l'utilisation des voitures : routes, entretien, véhicule, carburant... Il est partagé entre tous les niveaux, de l'État à l'utilisateur. Le train représenterait un milliard d'euros en fonctionnement et une augmentation de 50 % serait à prévoir avec le développement. " Mais pas 50 % brut puisqu'en développant, on réduit forcément les prix de fonctionnement. " Jean-Charles Kohlhaas voudrait instaurer une tarification sociale, comme en Rhône-Alpes, pour que chacun puisse avoir accès aux transports en commun.

Le Rassemblement citoyen, écologique et solidaire
Le nom de la liste désigne bien la volonté de Jean-Charles Kohlhaas, à sa tête. Pourtant, seuls Europe Écologie Les Verts, Ensemble !, Nouvelle Donne, le Parti de gauche et la Nouvelle gauche socialiste y figurent. Des citoyens sans parti ont également adhéré à cette liste. Le Parti Communiste et le Front de Gauche font bande à part avec une liste " L'Humain d'Abord ". Jean-Charles Kohlhaas justifie cette division :

 
Plus généralement, le candidat ne croit plus en la croissance à tout crin : " L'avenir, ce n'est pas de continuer à engraisser les multinationales. Il faut se tourner vers le quotidien des citoyens avec l'artisanat, le commerce de proximité, la transition agricole... "

Pour le moment, les sondages n'accordent qu'une petite dizaine de pourcentage à cette liste, pourtant, Jean-Charles Kohlhaas reste positif. " On peut arriver avant la liste de Jean-Jacques Queyranne [Ndlr : PS], c'est possible. " De son avis personnel, des alliances entre les partis de gauche seraient possibles au second tour pour battre la liste de droite de Laurent Wauquiez. Mais en réalité, c'est une assemblée représentative d'environ 70 personnes qui tranchera. 
En attendant, Jean-Charles Kohlhaas attend que les électeurs prennent le train en marche pour pouvoir mettre ses propositions à exécution.

Emma Jouve 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire