Raid in France : un podium 100 % français

dim 21/09/2014 - 14:26 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:24

A l’issue de près de 85 heures de course non-­?stop entre le Puy-­en-­Velay et le Grau-du-Roi, la victoire est revenue à l’équipe française 400team Raidlight. Ils devancent les locaux de l’étape, Lozère Sport Nature, presque dans leur jardin, et le team Arverne Outdoor.
L'équipe de Haute-Loire (lire) a pour sa part été contrainte d'abandonner en milieu de semaine, après avoir pris du retard sur ses concurents et alors que d'importantes intempéries ne leur permettaient pas d'effectuer les épreuves de spéléologie et de de canoé. Déçus de ne pas être allés au bout, ils conservent tout de même d'excellents souvenitrs de cette expérience et de cette aventure collective.

Difficiles conditions météo
Fortement perturbé par trois jours de pluie dense et d’orages violents dans le Sud de l'hexagone, particulièrement entre la Lozère et le Gard, le parcours a été considérablement modifié cette année mais les coureurs ont loué la décision prise par la direction de supprimer les portions de navigation sur l’Hérault et le   Vidourle.
Cette année, la course a été marquée par des conditions météo difficiles ce qui a empêché les participants de pleinement profiter des   paysages, mais les caprices de la nature ont montré à tout le monde que les organisateurs de Raid in France savent prendre les bonnes décisions.

Des gorges du Haut-­Allier jusqu’à la Camargue gardoise
Côté sportif, les quatre coéquipiers de 400team Raidlight n’ont jamais laissé la moindre chance à leurs adversaires. Ils ont mené la course de bout en bout, très forts aux changements d’activité et toujours très concentrés. Ils devancent Lozère Sport Nature, de plus de quatre heures et les troisièmes de plus de 12 heures, un écart considérable sur ce type de course.
Tous les coureurs ont loué la beauté des paysages traversés, reprenant à leur compte le slogan "France is magic" de cette édition. Des gorges du Haut-­Allier aux sucs de la Haute-­Loire en passant par les hauts-plateaux de la montagne ardéchoise, les canyons de la Lozère, les causses Méjan jusqu’au mont Aigoual et la Camargue gardoise, ils n’avaient pas assez de mots pour décrire ce qu’ils ont vu.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire